Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le 2e dimanche du Carême Année C : « La transfiguration de Jésus sur le mont Thabor : lumière de l'Alliance » ( Luc 9, 28b-36)

Homélie du 21 février 2016 par Mgr Hermann Giguère P. H., Séminaire de Québec. Textes: Genèse 15, 5-12.17-18; Philippiens 3,17-4,1 et Luc 9, 28b-36.



L'église de la Transfiguration sur le mont Thabor en Terre Sainte (Crédits photo : H. Giguère)
L'église de la Transfiguration sur le mont Thabor en Terre Sainte (Crédits photo : H. Giguère)
Ceux et celles qui font des mots croisés ont remarqué que dans la première lecture on dit qu’Abraham venait de la ville ou du village d’Our en Chaldée. On demande souvent dans les mots croisés le nom d’une ville ancienne de deux ou trois lettres. Et la réponse est Ur ou Our.

Il y a plus que les mots croisés ce matin qui nous parlent. Ce passage de la Genèse associé à celui de la Transfiguration de Jésus sur le mont Thabor nous rejoint par le fil conducteur qu’il établit entre Abraham et Jésus. Abraham vit une rencontre avec Dieu qui transfigure sa vie et Jésus devant les apôtres qui sont des témoins fiables voit lui aussi sa vie transfigurée.

Essayons d’aller un peu plus loin dans notre méditation sur cette épisode de la vie de Jésus que saint Luc vient de nous raconter.

I- Une histoire de famille

Le chrétien se rappelle durant le Carême son histoire de famille en relisant des passages de la Bible, car cette histoire de famille ne commence pas seulement avec l’arrivée de la foi chez nous par les missionnaires récollets et les missionnaires jésuites, saint François de Laval, apôtre de l'Amérique, et les autres. Elle ne commence même pas avec Jésus dont nous avons accueilli la naissance à Noël comme Sauveur du monde. Elle commence avec un personnage à nul autre pareil que la première lecture nous présente : Abraham qui, un jour, a vécu une rencontre inoubliable avec le Seigneur qui marquera tout le reste de l’histoire.

La première lecture nous la raconte avec les détails d’il y a cinq mille ans, mais cela ne doit pas nous empêcher d’en saisir la grandeur et le caractère unique. Le Seigneur qui a fait sortir Abraham d’Our en Chaldée, par un feu brûlant sur les offrandes d’Abraham, « un brasier fumant et une torche enflammée », lui montre qu’il s’est penché vers lui avec amour et miséricorde et il conclut une Alliance avec lui et sa descendance.

Dans cette présentation nous avons le fil conducteur de notre histoire de famille, celle d’une Alliance qui se manifeste par un amour désintéressé et prévenant du Dieu découvert par Abraham, un Dieu qui lui dit qu’il sera pour toujours avec lui et ceux et celles qui, à sa suite, lui feront confiance.

II- Le récit de la transfiguration

La scène de la transfiguration de Jésus sur le Thabor ne peut se comprendre sans la mettre en relation avec cette alliance commencée avec Abraham. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les apôtres voient Jésus accompagné de Moïse et Élie qui représentent les successeurs d’Abraham dans le développement de l’Alliance du peuple hébreu, la descendance d’Abraham, avec son Dieu.

Cette union indissoluble du peuple hébreu avec son Dieu trouve son accomplissement total dans Jésus, le Fils de Dieu qui se manifeste dans le temps. Ce Fils de Dieu se fait l’un de nous. Rien ne le distingue au premier abord de ceux et celles qui l’entourent, mais il porte en lui une lumière à nulle autre pareille.

C’est cette lumière qui le transfigure devant ses apôtres qui se doutent un peu du caractère exceptionnel du Maître qu’ils ont décidé de suivre, mais jamais à ce point. De la nuée sur le mont Thabor, la voix qui se fait entendre : "Celui-ci est on Fils, celui que j'ai choisi, écoutez-le" les renverse. Ils découvrent que Jésus est non seulement l’Envoyé de Dieu, mais qu’il est Dieu, né de Dieu comme le dit le symbole de la foi de Nicée-Constantinople qu’on récitait à la messe autrefois et qui est parfois utilisé dans notre liturgie : « Dieu vrai , né de Dieu - Deum verum de Deo natum ». Voir à la fin le texte complet de cette partie et la traduction française.

