Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

« La création entière, dans sa propre nature, était remodelée » - Homélie pour le samedi de la 32e semaine du Temps ordinaire Année B

Homélie aux candidats au diaconat permanent de Québec au Séminaire de Québec, le 14 novembre 2009, par Mgr Hermann Giguère P.H. Textes de l'Écriture: Sg 18, 14-16; 19, 6-9 et Lc 18,1-8.



La statue du Cristo redentor sur le Pain de sucre à Rio de Janeiro
La statue du Cristo redentor sur le Pain de sucre à Rio de Janeiro
I - Une image

Deux mots très connus vont me servir à tracer un fil conducteur entre la belle lecture du livre de la Sagesse et celle du passage de saint Luc que nous venons d’entendre : « micro » et « macro ». Je m’explique.

Il n’y a pas de « macroréalité » sans « microréalité ». En informatique, par exemple, les Gigabytes sont faits de millions de bytes. Les corps vivants renferment des milliers de cellules. L’univers est constitué de milliards d’atomes.

II - Application

Hé bien! il en est ainsi de la « macroréalité » du Dessein de Dieu que décrit le livre de la Sagesse. Le texte de la première lecture tirée du livre de la Sagesse met de l’avant l’histoire du salut, le mouvement du monde, de l’humanité, de l’univers tout entier. « La création entière, dans sa propre nature, était remodelée au service de tes décrets pour que tes enfants soient gardés sains et saufs. » Et rappelant la traversée de la Mer Rouge, l’auteur du livre de la Sagesse continue : « Et là le peuple entier, que ta main protégeait, traversa en contemplant des prodiges merveilleux…ils chantaient ta louange, Seigneur, toi qui les avais délivrés. »

L’Évangile nous donne une clef pour entrer dans ce grand mouvement dont nous sommes partie prenante à notre niveau de la « microréalité » : comme la veuve de l’Évangile – cette toute petite, exclue. Pour entrer dans ce mouvement intense du Dessein d’Amour de Dieu sur le monde, il faut en réponse à l’invitation de Jésus, comme cette veuve, vivre l’attente sans se lasser, toujours prier sans se décourager, car Dieu peut se faire attendre des siens pour affermir leur foi. Le Royaume de Dieu est déjà là, mais pas encore. C’est pourquoi, Dieu arrive « vite » dans nos vies. Il fait irruption. C’est le sens premier du texte grec qu’on a traduit par « sans tarder » dans la traduction liturgique. Il signifie littéralement « à l’improviste, de façon imprévue, d’une manière soudaine ».

L’attente c’est le « pas encore », c’est le regard en avant. C’est aussi l’inquiétude parfois : viendra-t-il? ne viendra-t-il pas? C’est encore la patience dans la durée, la persévérance, mais c’est toujours l’espérance.

III - Découvrir le Corps Mystique

Nous sommes invités par ces textes à la fin de l’année liturgique à regarder en avant vers le Christ, Roi de l’Univers dont nous attendons le Retour, à vivre les questionnements de la foi, les inquiétudes de la vie, à faire confiance au jour le jour dans la patience et la persévérance.

Ce faisant, nous entrons dans le grand mouvement, la « macroréalité » du Retour de l'Univers à Dieu dont il vient, emportés vers le Christ, « Commencement – Alpha » et « Fin – Omega » de l’histoire comme l’expriment si bellement les inscriptions gravées sur le cierge qu’on bénit lors de la Veillée pascale à Pâques. Sur la cire du cierge il y a une croix rouge. Dans chacun des angles formés par les bras sont inscrits un des quatre chiffres du millésime de l’année. Au-dessus et au-dessous de la croix, la première et la dernière lettre de l’alphabet grec (Alpha et Omega) manifestent que le Christ est commencement et fin de toutes choses.

Cette communion de toutes ces petites réalités que nous sommes dans un immense mouvement d’amour nous l’appelons à la suite de saint Paul le « Corps Mystique » dont nous sommes des éléments indispensables unis ensemble et au Christ, un Corps où chaque membre, chaque partie a sa place et sert au bien de l’ensemble. Souvenez-vous de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus qui, durant sa maladie, offrait ses pas pour un missionnaire qui avait besoin d’énergie pour continuer. Pensez à tous ces aînés, à nos parents, diminués dans leur santé, qui nous disent parfois « je n’ai rien fait », mais qui ont été comme la veuve de l’évangile, une petite personne de la « microréalité » qui constitue toute la beauté de l’Univers dans le Dessein de Dieu.


Conclusion

Chers frères et soeurs, que cette Eucharistie vécue en union à nos frères et sœurs répandus de par le monde nous fasse entrer de plus en plus dans ce mystère de l’attente du Retour du Christ glorieux en refaisant les gestes du Christ et en redisant ses paroles dans la foi « jusqu’à ce qu’il vienne », comme dit saint Paul aux Corinthiens en leur décrivant le Repas du Seigneur (I Co 11, 26).

Amen!

Mgr Hermann Giguère, P.H.
Le 14 novembre 2009.

« La création entière, dans sa propre nature, était remodelée » - Homélie pour le samedi de la 32e semaine du Temps ordinaire Année B
C’est Heitor da Silva Costa, ingénieur qui a construit le Cristo redentor avec le sculpteur français Paul Landowski. Un concours avait été organisé par l’Église catholique en 1921 afin de célébrer le centenaire de l’indépendance du Brésil, datant de1822. Il est rare à Rio, sauf en pleine rue, entouré de hauts immeubles, qu’on n’ait pas ce Christ monumental dans son champ de vision. C’est un repère, on n’imaginerait plus le "Pain de sucre" sans lui.


Dimanche 14 Novembre 2010
Lu 5199 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.