Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle



Dans les blogs
le 28/09/2018

Recension du livre « Mon agir dans la lumière de l’évolution » par Marcel Boivin p.b.

Marcel Boivin est un père blanc missionnaire d’Afrique qui a enseigné l’Éthique toute sa vie en divers pays africains et en Angleterre. Dans cet ouvrage il...






Droits réservés
Carrefour Kairos
Hermann Giguère
Québec
















































DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour la fête de la Très Sainte Trinité (Année B) « Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit »

Homélie pour la la fête de la Très Sainte Trinité (Année B) le 27 mai 2018 par Mgr Hermann Giguère P. H., Séminaire de Québec. Textes : Deutéronome 4, 32-34.39-40, Romains 8, 14-17 et Mathieu 28, 16-20 .



Le retable de la Trinité , XVIe siècle (Église de Saint-Aignan).  Sur le fond d'une grande draperie retenue par une couronne, le Père et le Fils, surplombés par l'Esprit-Saint tiennent un tableau en forme d'arche où sont inscrits les mots SANTA TRINITAS UNUS DEUS. Aux quatre coins de cette composition trinitaire, des médaillons présentent les évangélistes et leur attribut : saint Marc et son lion, saint Matthieu et l'ange, saint Luc et le taureau, saint Jean et l'aigle. En dessous, deux anges porteurs de bougeoir présentent le calice et l'hostie de l'Eucharistie. (Crédits photo : Jean-Yves Cordier )
Le retable de la Trinité , XVIe siècle (Église de Saint-Aignan). Sur le fond d'une grande draperie retenue par une couronne, le Père et le Fils, surplombés par l'Esprit-Saint tiennent un tableau en forme d'arche où sont inscrits les mots SANTA TRINITAS UNUS DEUS. Aux quatre coins de cette composition trinitaire, des médaillons présentent les évangélistes et leur attribut : saint Marc et son lion, saint Matthieu et l'ange, saint Luc et le taureau, saint Jean et l'aigle. En dessous, deux anges porteurs de bougeoir présentent le calice et l'hostie de l'Eucharistie. (Crédits photo : Jean-Yves Cordier )
En commençant le temps après la Pentecôte, la liturgie dominicale met devant nos yeux en ce premier dimanche le mystère de la Très Sainte Trinité. Elle le fait en nous le proposant non pas d’une façon intellectuelle, mais par un texte de l’évangile de saint Mathieu que nous venons de lire.

I – La Parole de Dieu sur la Trinité dans l'évangile de saint Mathieu

Plusieurs personnes croient en Dieu. Les musulmans, par exemple, affichent leur foi en un Dieu unique comme le font aussi les Juifs. La première lecture nous le dit clairement : « C’est le Seigneur qui est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ; il n’y en a pas d’autre ».

Les chrétiens, eux, croient en un Dieu Père, Fils et Esprit Saint. Le texte de saint Mathieu est clair là-dessus : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ».

Les chrétiens ont reçu cette mission et l’ont intériorisée au cours des siècles, notamment durant les premiers siècles de l’histoire de l’Église où on s’est posé un certain nombre de questions comme : « Est-ce que le Fils était en-dessous du Père? », « Est-ce que Jésus était Dieu? » « Est-ce que l’Esprit Saint était un personne? » etc. On en est venu dans la prière et dans la méditation à une synthèse vivante de la foi en la Trinité où ce sont les relations des trois Personnes entre elles et avec nous qui prennent le devant de la scène.

Le salut annoncé nous est donné dans une vie nouvelle, dans une communion intime avec Dieu, Père, Fils et Esprit Saint. Dieu ne s’est pas contenté de nous faire savoir qu’il existait, ce serait déjà très beau, mais il nous a révélé qu’ils sont trois à l’œuvre dans le monde pour sauver toute l’humanité : le Père qui nous aime, qui veut notre salut, qui est à l’origine de notre salut; le Fils l’envoyé du Père en qui se réalise notre salut par sa Mort et sa Résurrection et le Saint Esprit qui habite en nos cœurs, qui nous fait vivre et prier en fils et filles de Dieu comme le dit saint Paul dans la deuxième lecture.

