Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le 4e dimanche de l'Avent Année A « Voici comment fut engendré Jésus Christ »

Homélies dominicales pour les temps liturgiques par Mgr Hermann Giguère P.H. du Séminaire de Québec. Homélie du 22 décembre 2019. Textes de l'Écriture : Isaïe 11, 1-10, Romains 15, 4-9 et Mathieu 3, 1-12.



Le songe de Joseph par Gaetano Gandolfi, 1790 (Crédits photo : Domaine public via Wikimedia Commons)
Le songe de Joseph par Gaetano Gandolfi, 1790 (Crédits photo : Domaine public via Wikimedia Commons)
Il arrivait souvent dans ma région natale ou encore au collège que l’on donne à quelqu’un un surnom qui exprimait un trait de sa personnalité ou sa situation dans le groupe. Plusieurs de ces surnoms sont devenus au Québec des noms de famille comme, par exemple, Lafortune, Lafontaine, Lebeau, Lebon etc. C’est le cas dans plusieurs régions du monde aussi. J’ai un ami africain dont le prénom Ametepe signifie « la place de l’homme» en référence à son grand père dont il est le remplaçant dans la famille avec tous les honneurs et titres lié à son rang.

Nous avons dans les textes des lectures de ce matin deux noms qui nous sont présentés avec leur signification précise dans la culture hébraïque. Pour nous ces deux noms sont une richesse qui dépasse les simples surnoms.

I - Emmanuel(c’est-à-dire : Dieu-avec-nous)

Le premier de ces noms se retrouve dans le texte de la première lecture tirée du livre du prophète Isaïe. L’auteur en donne l’explication. Emmanuel veut dire « Dieu-avec-nous ».

Ce nom est tout entier enraciné dans la culture biblique qui raconte la découverte d’Abraham suivi d’Isaac et de Jacob qui font alliance avec leur Dieu.

En effet, l’originalité de l'Ancienne Alliance réside dans le fait que le Dieu de l’Alliance n’est pas un Dieu séparé des siens, tout-puissant et lointain. Il est, au contraire, proche de son peuple, de ceux et celles qu’il a choisis. Il les accompagne. Il est avec eux. Sa présence se voit dans ses œuvres à commencer par l’univers lui-même qui est l’œuvre de ses mains et dans les personnes qui se confient à lui pour entretenir avec lui une relation d’amitié et de confiance à nulle autre pareille.

Nous sommes loin des dieux des religions de toutes sortes qui ont pullulé en Orient notamment. Nous sommes loin de dieux comme celui que chante Gilbert Bécaud dans son chant « Je t’appartiens » où il lui disait « Souvent je pense que dans ton immense palais de silence tu dois être bien ».

Non! le Dieu révélé dans la Bible est un Dieu avec nous. Il est vraiment l’Emmanuel. Ce nom est appliqué à celui qui le représente le mieux et qui est né à Bethléem de la Vierge Marie, Jésus.

II – Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve)

Dans le message de l’ange à Joseph dans l’Évangile qui vient d’être lu, au nom Emmanuel qui convient parfaitement à Jésus s'ajoute un autre nom, celui que nous connaissons bien : « Jésus ».

Relisons ce qu’écrit saint Mathieu. L'ange  du Seigneur qui apparaît en songe à Joseph lui dit : « [Marie, ton épouse] enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés ».

Cet enfant donné par Dieu au monde à travers cette jeune fille qui est Marie annonce une bonne nouvelle dont il est porteur et son nom l’exprime bien. Jésus veut dire « Le-Seigneur-sauve ». Cette bonne nouvelle c’est que Dieu n’est pas seulement proche des siens mais il les guérit de leurs blessures morales de toutes sortes. Il redresse les torts. Il instaure un royaume de paix et d’amour. Le nom de Jésus que Joseph reçoit et qu’il donnera au fils de Marie exprime sa mission.

À juste titre d'ailleurs, car la réalité qui est mise ainsi devant nos yeux est celle du salut. Dieu qui est avec nous - l'Emmanuel - est aussi celui qui nous élève jusqu'à lui, qui nous sauve des limites dans lesquelles nous nous engluons trop souvent par nos fautes et nos péchés, il est celui qui nous sauve. Il est celui qui fait sortir le meilleur qui est dans l’humanité en devenant l'un de nous par l'incarnation de son Fils comme nous le fêterons à Noël.

Joseph en acceptant de garder Marie près de lui devient un acteur majeur du plan de Dieu dans lequel il entre malgré ses hésitations premières. Il agit avec son coeur et son amour pour Marie mais aussi avec sa foi dans les paroles de Dieu reçues dans ce songe dont nous parle l'évangile. « Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse ».

III – Application

Ces remarques sur les deux noms que les lectures nous présentent ce matin me permettent de nous inciter à entrer, pendant l’Avent, dans le mouvement de l'Alliance de Dieu avec l'humanité qui est un mouvement qui va de Dieu vers nous, mais aussi qui va de nous vers Dieu.

