Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le 19e dimanche du temps ordinaire Année A : « La marche sur les eaux »

Homélies dominicales pour les temps liturgiques par Mgr Hermann Giguère P. H. du Séminaire de Québec. Homélie pour le 19e dimanche du temps ordinaire Année A à la Chapelle du Lac Poulin le 13 août 2023. Textes : 1 Rois 19, 9a.11-13a, Romains 9, 1-5 et Mathieu 14, 22-33.



Le Christ sauvant l'apôtre Pierre de la noyade à cause de son manque de foi par Lorenzo Veneziano (1370) Staatliche Museen de Berlin (Domaine public)
Le Christ sauvant l'apôtre Pierre de la noyade à cause de son manque de foi par Lorenzo Veneziano (1370) Staatliche Museen de Berlin (Domaine public)
Que voyons-nous dans cette scène dramatique que nous rapporte l’évangile que je viens de lire. Un miracle ? Jésus marche sur les eaux. Un miracle, oui, peut-être bien. Mais il y a bien plus que cela dans le récit de l’évangile de saint Mathieu. C’est un peu comme une parabole où c’est le message qui compte.

I - Le récit ou la parabole

Reprenons le récit au début.

D’abord Jésus se sépare des disciples pour se retrouver seul sur la montagne. Il prie. Il échange avec son Père du ciel. Il se ressource spirituellement pourrait-on dire.

Puis ensuite, nous le voyons revenir vers les disciples qui sont sur le lac agité. Ceux-ci peinent, ont de la misère contre le vent et la vague. Ils sont un peu comme nous sommes nous-mêmes bien souvent : faibles, désemparés devant certains problèmes de la vie. Ils ont envie de perdre courage. Jésus leur apparaît : « Prenez courage, dit-il, c’est moi, je suis là. »

Mais, le doute demeure et c’est Pierre qui prend la parole : « Seigneur, si c’est toi, laisse-moi venir à toi ». Il se lève, va vers Jésus, mais sa confiance du début semble diminuer. Jésus étend la main, et lui dit « Pourquoi as-tu douté? C’est moi, je suis près de toi, rien ne peut t’écraser, ma présence te permet de faire face à toutes les situations, car tu n’es pas seul. »

II – Le message

Continuons, car c’est la fin du récit qui est à retenir. C'est là qu’est le message de cette espèce de parabole que l’évangile nous raconte ce matin.

Que se passe-t-il à la fin ? Le vent se calme, les disciples dans la barque s’exclament : « En vérité, tu es le Fils de Dieu ». Voilà l’important. Les disciples comprennent une chose. Jésus avec qui ils parcourent la Palestine. Jésus qui leur enseigne, leur fait toucher Dieu du doigt, je dirais. Il n’est pas seulement quelqu’un qui fait des miracles. Il n’est pas seulement quelqu’un qui parle bien. Il est beaucoup plus que cela. Il a le don d’ouvrir leurs cœurs à Dieu, ce qu’aucun autre homme ne peut faire, car il est le Fils de Dieu présent parmi eux. Quand il est là le calme et la paix règnent. Il leur fait faire l’expérience de Dieu.

La présence de Dieu parmi nous c’est cela. Elle ouvre notre cœur, fait ressortir ce qu’il a de bon en nous. Elle ne nous écrase pas, elle ne nous détruit pas. Dans la première lecture on voit Élie, le prophète, qui est comblé, apaisée par la présence de Dieu qui le rejoint comme une brise légère. Quelle belle image!

III – Application

Nous pouvons nous demander à la suite de ces explications si nous prenons assez de temps dans notre vie pour rencontrer Dieu en particulier en priant, car la prière c’est l’expérience intime et personnelle de la rencontre de Dieu. Sainte Thérèse d’Avila, une grand sainte espagnole du XVIe siècle, disait que la prière c’est un échange amoureux dans un seul à seul avec celui dont on se sait aimé.

Dans notre vie nous sommes sur le lac, comme les apôtres, luttant contre le vent. Pour Origène, un des plus grands Pères de l’Église, la barque représente nos vies confrontées aux vents et aux flots tumultueux. Malgré toutes les péripéties qui surviennent, Jésus est là pour nous aider à tenir le cap. Il est l’espoir pour l’humanité perdue dans la noirceur de la nuit. Jésus nous dit aujourd’hui « Je suis là à tes côtés. C’est moi. Viens vers moi, tu trouveras le calme et la paix ».

Cette invitation, il la fait à chacun et à chacune de nous et j’ajouterais il la fait à l’Église tout entière. Dans l’évangile Pierre tient notre place et il tient la place aussi de toute l’Église dont il sera le chef plus tard. Notre Église est assurée de surmonter les épreuves. Elle ne peut éviter tous les dangers, mais si elle garde la foi en la présence de Jésus, elle ne doit pas craindre. Je ne puis m’empêcher de penser ici à notre pape François qui ne cesse, dans ses homélies et ses discours, de raffermir notre foi, qui nous invite à regarder vers Jésus et à avancer avec joie sur le chemin qu’il nous a tracé.