Voilà la Parole de Dieu qui nous est proposée aujourd’hui dans l'évangile de saint Mathieu. Notre Dieu est un Dieu Vivant et non pas une abstraction, un Dieu lointain, froid et impersonnel, mais un Dieu où se vit une communion et des relations vivantes. On pourrait dire que la Trinité est comme une famille où chacun et chacune a sa place et où chaque personne contribue à l’unité de l’ensemble.

II – Application

Quelle est maintenant la portée actuelle de cette révélation du Dieu Un et Trine ? Cette révélation qui rejoint nos cœurs est évoquée à chaque fois que nous faisons le signe de la Croix où nous disons, un peu machinalement parfois, « Au nom du Père et de Fils et du Saint-Esprit ». Le signe de la croix que nous traçons sur nous en l'honneur des trois personnes de la Trinité n'est pas un geste proposé à notre seule intelligence. Savoir qu'il y a trois Personnes en Dieu et un seul Dieu, c’est bien, c’est même très bien, mais aujourd’hui la Parole de Dieu nous montre que la Trinité c’est le mystère d’un Dieu présent dans nos vies et dans son Église. C’est le mystère d’une vie.

Pour nous ce qui est important, ce n’est pas seulement le fait de croire qu’il y a trois Personnes en Dieu, c’est l’expérience vitale de quelqu'un qui se rend compte que, par le Baptême qu’il a reçu « au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit », il est en communion avec des personnes vivantes. Quand nous faisons le signe de la croix, nous nous rappelons que nous sommes un fils ou une fille d’un Père qui l’aime, qui lui fait partager, grâce au don de l’Esprit Saint qui habite en nos cœurs, la vie même du Christ ressuscité auprès du Père

Chers frères et sœurs, est-ce que c’est cela le mystère de Sainte Trinité pour vous? Est-ce que c’est cette relation vivante avec un Dieu Père, Fils et Saint Esprit qui agit dans nos vies, avec qui nous partageons la vie nouvelle : la vie de la grâce reçue de Dieu lui-même qui fait de nous comme le dit la Lettre de saint Pierre des « personnes participantes de la nature divine » ( 2 Pierre 1, 4) par la grâce de Dieu ?

Conclusion

En terminant, prenons un instant pour reconnaitre et goûter la présence de la Trinité au profond de nous-mêmes et tournons-nous vers elle en redisant ces belles paroles de sainte Élisabeth de la Trinité, jeune carmélite de Dijon, (1880-1906) : « Ô mes trois, mon Tout, ma Béatitude…Ensevelissez-vous en moi pour que je m'ensevelisse en vous, en attendant d'aller contempler en votre lumière l'abîme de vos grandeurs. »

C’est ainsi que les paroles de notre Credo - le « Je crois en Dieu » - ne sont plus seulement des mots, mais des paroles pleines d’une richesse vivifiante.

« Je crois en Dieu le Père, Tout-Puissant…
Je crois en Jésus-Christ, son Fils unique notre Seigneur…
Je crois au Saint-Esprit ».


Amen!

Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l’Université Laval
Séminaire de Québec


22 mai 2018


















Mardi 22 Mai 2018
Lu 1073 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Derniers tweets
RT @vaticannews_fr: Il a marqué une époque et des générations de fidèles. Peu, cependant, au soir du 16 octobre 1978, s’attendait à ce que…
Homélie pour le 29e dimanche du temps ordinaire Année B « Les fils de Zébédée » Homélies dominicales pour les temps… https://t.co/N4b5ldKDcV
Homélie pour les funérailles de l'abbé Michel Fournier par le cardinal Gérald C. Lacroix Homélie pour les funéraill… https://t.co/pEFYAv0Uux
Homélie pour le 28e dimanche du temps ordinaire Année B « Viens, suis-moi » Homélies dominicales pour les temps lit… https://t.co/Vfp19pSNv4
Homélie pour le 27e dimanche du temps ordinaire Année B « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » Homél… https://t.co/eNJbEKrd8K