Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le Dimanche de la Pentecôte (Année B) « Selon le don de l’Esprit »

Homélie pour la fête de la Pentecôte (Année B) le 20 mai 2018 par Mgr Hermann Giguère P. H., Séminaire de Québec. Textes : Actes des Apôtres 2, 1-11, Galates 5, 16-25 et Jean 15, 26-27; 16 , 12-15.



Vitrail de la Basilique Cathédrale Notre-Dame de Québec (Crédits photo : H. Giguère)
Vitrail de la Basilique Cathédrale Notre-Dame de Québec (Crédits photo : H. Giguère)
La fête d’aujourd’hui, la Pentecôte, est une des plus grandes fêtes de l’année liturgique. Elle termine le cycle liturgique de Pâques. Les textes que nous avons lus ont une chose en commun : ils redisent pour notre profit que l’Évangile qui a été annoncé par Jésus a une dimension universelle. Il ne s’agit pas du message d'un club sectaire et refermé sur lui-même, mais d’un message à portée universelle.

I – La description de la Pentecôte par saint Luc

Dans la première lecture, saint Luc dans la description qu’il donne de l’évènement de la Pentecôte qu’ont vécu les apôtres, Marie, la mère de Jésus et quelques autres disciples insiste, tout long de son récit, pour marquer que ce moment est une sortie tournée vers le monde entier.

Ainsi, comme illustration, il nous présente un phénomène où tous entendent les disciples « parler dans leurs langues des merveilles de Dieu ». « Chacun d’eux entendaient dans son propre dialecte ceux qui parlaient » écrit-il. Phénomène inexplicable scientifiquement, mais signe évident de l'universalité du message de Jésus qui rejoint tout le monde peu importe son histoire, son origine ou sa langue.

Pour nous le faire voir, saint Luc comme un bon reporter, prend la peine d’énumérer les contrées de provenance des auditeurs et auditrices rassemblés auprès des disciples : Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes.

On le voit par cette énumération, le mystère de la Pentecôte est présenté comme une porte ouverte sur la nouveauté et la diversité que souffle l’Esprit dans la personne quelle que soit son origine ou ses antécédents. Il n'est pas réservé à une élite, il est offert à toute personne qui accueille l'Esprit. « Chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit » commente saint Luc.

Voilà un message important à retenir : le don de l’Esprit rejoint toutes les personnes quelles qu'elles soient. Il n'est pas une charge qui écrase, mais plutôt un souffle qui libère ce qu’il y a de mieux en chacun et chacune de nous. L’Esprit nous est donné, comme pour les apôtres, Marie et les disciples, pour nous permettre d’être nous-mêmes à la suite de Jésus. Dans l’évangile, Jésus dira que le rôle de l’Esprit c’est de recevoir ce qui vient de lui pour nous le faire connaître. « Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

Oh! bien sûr, les voies de l’Esprit sont parfois déroutantes et elles peuvent aussi être l’occasion de mauvaises interprétations. Mais les dangers de se laisser aller à l’écoute de l’Esprit ne doivent jamais éteindre son action. Hélas! dans l’Église, on a parfois préféré la sécurité du bien faire, des certitudes faciles à l’ouverture aux nouveautés de l’écoute et de la liberté de l’Esprit.

Il faut refaire souvent la prière du pape Jean XXIII qui demandait en 1959 que le concile Vatican II soit comme une nouvelle Pentecôte : « Renouvelez de nos jours vos prodiges, comme en une autre Pentecôte, et faites de la Sainte Église, toute rassemblée pour une prière plus fervente autour de Marie, Mère de Jésus, et guidée par Pierre, le règne du Divin Sauveur, règne de vérité, de justice, d’amour et de paix ».

II – Le fruit de l’Esprit

Comment bien discerner l’action de l’Esprit me direz-vous? Nous avons la réponse en relisant l’extrait de la lettre de saint Paul aux Galates qui nous est présenté ce matin.

En deux mots : regardez quel fruit est produit. Pour saint Paul, le fruit de l’Esprit a plusieurs facettes : il est amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. Et il explique que là, ce n’est pas la Loi qui intervient, c’est l’action de l’Esprit qui se manifeste, c’est lui qui nous fait vivre et puisqu’il en est ainsi il conclut : « Marchons sous la conduite de l’Esprit ».

Toutes ces facettes de l’action de l'Esprit se résument dans le premier mot qu’emploie saint Paul et qui contient tout le reste : le fruit de l’Esprit est l’amour. Ainsi, se manifeste le grand mouvement qui habite la Trinité où l’Esprit Saint est l’Amour du Père et du Fils que Dieu nous donne avec abondance lorsque nous savons l’accueillir.