Conclusion

Je conclus. L’évangile d’aujourd’hui : un récit dramatique haut en couleurs. Une espèce de parabole. Un message clair. Dans notre vie et nos faiblesses, dans notre Église et ses lourdeurs, Jésus, le Fils de Dieu, est présent parmi nous. Nous ne sommes pas seuls.

Que notre célébration de l’Eucharistie nous fasse prendre une conscience encore plus vive de cette présence du Fils de Dieu parmi nous et qu’elle nous aide à le dire autour de nous, chacun et chacune à notre façon.

Amen!

Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec


8 août 2023


LECTURES DE LA MESSE
PREMIÈRE LECTURE
« Tiens-toi sur la montagne devant le Seigneur » (1 R 19, 9a.11-13a)
Lecture du premier livre des Rois

En ces jours-là,
lorsque le prophète Élie fut arrivé à l’Horeb, la montagne de Dieu,
il entra dans une caverne
et y passa la nuit.
Le Seigneur dit :
« Sors et tiens-toi sur la montagne devant le Seigneur,
car il va passer. »
À l’approche du Seigneur,
il y eut un ouragan, si fort et si violent
qu’il fendait les montagnes et brisait les rochers,
mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan ;
et après l’ouragan, il y eut un tremblement de terre,
mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ;
et après ce tremblement de terre, un feu,
mais le Seigneur n’était pas dans ce feu ;
et après ce feu, le murmure d’une brise légère.
Aussitôt qu’il l’entendit,
Élie se couvrit le visage avec son manteau,
il sortit et se tint à l’entrée de la caverne.

– Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 84 (85), 9ab-10, 11-12, 13-14)
R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour,
et donne-nous ton salut. (Ps 84, 8)

J’écoute : Que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles.
Son salut est proche de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera notre terre.

Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice.

Le Seigneur donnera ses bienfaits,
et notre terre donnera son fruit.
La justice marchera devant lui,
et ses pas traceront le chemin.

DEUXIÈME LECTURE
« Pour les Juifs, mes frères, je souhaiterais être anathème » (Rm 9, 1-5)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
c’est la vérité que je dis dans le Christ,
je ne mens pas,
ma conscience m’en rend témoignage dans l’Esprit Saint :
j’ai dans le cœur une grande tristesse,
une douleur incessante.
Moi-même, pour les Juifs, mes frères de race,
je souhaiterais être anathème, séparé du Christ :
ils sont en effet Israélites,
ils ont l’adoption, la gloire, les alliances,
la législation, le culte, les promesses de Dieu ;
ils ont les patriarches,
et c’est de leur race que le Christ est né,
lui qui est au-dessus de tout,
Dieu béni pour les siècles. Amen.

– Parole du Seigneur.

ÉVANGILE
« Ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux » (Mt 14, 22-33)
Alléluia. Alléluia.
J’espère le Seigneur,
et j’attends sa parole.
Alléluia. (cf. Ps 129, 5)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Aussitôt après avoir nourri la foule dans le désert,
Jésus obligea les disciples à monter dans la barque
et à le précéder sur l’autre rive,
pendant qu’il renverrait les foules.
Quand il les eut renvoyées,
il gravit la montagne, à l’écart, pour prier.
Le soir venu, il était là, seul.
La barque était déjà à une bonne distance de la terre,
elle était battue par les vagues,
car le vent était contraire.

Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux
en marchant sur la mer.
En le voyant marcher sur la mer,
les disciples furent bouleversés.
Ils dirent :
« C’est un fantôme. »
Pris de peur, ils se mirent à crier.
Mais aussitôt Jésus leur parla :
« Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! »
Pierre prit alors la parole :
« Seigneur, si c’est bien toi,
ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. »
Jésus lui dit :
« Viens ! »
Pierre descendit de la barque
et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
Mais, voyant la force du vent, il eut peur
et, comme il commençait à enfoncer, il cria :
« Seigneur, sauve-moi ! »
Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit
et lui dit :
« Homme de peu de foi,
pourquoi as-tu douté ? »
Et quand ils furent montés dans la barque,
le vent tomba.
Alors ceux qui étaient dans la barque
se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent :
« Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »

– Acclamons la Parole de Dieu.


Mardi 8 Août 2023
Lu 972 fois




Nouveau commentaire :

Vos commentaires sont les bienvenus. Nous nous efforcerons d'y donner suite dans la mesure du possible. Merci de votre intérêt pour notre site et nos activités.

Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.





Cliquez pour des explications sur le sigle SME qui identifie le Séminaire de Québec depuis ses origines
Porte cochère du Vieux Séminaire

Séminaire de Québec
1, rue des Remparts
Québec,QC
Canada
G1R 5L7
tél.:418-692-3981
téléc.:418-692-4345


Pour nous rejoindre veuillez envoyer vos messages en cliquant ici.