Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Qui sera le prêtre de demain? par David Labossière, séminariste du Grand Séminaire de Québec

"Qui sera le prêtre de demain?" par David Labossière, séminariste du diocèse de St-Hyacinthe au Grand Séminaire de Québec. David nous partage ici sa perception de futur prêtre envoyé aujourd'hui au service du Peuple de Dieu, particulièrement en paroisse.



Photo de David Labossière, séminariste du Grand Séminaire de Québec
Photo de David Labossière, séminariste du Grand Séminaire de Québec
Extrait de son travail dans le cours Spiritualité des ministères donné par Mgr Hermann Giguère à l’hiver 2012. Reproduit avec l'autorisation de l'auteur. Bonne lecture.

Il est important de souligner, au point de départ, l'importance que le prêtre au fait qu'il tire toute légitimité et toute grâce du Christ seul. Le Christ est clair: «en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire» Jn. 15,8. L'Église le rappelle lorsqu'elle affirme que «par l'ordination et la mission reçue des évêques, les prêtres sont mis au service du Christ Docteur, Prêtre et Roi; ils participent à son ministère» (Vatican Il, l'intégralité,... Vie et ministères des prêtres, préambule) et «le sacerdoce ministériel ou hiérarchique des évêques et des prêtres...participent de l'unique sacerdoce du Christ» ( Catéchisme de l'Église catholique, CECC,...art.1547). Cela signifie concrètement que le prêtre, puisqu'il agit au nom du Christ, par lui et avec lui, se doit d'être disposé, d'un côté, à se laisser reconfigurer par la grâce et à laisser cette grâce, avec le moins de résistance possible, les transformations à opérer. D'un autre côté, comme la grâce ne transforme pas, mais complète, le prêtre se doit d'être aussi disposé, par l'effort continu et la patience, à imiter Jésus et à le prendre pour modèle, dans la pensée, la prise de parole et dans les actes. C'est-à-dire à l'image d'un Roi certes, mais qui adopte l'attitude du serviteur, tel qu'il se livre lui-même au récit de la Cène: il se ceint les reins et lave les pieds de ses disciples. Pour travailler à sa vigne, et pour être reconnu comme un travailleur, il convient d'adopter l'attitude humble du serviteur, encore plus dans une société comme la nôtre, où l'église est, ou a été perçue, comme i autoritaire et hautaine, à tort ou à raison. Cela pourrait scandaliser et stigmatiser de nombreuses personnes qui n'ont pas besoin de ce contre témoignage dans leur vie spirituelle. D'ailleurs, intuitivement, comme une abeille est attirée par le pollen des fleurs, l'être humain, à mon avis, attend, intuitivement, envers le Christ, et ses représentants, cette fragrance, ou cette odeur de la suavité, de la douceur et de l'humilité. Celui qui la possédera se verra pardonner bien des péchés de la part des fidèles, du moins je l'espère!

La barre est haute pour le prêtre, nous en convenons! Cette proximité au Christ ne peut être que dans le secret de la chambre. Elle doit, pour le prêtre, à mon avis, oser s'incarner, avant tout dans les relations extérieures. Cela pourrait se traduire de deux manières concrètes dans le ministère du prêtre. La première est relative à prédication: elle devrait inclure les éléments fondamentaux de la vie spirituelle, par exemple les Demeures de Thérèse d'Avila, ou les Exercices spirituels d'Ignace de Loyola, de manière à permettre aux fidèles d'être conscients, eux aussi, de toutes leurs richesses intérieures, de la présence du Christ et des grâces infimes des sacrements qu'ils peuvent recevoir. Bref, il s'agit de leur indiquer le chemin de la vie intérieure et de leur donner les clés pour avancer. D'une part, cela pourrait permettre aux fidèles, mis en route, de se réapproprier le langage chrétien, de façon à mieux se comprendre eux-mêmes et à mieux se dire aux autres, conséquemment de la mission du témoignage au monde qu'ils portent, eux aussi. En espérant que cet effort du prêtre permettra aussi aux fidèles de canaliser toutes leurs soifs spirituelles, au lieu qu'elles soient dispersées selon l'offre du moment. D'ailleurs, le trésor patrimonial que les saints et saintes nous ont laissé est d'une richesse incommensurable, à condition qu'il soit partagé de manière adaptée à la vie des laïcs, qui doivent se sanctifier dans le monde, et non dans le calme d'un monastère!