Les apôtres l’ont fait et ils ont été transformés pour toujours. De peureux qu’ils étaient, ils sont devenus des missionnaires qui sont allés aux extrémités du monde. De pauvres pêcheurs illettrés, l’Esprit a fait des prédicateurs charismatiques. Hommes et femmes sans moyens, une fois devenus remplis de l’Esprit, ils ont manifesté la puissance de Jésus Ressuscité pour la transformation du monde. Leur exemple est une leçon qui peut nous rejoindre encore aujourd’hui.

III - L’action de l’Esprit Saint : une action toujours actuelle

Ce qu’il y a de beau dans la fête d’aujourd’hui, c’est qu’elle n’est pas un simple souvenir, une commémoration, mais la prise de conscience dans nos vies et dans nos communautés chrétiennes de l’action de l’Esprit Saint que Jésus dans l’évangile appelle le Défenseur (ou le Paraclet). Il nous l'enverra d’auprès du Père et ce Défenseur restera avec nous pour nous permettre de rendre témoignage. Il nous fera reconnaître tout ce que Jésus a apporté.

Cette mission de l’Esprit Saint, bien sûr, ne se réalise pas forcément en un instant. Elle accompagne le chemin des disciples de Jésus au cours de leur vie et de leurs choix. Les Pentecôtes subites sont plutôt rares à moins que le Seigneur veuille donner un signe spécial comme dans le cas de la Pentecôte qu’ont vécu les disciples à Jérusalem.

En règle générale, l’action de l'Esprit se déroule dans le creux de la vie quotidienne comme une inspiration et une présence qui élève nos cœurs, anime nos actes et guide nos choix.

Conclusion

N’ayons pas peur de prier souvent l’Esprit Saint en diverses occasions. Sa lumière et son inspiration ne nous feront pas défaut.

Comme le chante la séquence de la liturgie d’aujourd’hui disons en terminant :

« Viens Esprit Saint, en nos cœurs et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière.
Viens en nous, père des pauvres, viens, dispensateur des dons, viens lumière de nos cœurs…
Ô lumière bienheureuse, viens remplir jusqu’à l’intime le cœur de tous tes fidèles ».

Amen !

Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l’Université Laval
Séminaire de Québec



15 mai 2018


--------------------------------------------------------------------------------

Voici la Prière « Ô Saint Esprit » du Saint Pape Jean XXIII (1881-1963) canonisé le 27 avril 2014 par le Pape François

« Ô Saint Esprit, achevez en nous l'oeuvre commencée par Jésus ; donnez force et constance à la prière que nous faisons au nom du monde entier ; hâtez pour chacun de nous l'heure où nous accéderons à une profonde vie intérieure ; donnez son élan à notre apostolat, qui veut atteindre tous les hommes et tous les peuples, tous ceux qui sont rachetés par le Sang du Christ et tout son héritage. Mortifiez en nous notre présomption naturelle et élevez-nous jusqu'à la sainte humilité, la vraie crainte de Dieu, le courage généreux. Qu'aucune attache terrestre ne nous empêche de faire honneur à notre vocation ; qu'aucun intérêt, par lâcheté de notre part, ne lèse les exigences de la justice ; qu'aucun calcul ne réduise l'immensité de la charité aux étroitesses de nos petits égoïsmes. Que tout soit grand en nous : la recherche et le culte de la vérité, la promptitude de notre sacrifice, jusqu'à la croix et la mort ; et enfin, que tout corresponde à la dernière prière du Fils à son Père céleste et à cette effusion de grâces que le Père et le Fils veulent répandre par vous, Esprit d'amour, sur l'Église et sur ses institutions, sur chaque âme et chaque peuple. Amen. »



















Mardi 15 Mai 2018
Lu 551 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Derniers tweets
Homélie pour la fête de la Très Sainte Trinité (Année B) « Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit » Homélie… https://t.co/PaAJMTeCrO
Une très belle initiative du cardinal Lacroix qui manifeste ainsi le souci de garder l'insitution fondée par Mgr de… https://t.co/orxxfjJNez
Homélie pour le Dimanche de la Pentecôte (Année B) « Selon le don de l’Esprit » Homélie pour la fête de la Pentecôt… https://t.co/tAEKdCniWx
Homélie pour le 7e dimanche de Pâques (Année B) « Pour qu’ils aient en eux ma joie » Homélie pour le 7e dimanche de… https://t.co/YGVRWOBvvB
Homélie pour l'Ascension du Seigneur (Année B) « Enlevé au ciel et assis à la droite de Dieu » Homélie pour l'Ascen… https://t.co/IhouZ3MjCt