Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le 31e dimanche du temps ordinaire Année C : « Zachée : amour et tendresse de Dieu » (Luc 19, 1-10)

Homélie pour le 31e dimanche du temps ordinaire Année C le 30 octobre 2016 par Mgr Hermann Giguère P. H., Séminaire de Québec. Textes : Sagesse 11, 12-12, 2 , II Thessaloniciens 1, 11-2,2 et Luc 19, 1-10.
.



Jésus rencontrant Zachée, détail du polyptique de la chapelle d'adoration de l'Abbaye Notre-Dame des Neiges située en Ardèche, auprès de la Lozère dans le diocèse de Viviers en France (Crédits photo : Le service régional d'animation biblique de l'Eglise Protestante Unie de France en Région Parisienne  biblique.fr)
Jésus rencontrant Zachée, détail du polyptique de la chapelle d'adoration de l'Abbaye Notre-Dame des Neiges située en Ardèche, auprès de la Lozère dans le diocèse de Viviers en France (Crédits photo : Le service régional d'animation biblique de l'Eglise Protestante Unie de France en Région Parisienne biblique.fr)
Homélie pour l'Année A

Zachée sur son arbre est une des images de l’évangile qui est la plus connue. Elle fait appel à l’imagination des enfants aux cours de catéchèse. Elle surprend leurs parents. Elle est digne d’une vidéo bien faite. Elle ne passe pas inaperçue. Qu’en retenir pour nous ici ce matin?

I – Le mouvement de la tendresse de Dieu

Pour répondre à cette question, il faut prendra la peine de mettre ce récit de saint Luc en lien avec les deux premières lectures qui nous permettent d’aller au-delà de l’image traditionnelle de Zachée sur son arbre.

La première lecture situe le cadre universel de l’action de Dieu dans le monde : une tendresse et un amour à nuls autres pareils. Elle en fait une description magnifique. En résumé, cette action de Dieu auprès de ses créatures, ne se limite pas à leur donner la vie et à les maintenir dans l’existence. C’est aussi et surtout une tendresse et un amour qui les touchent dans leur vie de tous les jours, dans leurs relations, dans leurs espoirs, dans leurs aspirations les plus profondes.

Écoutez ce que dit le rédacteur de la belle prière du livre de la Sagesse que nous avons lue : « Seigneur, le monde entier est devant toi comme un rien sur la balance, comme la goutte de rosée matinale qui descend sur la terre, tu as pitié de tous, parce que tu peux tout, tu fermes les yeux sur leur péchés, pour qu'ils se convertissent tu aimes en effet tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes œuvres…Maître,, tu aimes les vivants, toi dont le souffle impérissable les anime tous ».

Ce rappel de la beauté de l’amour de Dieu et de sa tendresse nous donne le cadre aussi de l’action de Jésus venu dans le monde pour manifester cette tendresse et cet amour de Dieu pour l’humanité.

II – Jésus à la recherche des brebis perdues

Tout le ministère de Jésus dans sa vie publique va consister à aller sur les routes de Palestine à la recherche de ceux et celles que Dieu aime pour leur annoncer cette bonne nouvelle.

Jésus va chez le pharisien, il s’arrête au puits avec la Samaritaine, il guérit l’aveugle-né, il appelle Mathieu, Pierre, André et Jean etc.

Et ici, il dans le récit de saint Luc que nous venons de lire, il apostrophe Zachée en lui disant « Descends vite, aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison ».

C’est un appel sans conditions. Jésus sait bien que cet homme est rejeté à cause de son travail de collecteur d’impôt qui saigne littéralement les gens pour leur soutirer le plus d’argent possible pour les autorités romaines et pour se constituer un pécule personnel important. C’est un homme sans principes autres que son bénéfice personnel. Il ne voit pas autre chose.

Et voici qu’interpellé par Jésus, son cœur change du tout au tout : « Je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »

Dieu est passé, le souffle de l’Esprit s’est manifesté, la tendresse de Dieu s’est installée chez Zachée. C’est le mystère de la rencontre de Jésus, le Fils bien-aimé du Père.

Jésus va par les chemins à la recherche des brebis perdues. Zachée est l’un de celles-là. Le salut est arrivé dans sa maison. La grâce et l’amour de Dieu ont rejoint ce collecteur d’impôt méprisé par les siens.

III – Un appel pour nous

Frères et sœurs, Dieu continue de visiter par Jésus, par l’Église, par nos frères et sœurs ses Bien-Aimés que nous sommes. Comme à Zachée, il nous dit « Aujourd’hui il faut que J’aille demeurer dans ta maison ». Il nous appelle à vivre notre vocation de fils et de filles du Père miséricordieux et plein de tendresse.

Demandons comme le souhaite saint Paul dans la deuxième lecture que Dieu nous « trouve dignes de l’appel qu’il nous a adressé, qu’il nous donne d’accomplir tout le bien que nous désirons et qu’il rende active notre foi ».

L’exemple de Zachée, retourné et converti par la présence de Jésus, est un stimulant car il nous indique que, qui que nous soyons, tout est possible pour Dieu si nous acceptons de descendre de notre arbre, un arbre qui nous éloigne des autres parfois, un arbre qui cache l’horizon et nous empêche de voir plus loin, un arbre qui est un refuge pour nous éviter de rencontrer la vie dans toutes ses dimensions, un arbre qui, hélas! nous renferme sur nous-mêmes.

Ouvrons, si vous le voulez nos yeux et nos oreilles. Jésus est là au pied de notre arbre, il nous dit comme à Zachée « Descends, aujourd’hui je viens chez toi ».

Conclusion

C’est la plus belle invitation qu’il peut nous faire, une invitation qui annonce le grand repas où il s’assoira avec nous dans l’éternité bienheureuse. « Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. » (Apocalypse 3, 20). C’est déjà ce grand repas qui est commencé dans cette Eucharistie que nous célébrons ce matin.

Ouvrons nos portes, descendons de nos arbres et partageons ce que nous avons comme le Christ nous partage son Corps et son Sang. Et les gens autour de nous se sentirons des invités bienvenus autour de cette table.

Amen!

Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec


25 octobre 2016


Mardi 25 Octobre 2016
Lu 814 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.