Le deuxième aspect consistera pour le prêtre, à accepter d'accorder une place plus grande à l'Esprit Saint, qui souffle où il veut. En d'autres termes, un prêtre plus pneumatologique, sans ~ tomber dans les excès du renouveau charismatique. Cela pourrait se traduire par aller hors des chemins déjà existants, disons traditionnels, sécurisants de la paroisse. Autrement dit, il doit sortir d'un certain conformisme, rigidité ou intransigeance que certains pasteurs adoptent dans l'exercice de leur fonction pour faire sienne la grande liberté de l'Esprit qui souffle où il veut et qui accomplit des miracles qui sortent de «l'ordinaire» de nos attentes ou catégories. Il lui faut inventer de nouvelles façons d'évangéliser, de faire entendre la Parole, sur les places publiques, dans les centres d'achats, un peu comme les dominicains l'ont fait à leurs débuts, qui sait? Il reste beaucoup à inventer, dans les limites du raisonnable, bien entendu!!!

Enfin, le prêtre se doit de cultiver une relation d'amitié avec le Christ, de l'ordre de celle qu'ont eue les Apôtres avec le Christ. Premièrement afin que le prêtre se réjouisse de toute la gloire et la richesse de ce dernier, ici-bas sur terre comme au ciel. Il importe qu'il soit heureux, et qu'il témoigne authentiquement de sa joie d'être chrétien et pauvre pour le royaume, plutôt qu'aigri de tous les renoncements et abaissements de sa fonction et de son rang, d'autant plus que nous sommes dans une société assez riche et qui offre à de nombreuses personnes une qualité de vie assez élevée , qui n'est pas à l a portée du prêtre. Deuxièmement, c'est un avis personnel, les fidèles et les païens ont un urgent besoin, tout comme moi, de découvrir la bonté et la joie du Christ, à travers des prêtres qui peuvent en témoigner. Il ne faut surtout pas insister sur une image dure, austère et sévère du Christ, mais au contraire que les gens puissent découvrir le bon caractère et la belle personnalité du Christ, découlant de sa filiation divine, mais aussi de ses parents, Marie et Joseph. Un Christ qui aimait les gens, qui aimaient manger, boire, parler, rire, se réjouir avec eux. Il y a là un élément fondamental de la spiritualité à transmettre aux hommes et aux femmes de ce temps. Mais quelle ascèse, quelle commande pour celui qui écrit ces lignes!!! Je reste néanmoins optimiste, car je crois qu'avec la bonne volonté et l'abandon, je peux permettre à Dieu d'agir avec moi avec un minimum d'efficacité. Grâce notamment aux contacts avec les séminaristes, les formateurs, et bientôt les paroissiens, contact parfois abrasif et rude des hommes et des femmes de ce monde d'aujourd'hui, avec leurs joies et leurs peines, leurs espoirs et leurs angoisses.

Bref, le prêtre se doit d'être à la fois du monde et à la fois étranger à ce monde, figure d'espérance de joie profonde, signe des bonheurs à venir auprès du Christ pour ceux et celles qui vendant tout ce qu'ils ont, se mettent à sa suite.




DAVID LABOSSIÈRE

David a 35 ans. Il est né en 1976. Il sera ordonné diacre pour le diocèse de Saint-Hyacinthe au Québec le 29 juin 2012 par Mgr François Lapierre, évêque de Saint-Hyacinthe. Il est entré au Grand Séminaire de Québec en septembre 2005 après avoir été sur le marché du travail pendant quelques années. Il a fait son stage pastoral à Granby dans son diocèse de 2009 à 2011. Il termine cettte année sa maîtrise en théologie à l'Université Laval.


Lire aussi le témoignage d'Yves Fournier à l'occasion de l'Année sacerdotale

Séminaristes du Grand Séminaire de Québec 2012-2013
Séminaristes du Grand Séminaire de Québec 2012-2013

Jeudi 26 Avril 2012
David Labossière
Lu 1975 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Galerie
Derniers tweets
RT @cathobel: Un nouvel institut de recherche sur le mariage et la famille. https://t.co/C7oq3mS761
RT @YvesCasgrain: Entrevue Le Chemin neuf, 20 ans de présence œcuménique au Canada https://t.co/9OMi1ouMz3 @PresenceInfo https://t.co/fu5Yi…
RT @SemStSulpice: 44 séminaristes, 6 pères du conseil : c'est la rentrée 2017-2018 pour le Séminaire Saint-Sulpice d'Issy-les-Moulineaux !…
RT @Ant_Robitaille: C'est mieux ça comme ça:que la potiche royale reste une potiche.Que la monarchie se fasse discrète. https://t.co/U6mH4C…
RT @ecdq: Vidéo: Consécration de Élise Lussier Desbiens ds l’Ordre des vierges consacrées, conférée par @gclacroix https://t.co/K5Ux6RIasl…