Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle



Dans les blogs
le 21/04/2017

Vision et esprit de la réforme du pape François par Marco Veilleux

Conférence donnée par Marco Veilleux dans le cadre de la SOIRÉE RELATIONS du jeudi 20 avril 2017, au Diocèse de Québec. Texte reproduit avec l'autorisation de...

le 18/04/2017

Réactions sur l'article "Une Église en déroute" de Denise Bombardier

Je vous transcris, avec la permission de l'auteur, l'article de Marco Veilleux sur une chronique de Denise Bombardier qu'Il a intitulé : «L’Église en déroute»,...






Droits réservés
Carrefour Kairos
Hermann Giguère
Québec
















































DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour la solennité des saints Pierre et Paul le 29 juin :« Les colonnes de l’Église »

Pour votre méditation en ce jour la fête des saints Pierre et Paul. Bonne lecture! Homélie pour la fête des saints Pierre et Paul (Année A) à la Chapelle du Lac Poulin et à la Chapelle du Lac Raquette par Mgr Hermann Giguère P.H., recteur de ces dessertes le 29 juin 2014. Textes: Actes 12, 1-11 : Emprisonnement de Pierre, 2 Timothée 4, 6-18 : J'ai combattu le bon combat, écrit Paul, j'ai achevé ma course et Matthieu 16, 13-19 : Profession de foi et primauté de Pierre.



Icône très expressive des saints Pierre et Paul qu'on ne peut séparer comme colonnes de l'Église. Inscription en grec : "o aspasmos ton apostolon" qui signifie "la salutation des apôtres".
Icône très expressive des saints Pierre et Paul qu'on ne peut séparer comme colonnes de l'Église. Inscription en grec : "o aspasmos ton apostolon" qui signifie "la salutation des apôtres".
En ce dimanche 29 juin la liturgie nous fait célébrer la solennité des saints apôtres Pierre et Paul, les deux colonnes de l’Église. Aujourd’hui, à Rome le pape François remet à certains évêques le pallium, un ornement en forme de ruban laineux qu’ils portent sur leurs épaules. Ce signe marque leur lien particulier avec le pape, successeur de saint Pierre. Comme vous le voyez cette fête solennelle nous met devant les yeux deux personnes qui sont liées entre elles depuis les débuts de l’Église et qui continuent d’en être les gardiens et les piliers.

Les trois textes de l’Écriture que nous venons d’entendre nous disent l’essentiel de ce que sont saint Pierre et saint Paul pour l’Église et pour nous aujourd’hui.


I – Saint Paul : l’Apôtre des périphéries, de l’annonce de l’Évangile aux nations

Commençons par saint Paul. Vous connaissez son histoire. Il est un jeune juif très cultivé. Élevé dans la culture de son temps, il parle la langue grecque qui est l’anglais du temps. Il est très religieux. Il a étudié la Bible, que les juifs appellent la Loi et les Prophètes. Il est un pratiquant sérieux et, comme plusieurs après la mort de Jésus, il voit d’un mauvais oeil certains de ses coreligionnaires se regrouper autour des disciples de Jésus qui prêchent le message laissé par leur Maître avec un succès remarquable. Il décide avec d’autres de mettre fin à cette dérive, et il les persécute.

Lors d’une de ses expéditions contre les disciples de Jésus il est renversé sur la route de Damas en Syrie et là ses yeux s’ouvrent, il voit et rencontre Jésus qui lui apparaît et lui dit « Pourquoi me persécutes-tu? ». À partir de ce moment, après une période de réflexion, il commence à faire le tour des villes de l’Empire romain. Il fait trois longs voyages autour de la Méditerranée (voir détails à la fin) et finit sa vie en prison à Rome pendant deux ans (60-62) où il est décapité selon la tradition vers l’an 62.

Cette brève histoire de saint Paul illustre son activité unique dans les débuts de l’Église. Au cours de ses voyages il a rassemblée des communautés à Corinthe, à Ephèse, à Philippes, à Thessalonique, à Rome etc. Nous lisons encore aujourd’hui les lettres qu’il leur écrivait. Ces lettres sont comme la base dogmatique, rationnelle et intellectuelle de notre foi en Jésus. C’est saint Paul qui a argumenté pour expliquer le message de Jésus aux païens. Ses explications, nous touchent encore aujourd’hui et sont d’une actualité remarquable.

Malgré ses succès dans l’évangélisation, saint Paul ne s’est jamais dissocié de ceux qui avaient vécu avec Jésus, les Douze choisis par Jésus lui-même dont saint Pierre était le chef. Quelques mots sur ce dernier.

