Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le 22e dimanche du temps ordinaire Année A « Si quelqu’un veut marcher à ma suite…»

Homélie à la Chapelle du Lac Poulin par Mgr Hermann Giguère P.H., du Séminaire de Québec, recteur de cette desserte pour le 21e dimanche du temps ordinaire Année A le 3 septembre 2017. Textes: Jérémie 20, 7-9, Romains 12, 1-2 et Mathieu 16, 21-27.



Si quelqu'un veut marcher à ma suite, qu'il prenne sa croix - Mathieu 16, 24 (Crédits photo : Domaine public)
Si quelqu'un veut marcher à ma suite, qu'il prenne sa croix - Mathieu 16, 24 (Crédits photo : Domaine public)
Savez-vous d’où vient le nom que nous nous donnons lorsque nous disons que nous sommes « chrétiens ». C’est facile de répondre… Vous l’avez deviné, bien entendu. Hé oui! Le mot chrétien vient de Christ. Il y ressemble d’ailleurs. Un chrétien c’est celui qui prend Jésus Christ comme modèle, c’est celui qui désire suivre Jésus Christ.

I – Jésus Christ, un modèle à suivre

Le chrétien, comme saint Pierre dans l’évangile de dimanche dernier, proclame et croit que Jésus n’est pas seulement un magicien, mais qu’il est le Fils de Dieu. Mais lorsqu’on reconnaît Jésus comme Fils de Dieu, c’est engageant. On ne sait pas jusqu’où cela va mener.

Saint Pierre le vit aujourd’hui lorsque Jésus lui indique le chemin qui va le mener à la croix. Saint Pierre ne peut imaginer un tel destin pour son Maître. « Dieu t’en garde, cela ne t’arrivera pas ».

Pour Pierre, c’est impossible que le Fils du Dieu vivant soit mis à mort. C’est impensable, inconvenable. Il n’est est pas question. Et pourtant, Jésus lui explique qu’il doit passer par là pour accomplir la volonté de son Père pour le salut de ses frères et sœurs.

On comprend saint Pierre. C’est le scandale, la folie de la croix comme dira saint Paul dans sa première Lettre aux Corinthiens (I Corinthiens 1, 23).

II – Le sens de la croix

Cette folie de la croix, c’est le mystère de la vie de Jésus. Par sa mort sur la croix, le Fils de Dieu donne un sens à notre vie. La souffrance, la mort, les divisions, le mal dans le monde tout cela est incompréhensible et absurde. Mais cela prend un sens pour un chrétien parce que Jésus a porté nos souffrances, nos misères, parce que par sa mort, il a vaincu la mort. Tout est changé au point que celui qui avec ses moyens humains veut sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de Jésus la gardera parce qu’il entrera dans les pensées de Dieu qui ne sont pas celles des humains.

On n’y arrive pas sans effort. C’est cela que veut dire «  prendre sa croix » . Si nous marchons à la suite de Jésus, la croix nous rencontrera c’est sûr. Nos croix personnelles peuvent devenir des portes pour aller plus loin dans notre rencontre de Dieu.

Être chrétien n’est pas facile aujourd’hui. On est souvent à contre-courant comme l’a été dans son temps le prophète Jérémie dont parle la première lecture. Il a été séduit par Dieu. « Tu as voulu me séduire, écrit-il, et je me suis laissé séduire ». En lui il y a comme feu dévorant que les moqueries et les railleries ne peuvent éteindre. Sa fidélité à Dieu peut nous servir de modèle dans des circonstances différentes, mais aussi difficiles parfois.

III - Application

Nous pouvons être sûrs que nous avons choisi le chemin vers le vrai bonheur. « Ne prenez pas pour modèle le monde présent » dit saint Paul dans la deuxième lecture. Le pape François y revient souvent en invitant à fuir ce qu’il appelle la « mondanité » pour suivre Jésus et marcher à sa suite. La mondanité spirituelle, qui se cache derrière des apparences de religiosité et même d’amour de l’Église, consiste à rechercher, au lieu de la gloire du Seigneur, la gloire humaine et le bien-être personnel...Il s’agit d’une manière subtile de rechercher « ses propres intérêts, non ceux de Jésus-Christ » (Philippiens 2, 21) ». (Evangelii Gaudium n. 23)

On n’a pas à chercher à faire des sacrifices, à s’imposer toutes sortes de pénitences, la vie nous en donne en quantité. Il s'agit de cultiver notre union à Jésus dans la prière, dans la fréquentation des sacrements et dans notre vie de chaque jour. Il revient à chacun et à chacune selon sa vocation, son état de vie, ses obligations et ses choix personnels de trouver les moyens concrets pour vivre la « suite de Jésus » qui est au cœur de la vie chrétienne.

L'employé dans un hôpital, le directeur d'une compagnie, la mère de famille, le retraité, la personne en perte d'autonomie etc. auront chacun leur croix personnelle. S'ils la reçoivent comme une porte qui les mène à Dieu alors cette croix deviendra un instrument de résurrection et de vie pour eux ou pour elles. Ils la vivront même avec joie car la joie n'est pas la satisfaction béate de ses instincts ou de ses besoins, elle réside avant tout dans la suite du Christ. Cette joie le pape François l'appelle "la joie de l'Évangile". Voici comment il la décrit : « La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement. Avec Jésus Christ la joie naît et renaît toujours... » (Evangelii Gaudium n. 1).

Conclusion

Dans cette messe aujourd’hui, demandons à Jésus qui nous invite à l'imiter et dont nous partagerons le Corps à la communion de nous faire toujours choisir par toute notre vie le vrai chemin, la voie étroite qui conduit à la vie éternelle. C’est ce que je vous souhaite à tous et à toutes.



Amen!

Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec


29 août 2017




















Si vous avez des problèmes à vous inscrire avec le formulaire ci-haut, ce qui peut arriver parfois, vous pouvez m'envoyer votre inscription en cliquant ici. Merci!



Mardi 29 Août 2017
Lu 377 fois




Nouveau commentaire :

Vos commentaires sont les bienvenus. Nous nous efforcerons d'y donner suite dans la mesure du possible. Merci de votre intérêt pour notre site et nos activités.

Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Galerie
Derniers tweets
RT @ecdq: Bravo à la troupe des Joyeux fracturés pour intense "Job ou la torture par les amis" de Fabrice Hadjadj, en présence @gclacroix #…
Dévoilement du banc public et de la légende de St-Joseph-des-Érables | https://t.co/zmb94topED https://t.co/sGD2l9H4Ac
RT @ecdq: Grand succès samedi, ne manquez pas à 19h Job ou la torture par les amis, de Fabrice Hadjadj https://t.co/8HSo7QhQdS #théâtre #vi…
RT @ecdq: Centenaire du pont de Québec ajd: messe 19h église St-Louis-de-France, mémoire des ouvriers https://t.co/5R309I67dZ #villeQuébec…
RT @cathobel: Un nouvel institut de recherche sur le mariage et la famille. https://t.co/C7oq3mS761