III- Application

Que retenir de cette méditation pour notre bénéfice personnel au cours de ce carême,

Une première chose, il me semble, serait que nous prenions conscience que par le baptême, Dieu qui nous a donné son Fils unique, qu'Il a ressuscité des morts, fait de nous ses frères et ses soeurs, des fils et des filles de Dieu, "héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ" (Romains 8, 17). Les catéchumènes qui se préparent au baptême font au cours du carême un chemin qui leur apprend comment vivre ce don merveilleux. Ayons une pensée pour eux et pour elles. Nous serons ainsi amenés à redécouvrir notre propre baptême qui a fait de nous des fils et des filles de Dieu.

Deuxième chose à retenir, c’est celle de l’inattendu des visites de Dieu. Partis pour un moment de repos et de prière sur le mont Thabor, les apôtres ne s’attendaient pas à cette expérience. Ils se laissent aller au sommeil et c’est là que Dieu les rejoint et les réveille. Nous sommes souvent endormis aujourd’hui dans nos communautés et dans nos vies. Laissons Dieu nous réveiller et laissons-nous illuminer de sa présence toujours nouvelle.

Troisième chose à retenir de ces considérations, c’est que nous sommes envoyés pour partager ce qui nous a rejoints. Ce partage n’est pas celui des stars qui se mettent en avant, c’est celui de témoins qui par leurs gestes, par leurs paroles, par leur vie montrent qu’ils sont fils et filles de lumière . « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison ». (Mathieu 5, 14-15)

Conclusion

Que cette eucharistie, signe de la nouvelle Alliance voulu par Jésus le soir du Jeudi Saint, renouvelle en nous l’accueil de l’amour miséricordieux de Dieu qui fait alliance avec chacun et chacune de nous et qu' elle nous rende pour nos frères et sœurs des témoins de la miséricorde de Dieu en pratiquant durant notre carême, selon l’invitation du pape François dans son Message du Carême 2016, les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles : « Si à travers les œuvres corporelles nous touchons la chair du Christ, écrit le pape François, dans nos frères et nos sœurs qui ont besoin d’être nourris, vêtus, hébergés, visités, les œuvres spirituelles quant à elles, - conseiller, enseigner, pardonner avertir, prier – touchent plus directement notre condition de pécheurs. C’est pourquoi les œuvres corporelles et les œuvres spirituelles ne doivent jamais être séparées. »

Bonne poursuite de votre carême !

Amen!

Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l’Université Laval
Séminaire de Québec

17 février 2016




Le symbole de Nicée-Constantinople est la profession de foi chrétienne qui fut promulgué lors du concile de Nicée de 325 et complété lors du concile de Constantinople de 381 : de là l'expression « symbole de Nicée-Constantinople ». La liturgie catholique continue de le proposer dans la célébration de l'Eucharistie avec le Symbole des apôtres qui est le pus utilisé.

« Credo in unum Deum, Patrem omnipoténtem, factόrem cæli et terræ, visibílium όmnium, et invisibílium.
Et in unum Dόminum Iesum Christum, Fílium Dei unigénitum. Et ex Patre natum ante όmnia sæcula. Deum de Deo, lumen de lúmine, Deum verum de Deo vero. Génitum, non factum, consubstantiálem Patri : per quem όmnia facta sunt. »

« Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible. Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles ; il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu. Engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par lui tout a été fait. »

C'est nous qui soulignons.




Les apôtres sur le mont Thabor lors de la Transfiguration de Jésus devant eux (Crédits photo : Sophia Center for Spirituality)
Les apôtres sur le mont Thabor lors de la Transfiguration de Jésus devant eux (Crédits photo : Sophia Center for Spirituality)

Mercredi 17 Février 2016
Lu 761 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Derniers tweets
@ecdq bravo martin et compagnie https://t.co/iuqn5ziz6A nouveaux locaux splendides continuez https://t.co/cwKJ17IsY1
RT @zenitfrancais: #Fatima: un nouveau miracle obtenu par la prière de Francisco et Jacinta, ouvrant la voie à leur canonisation https://t.…
RT @YvesCasgrain: Lancement montréalais du cd Agnus Dei de Mario Pelchat. @PresenceInfo est sur place. https://t.co/fQiia6zszr
RT @CatholicRegistr: Reopening of Jesus’ tomb after months of restoration signals new cooperation, say church leaders. https://t.co/7IeyqSk…
Homélie pour le 4e dimanche du Carême (Année A) :« L’aveugle-né : voir et croire »:... https://t.co/UlVy2luZwq https://t.co/FBAJwonxzl