Dieu est avec nous, il se fait l’Emmanuel. Il vient habiter parmi nous en Jésus que Marie porte comme un don de l’Esprit comme lui dit l’ange à l’Annonciation : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu ». (Luc 1,35)

Il est aussi celui qui permet à l’humanité de s’élever et de regarder sans cesse plus haut. C’est le mouvement du bas vers le haut. « Mon âme exalte le Seigneur... Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! » chantera Marie devant Élisabeth lors de la Visitation (Luc 2, 46-49).

Ces deux mouvements du haut vers le bas et du bas vers le haut sont essentiels à notre démarche de disciples de Jésus. Celui-ci a été tout entier au service de son Père et nous a montré le chemin pour aller vers Lui à sa suite en nous mettant au service de nos frères et sœurs.

Conclusion

Nous pouvons dans les quelques jours qui restent avant la fête de Noël entrer encore plus profondément dans le mouvement d’accueil du don de Dieu qui nous est fait afin que nous soyons capables d’aller vers Lui avec confiance.

Le temps de l’Avent nous a permis de vivre une étape préparatoire aux fêtes de Noël en nous ressourçant dans la Parole de Dieu et dans les promesses qu’il a faites. Nous avons vécu de nouveau une attente qui a ouvert nos cœurs à ce que le Seigneur veut faire pour chacune et chacun de nous dans les fêtes que nous nous apprêtons à vivre. Je vous souhaite un Joyeux Noël.


Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec

17 décembre 2019
























Lectures de la messe pour le 4e dimanche de l'Avent Année A

Première lecture
« Voici que la vierge est enceinte » (Is 7, 10-16)

Lecture du livre du prophète Isaïe

En ces jours-là,
le Seigneur parla ainsi au roi Acaz :
« Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu,
au fond du séjour des morts
ou sur les sommets, là-haut. »
Acaz répondit :
« Non, je n’en demanderai pas,
je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. »
Isaïe dit alors :
« Écoutez, maison de David !
Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes :
il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu !
C’est pourquoi le Seigneur lui-même
vous donnera un signe :
Voici que la vierge est enceinte,
elle enfantera un fils,
qu’elle appellera Emmanuel
(c’est-à-dire : Dieu-avec-nous).
De crème et de miel il se nourrira,
jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien.
Avant que cet enfant sache rejeter le mal
et choisir le bien,
la terre dont les deux rois te font trembler
sera laissée à l’abandon. »

– Parole du Seigneur.
Psaume
(Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6)

R/ Qu’il vienne, le Seigneur :
c’est lui, le roi de gloire ! (cf. Ps 23, 7c.10c)

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Deuxième lecture
Jésus-Christ, né de la descendance de David, et Fils de Dieu (Rm 1, 1-7)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Paul, serviteur du Christ Jésus,
appelé à être Apôtre,
mis à part pour l’Évangile de Dieu,
à tous les bien-aimés de Dieu qui sont à Rome.

Cet Évangile, que Dieu avait promis d’avance
par ses prophètes dans les saintes Écritures,
concerne son Fils qui, selon la chair,
est né de la descendance de David
et, selon l’Esprit de sainteté,
a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu
par sa résurrection d’entre les morts,
lui, Jésus Christ, notre Seigneur.

Pour que son nom soit reconnu,
nous avons reçu par lui grâce et mission d’Apôtre,
afin d’amener à l’obéissance de la foi
toutes les nations païennes,
dont vous faites partie,
vous aussi que Jésus Christ a appelés.

À vous qui êtes appelés à être saints,
la grâce et la paix
de la part de Dieu notre Père
et du Seigneur Jésus Christ.

– Parole du Seigneur.

Évangile
Jésus naîtra de Marie, accordée en mariage à Joseph, fils de David (Mt 1, 18-24)

Alléluia. Alléluia.
Voici que la Vierge concevra :
elle enfantera un fils,
on l’appellera Emmanuel, « Dieu-avec-nous ».
Alléluia. (Mt 1, 23)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Voici comment fut engendré Jésus Christ :
Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ;
avant qu’ils aient habité ensemble,
elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.
Joseph, son époux,
qui était un homme juste,
et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
décida de la renvoyer en secret.
Comme il avait formé ce projet,
voici que l’ange du Seigneur
lui apparut en songe et lui dit :
« Joseph, fils de David,
ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse,
puisque l’enfant qui est engendré en elle
vient de l’Esprit Saint ;
elle enfantera un fils,
et tu lui donneras le nom de Jésus
(c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve),
car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Tout cela est arrivé
pour que soit accomplie
la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
Voici que la Vierge concevra,
et elle enfantera un fils ;
on lui donnera le nom d’Emmanuel,
qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

Quand Joseph se réveilla,
il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit :
il prit chez lui son épouse.

– Acclamons la Parole de Dieu.



Mardi 17 Décembre 2019
Lu 777 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.