Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le 1er dimanche de l'Avent Année B « Vigilance chrétienne : tout un programme »

Homélie pour le 1er dimanche de l'Avent Année B « Vigilance chrétienne : tout un programme » par Mgr Hermann Giguère P.H., du Séminaire de Québec le 3 décembre 2017. Textes : Isaïe, 63, 16b-17.19b, 64, 2b-7, I Corinthiens 1, 3-9 et Marc, 13, 33-37.



Crédits photo : Interbible
Crédits photo : Interbible
Une image m’est revenue en entendant cet appel à la vigilance que nous lance saint Marc, c’est celle de la mère cane au repos sur le quai du lac avec ses cannetons. Je la regardais et je constatais que ce moment de pause elle le vivait en se gardant toujours en éveil. Elle fermait les yeux et baissait la tête un moment, mais elle n’arrêtait pas de la relever et de jeter un regard sur sa progéniture. C’est pour moi l’exemple concret d’une vigilance de tous les instants. C’est le message de la liturgie de ce premier dimanche de l’Avent. Les disciples de Jésus se garderont toujours éveillés.

I – Le récit de l’évangile

Ce message ressort clairement de la parabole de l’évangile que nous raconte saint Marc. L’homme qui part en voyage représente Jésus qui a quitté ses disciples et qui les a laissés seuls avec une mission semblable à celle des serviteurs de l’évangile, celle de se garder éveillés.

Comme ces serviteurs, les disciples de Jésus ont reçu « tout pouvoir ». En effet, par le baptême, en devenant filles et fils de Dieu, sœurs et frères de Jésus, ils ont reçu toutes les richesses de la grâce du Christ comme saint Paul le rappelle aux Corinthiens dans la deuxième lecture lorsqu’il leur écrit : « Je ne cesse de rendre grâces à Dieu à votre sujet pour la grâce qu’il vous a donnée dans le Christ Jésus ; en lui vous avez reçu toutes les richesses, toutes celles de la parole et de la connaissance de Dieu… aucun don de grâce ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ. »

Vivre l’attente du passage du Seigneur, de son Retour, de sa Venue est l’affaire de toute une vie. C’est pourquoi, au début de chaque année liturgique, la liturgie de l’Église revient avec les semaines de l’Avent qui nous préparent à accueillir avec un cœur renouvelé le Sauveur dont nous célébrons la nativité dans la nuit de Noël. Le mot « avent » vient d’un mot latin « adventus » qui veut « survenir, arriver ». C’est le temps où nous nous préparons à voir le Christ arriver, survenir dans le monde et dans nos vies. Rester éveillés est toujours d’actualité.

II – Quelques aspects de la vigilance des disciples de Jésus

L’attitude de vigilance sur laquelle insiste la liturgie de ce premier dimanche de l’Avent ne peut se développer en vase clos. La vigilance ne se vit pas dans une attente passive. L’attente eschatologique de la Venue du Christ, de son Retour, de son Passage se doit d’être incarnée dans le concret de nos vies. Se contenter d’attendre patiemment sans rien faire c’est le contraire de la véritable attente, de la vraie vigilance chrétienne.

Celle-ci ne nous éloigne pas du monde où nous vivons. Elle nous y insère encore plus profondément, car elle regarde vers Celui qui viendra, mais qui est déjà venu dans l’histoire il y a 2000 ans et qui est toujours présent. La vigilance chrétienne nous invite à prendre notre place dans notre monde, à en porter les joies et les peines. Elle nous invite à rester proches de ceux et celles qu’on aime. Elle nous envoie vers ceux et celles qui sont dans le besoin. Elle ne s’assoupit jamais comme la cane avec ses petits.

Souhaitons particulièrement que, cette année, elle sache regarder et voir où sont les défis et les besoins de notre monde, qu’elle nous stimule à chercher les moyens de faire connaître la richesse des dons du Seigneur pour que l’Évangile soit annoncé jusqu’au bout de la terre, qu’elle nous enseigne aussi à savoir refuser les tentations d’un monde qui s’éloigne et se sépare de Dieu ce qui se vérifie malheureusement de plus en plus dans notre société québécoise prospère et bien nantie.

III- Une prière fervente

Comment ne pas laisser nos cœurs et nos voix supplier Dieu de se manifester avec éclat comme le fait le prophète Isaïe dans la première lecture? « Pourquoi laisser nos cœurs s’endurcir et ne plus te craindre ? Reviens, à cause de tes serviteurs, des tribus de ton héritage. Ah ! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais, les montagnes seraient ébranlées devant ta face» supplie le prophète.

Le temps de l’Avent que nous commençons ce matin est un moment de pause où nous prenons le temps de laisser les grandes réalités de notre salut que nous appelons les mystères de la foi prendre racine en nous : l’Incarnation du Fils de Dieu qui se fait l’un de nous, la Rédemption qui nous apporte le salut, la présence de l’Esprit de Dieu qui vivifie toute chose, l’appel à la vie glorieuse dans l’assemblée des saints et des saintes auprès de Dieu, notre Père, pour l’éternité.

Conclusion

Laissons ces belles réalités de notre foi entrer de plus en plus en nous et demandons au Seigneur que le temps de l’Avent cette année nous permette d’oser y croire comme le propose le thème choisi au Canada par le Prions en Église qui s’intitule « OSONS Y CROIRE ». « Veillez donc, nous dit Jésus, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison... Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »

Amen!



Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec


28 novembre 2017




Crédits photo :  AnnickAmiens
Crédits photo : AnnickAmiens

















Mardi 28 Novembre 2017
Lu 661 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.