Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

« Foi et ardeur » - Allocutions du Supérieur général du Séminaire de Québec et de Mgr l'Archevêque de Québec pour la célébration officielle du 350e anniversaire de la fondation du Séminaire de Québec

Le 350e anniversaire de la fondation du Séminaire de Québec étant le 26 mars, ce jour tombait le mardi de la Semaine Sainte en 2013. Mgr Gérald C. Lacroix désirant marquer cet anniversaire par une messe d'action de grâces à la Basilique-cathédrale de Québec, le comité organisateur des fêtes lui a proposé de le faire selon ses disponibilités. Il a choisi le dimanche 14 avril 2013.



C'est ainsi que les prêtres du Sémianire de Québec, agrégés, auxiliaires et associés, accompagnés de leurs invités spéciaux, représentant les trois communautés qui étaient en Nouvelle-France au moment de la fondation en 1663, à savoir les Augustines, les Ursulines et les Pères jésuites, se sont retrouvés autour de Mgr l'Archevêque pour une célébration eucharistique solennelle à la Basilique-cathédrale à 9h30. Mgr Maurice Couture, évêque émérite de Québec, Mgr Laurent Noël, évêque émérite de Trois-Rivières, Mgr Eugène Tremblay, évêque .émérite d'Amos et prêtre agrégé du Séminaire de Québec, Mgr Gaétan Proulx, évêque auxiliaire à Québec ainsi que 35 prêtres étaient présents.

Cette célébration a été suivie d'une santé dans la Salle des prêtres au Pavillon Jean-Olivier-Briand. Puis le Séminaire de Québec a offert un banquet dans le Réfectoire du Séminaire. C'est au cours de ce banquet que le Supérieur général du Séminaire de Québec, monsieur l'abbé Jacques Roberge, a prononcé l'allocution qui suit après celle de Mgr Gérald C. Lacroix, archevêque de Québec et premier supérieur de la communauté des prêtres du Séminaire de Québec.

Une partie des membres des communautés fondatrices : Ursulines, Augustines et Pères jésuites invitées au 350e du Séminaire de Québec le 14 avril 2013 à la messe d'action de grâces (Photo H. Giguère)
Une partie des membres des communautés fondatrices : Ursulines, Augustines et Pères jésuites invitées au 350e du Séminaire de Québec le 14 avril 2013 à la messe d'action de grâces (Photo H. Giguère)
Cliquez ici pour voir un album de photos sur la messe et le banquet pour le 350e anniversaire de fondation du Séminaire de Québec le 14 avril 2013.

Album du photographe Daniel Abel sur Flickr

Belle visite à toutes et à tous!






Le Supérieur général du Séminaire de Québec, monsieur le chanoine Jacques Roberge (Photo H. Giguère)
Le Supérieur général du Séminaire de Québec, monsieur le chanoine Jacques Roberge (Photo H. Giguère)
Allocution du Supérieur général du Séminaire de Québec

Mgr l’Archevêque,
Mgr Proulx,
Révérendes sœurs de la communauté des Augustines de la Miséricorde, de la communauté des Ursulines,
Représentants de la communauté des Pères Jésuites,

Nous avons retenu notre souffle jusqu’aujourd’hui pour célébrer le 350e anniversaire de fondation du Séminaire de Québec qui est passé presqu’inaperçu le 26 mars dernier, en plein cœur de la semaine sainte. Nous avons attendu jusqu’à ce dimanche car nous voulions célébrer cet anniversaire important en votre compagnie et avec notre Archevêque.

Quand François de Laval débarque à Québec en 1659, le chemin de l’évangélisation était déjà ouvert depuis un bon moment en ce pays. Les Récollets étaient présents en Nouvelle-France depuis plus de 40 ans, et les Jésuites étaient arrivés dans la vallée du St-Laurent depuis 1625. Les Hospitalières et les Ursulines étaient déjà installées depuis 1639. Le jeune vicaire apostolique débarquait donc à Québec presqu’en pays de connaissance et il a pu récolter immédiatement le fruit du labeur des premiers missionnaires.

C’est extraordinaire de pouvoir se retrouver ensemble aujourd’hui en ce Séminaire pour fêter ce 350e anniversaire. Nous avons parcouru un grand bout de chemin ensemble. Ce fut une histoire merveilleuse, remplie de joies, mais aussi d’épreuves, notamment celles des guerres et des incendies qui nous ont tous amenés à des remises en question profondes et nous ont invités à raviver la flamme du départ et à nous relever pour continuer notre marche ensemble au service de l’Église de la Nouvelle-France.

Et quelle était cette flamme qui animait nos premiers missionnaires et ceux qui les ont suivis? C’était l’amour de Dieu qui brûlait le cœur de ces hommes et de ces femmes extraordinaires, et le souci d’annoncer l’évangile spécialement aux premiers habitants de ce pays, aux autochtones. L’Église de la Nouvelle-France et née de ce grand courant missionnaire qui animait la France au XVIIe siècle. François de Laval s’est nourri de ce grand courant missionnaire en fréquentant les Jésuites au collège de La Flèche et par la suite au collège de Clermont à Paris. Il s’est laissé toucher, tout comme Marie de l’Incarnation et les premières hospitalières, par les récits des missionnaires en Nouvelle-France, tels que rapportés par le Père Le Jeune dans les Relations des Jésuites.