II – Saint Pierre : le Roc de l’Église qui confesse la foi en Jésus et qui affermit ses frères et soeurs dans la foi

Le texte de l’évangile de saint Mathieu que je viens de lire présente une scène connue. Jésus demande à ses disciples ce qu’on pense de lui et c’est saint Pierre qui répond en faisant au nom de tous un acte de foi et de confiance absolue en Jésus : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ». Et Jésus lui confie la mission d’être la pierre sur laquelle sera bâtie l’Église. « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église. »

On sait que saint Pierre aura de la misère à rester fidèle à cette mission. Il reniera son maître par trois fois lors de la passion de Jésus en disant qu’il ne le connaissait pas. C’est la peur alors qui le fait agir. Cette peur va se transformer en audace et en fidélité inébranlable le jour de la Pentecôte. À partir de ce moment, il prêche l’Évangile de Jésus, il annonce qu’il est ressuscité et il invite à la conversion. Il guérit des malades comme Jésus, il subit la persécution, il est emprisonné comme le raconte la première lecture que nous avons entendue, il guide les autres apôtres. Il est reconnu comme le chef et le premier des apôtres.

Saint Paul vient le voir à Jérusalem et reconnaît sa primauté. Les deux, nous racontent les Actes des Apôtres, un récit des débuts de l’Église écrit par saint Luc, ont parfois divergé d’opinion, mais ils ont toujours gardé une union intime au service de l’évangile, saint Paul, le prédicateur, reconnaissant et respectant saint Pierre, le premier des apôtres et le chef de l’Église

III– La dévotion aux colonnes de l’Église

Au cours des siècles, les chrétiens ont gardé précieusement le souvenir et l’héritage des deux colonnes de l’Église que sont saint Pierre et saint Paul. Sur le lieu de leur martyre à Rome on a érigé deux basiliques à l’époque de Constantin. Les pèlerinages aux tombeaux de saint Pierre et saint Paul ont fait partie de la vie de l’Église et se continuent aujourd’hui. Les évêques doivent faire ce pèlerinage « ad limina apostolorum » littéralement « au seuil des basiliques des apôtres » à tous les cinq ans pour montrer qu’ils se rattachent directement à ces deux colonnes de l’Église et que, comme eux, ils sont prêts à donner leur vie pour le Christ, à être « offert en sacrifice » (2 Timothée 4, 6).

Par ce pèlerinage, ils veulent aussi montrer à tout le peuple chrétien que l’Église est une assemblée de croyantes et de croyants non pas isolés dans leur foi, mais réunis en communauté autour de leurs pasteurs, un édifice spirituel où toutes les pierres ont leur place, des pierres qui s’appuient sur la pierre angulaire qui est le Christ.

Conclusion

Que les deux colonnes de l’Église que nous fêtons aujourd’hui viennent raffermir et soutenir notre foi afin qu’elle demeure solide et qu’elle rayonne autour de nous. Que cette Eucharistie où nous nous rencontrons ensemble dans la variété de nos histoires autour de la table du Seigneur soit le signe de cette Église accueillante et ouverte que nous formons.

Amen!

Mgr Hermann Giguère, P.H.
Séminaire de Québec
28 juin 2014



.



Quelques notes

Visite des évêques « ad limina apostolorum » qui se traduit littéralement "au seuil [des basiliques] des apôtres" souvent traduit par « aux tombeaux des apôtres ».

Les trois voyages de saint Paul d’après Michel A. Hubaut dans Paul de Tarse (Bibliothèque du Christianisme n. 18)

- 1er voyage de l’an 43 à l’an 45 à Chypre, en Pamphylie, en Galatie du sud;

- 2e voyage de l’an 46 à l’an 54 en Syrie, en Cilicie, en Galatie du nord, à Troas, à Philippes, à Thessalonique, à Berée, à Athènes, à Corinthe, à Jérusalem;

- 3e voyage de l’an 52 à l’an 57 en Galatie, en Phrygie, en Asie, à Corinthe puis à Césarée où il est arrêté et mis en captivité


Dimanche 28 Juin 2015
Lu 788 fois



Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Derniers tweets
Homélie pour le 3e dimanche de Pâques (Année A) : Disciples d'Emmaüs « La rencontre de... https://t.co/3SLXdgvHe9 https://t.co/W29rGQOK0B
RT @FatherRosica: Francis faces political, religious land mines on Egypt trip - National Catholic Reporter: https://t.co/kFj9D4gjAA
RT @pdesaintpierre: Assemblée et session de travail de @SIGNISEurope à #Malte . Au programme: réflexions sur #socialmedia , Media educatio…
"Les reliquaires de la Chapelle extérieure" SME-Info Vol. 44 n. 3, avril 2017: Les... https://t.co/23F0zkj87l https://t.co/yenhBPEafD
O FILII ET FILIAE Hymne pascale traditionnelle : musique, paroles latines et françaises... https://t.co/0bzO60wCAl https://t.co/Ystar7VNaA