Soeur Lise Tanguay, supérieure des Augustines du Monastère de l'Hôtel-Dieu signant le Livre d'Or (Photo H. Giguère)
Soeur Lise Tanguay, supérieure des Augustines du Monastère de l'Hôtel-Dieu signant le Livre d'Or (Photo H. Giguère)
Le Duchesse d’Aiguillon a puisé dans les Relations des Jésuites son inspiration pour fonder un hôpital à Québec et s’associer aux Augustines Hospitalières de Dieppe afin de réaliser son projet. L’hôpital devait servir non seulement à soigner les malades, mais il devait servir aussi la cause de l’évangélisation des autochtones. C’est dans cet esprit de service auprès des malades et ce profond désir de faire connaitre l’évangile que Mère Catherine de St-Augustin est venue se joindre quelques années plus tard à l’équipe des premières Augustines. Elle n’avait que 16 ans. Quelle foi, quelle détermination et quelle audace!

Du côté des Ursulines, c’est aussi la même foi et le même amour qui a conduit Marie de l’Incarnation et ses soeurs, accompagnées de Mme de la Peltrie, jusqu’en Nouvelle-France. Animées d’un même esprit missionnaire, elles mirent sur pied la première école pour jeunes filles en Amérique du nord. Et les premières élèves furent des amérindiennes avec lesquelles elles eurent plus de succès que les Jésuites et le Séminaire avec les garçons amérindiens. Le décrochage scolaire n’est donc pas un problème récent et il touchait surtout les garçons, même à cette époque...

Une foi inébranlable et un désir profond de faire connaitre la Bonne Nouvelle animaient et soutenaient ces hommes et ces femmes qui ont posé les premières pierres de notre Église. Et, c’est ici, sur le Cap-Diamant, que cela se passait il y a 350 ans. Rendons grâce à Dieu pour le témoignage de nos prédécesseurs dans la foi, et demandons au Seigneur de nous accorder la même ardeur pour continuer à proposer son évangile au cœur de notre cité. Foi et ardeur sont probablement les clés du succès attendu de la nouvelle évangélisation.

Merci d’être avec nous pour célébrer ce 350e anniversaire de fondation du Séminaire, et en témoignage d’amitié et de reconnaissance pour toutes ces années de travail ensemble au service de la mission, j’invite le Président des Fêtes, M. l’abbé Louis Bouchard, à venir présenter un souvenir de cet événement à chacune des grandes communautés fondatrices. J’invite maintenant Sr Thérèse Duchesne, représentante de la Supérieure générale des Ursulines de l’Union canadienne, le Père André Brouillette, représentant du supérieur provincial de la province Québec-Haïti de la Société de Jésus, et Sr Hélène Marquis, supérieure générale des Augustines de la Miséricorde à s’avancer pour cette remise officielle.






Allocution de Monseigneur Gérald Cyprien Lacroix Archevêque de Québec et Primat du Canada

à l’occasion du 350e anniversaire de fondation du Séminaire de Québec, Québec, 14 avril 2013

« Fondées sur le Christ ressuscité, le meilleur est à venir ! »

Les deux minutes qui me sont allouées ne me permettent pas d’entreprendre un parcours très développé sur l’apport magistral et impressionnant des communautés fondatrices qui ont joué un rôle exceptionnel dans l’établissement et le développement de notre Séminaire, de notre Église, de notre pays. Permettez-moi toutefois de rendre grâce à Dieu avec vous du fait que ces com- munautés fondatrices étaient solidement enracinées, fondées dans la foi au Christ ressuscité. Sans cette foi, impossible de persévérer au milieu de tant de difficultés et de défis. Comme nous le rappelle saint Paul dans sa lettre aux Colossiens : « Poursuivez donc votre route dans le Christ Jésus le Seigneur, tel que vous l’avez reçu ; soyez enracinés et fondés en lui, affermis dans la foi » (Col 2, 6-7).


Peu de peuples au monde peuvent être aussi fiers que nous d’avoir bénéficié de la présence et de l’engagement de communautés religieuses, tels les Récollets, les Jésuites, les Augustines Hospitalières de la Miséricorde de Jésus et les Ursulines pour éduquer les premières générations de colons ainsi que les peuples autochtones qui vivaient déjà sur ce territoire, pour prendre soin des malades et des pauvres, pour évangéliser en Nouvelle-France.

Je me réjouis de l’initiative du Séminaire de Québec qui, en célébrant son 350e anniversaire de fondation, prend le temps aujourd’hui de reconnaître l’apport incommensurable et fidèle des communautés fondatrices présentes à Québec avant même sa fondation, et avec lesquelles se sont tissées l’histoire de notre Église et de notre nation. La fête d’aujourd’hui célèbre et témoigne haut et fort que l’Église est une famille riche en charismes et en vocations, au service d’une belle et grande mission. S’il est vrai que parfois cela va plus vite lorsqu’on est seul, les preuves sont fai- tes que nous allons beaucoup plus loin lorsque nous travaillons ensemble.

Dieu soit loué pour ces générations de personnes consacrées qui ont grandement enrichi la mission du Séminaire de Québec et ont permis à notre société d’être ce qu’elle est.

Un 350e anniversaire n’indique pas le bout de la route, mais offre l’opportunité de com- mencer un nouveau chapitre de notre histoire. Fiers de notre passé, comme il se doit, enracinés dans la foi au Christ ressuscité, nous pouvons affirmer que le meilleur est à venir !
Mgr Gérald C. Lacroix, archevêque de Québec s'adressant aux personnes invitées dans le réfectoire du Séminaire (Photo H. Giguère)
Mgr Gérald C. Lacroix, archevêque de Québec s'adressant aux personnes invitées dans le réfectoire du Séminaire (Photo H. Giguère)

Samedi 13 Avril 2013
Jacques Roberge
Lu 761 fois



Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.