Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le 5e dimanche du temps ordinaire Année A : "Une nouvelle sortie missionnaire" (Pape François)

Homélie pour le 5e dimanche du temps ordinaire Année A : Une nouvelle sortie missionnaire" (Pape François). Homélie donnée à l'église Notre-Dame des Victoires à Québec, le 9 février 2014 par monsieur le chanoine Marc Bouchard, prêtre du Séminaire de Québec. Textes de l'Écriture : Isaïe 58,7-10 ; I Corinthiens 2,1-5 : Mathieu 5,13-16.



Le pape François réglant l'addition où il logeait à Rome avant d'être élu pape.
Le pape François réglant l'addition où il logeait à Rome avant d'être élu pape.
Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde… Jésus s’adressait alors à un tout petit groupe d’hommes, probablement ceux qu’on appellera par la suite les apôtres et quelques autres ; sûrement que s’y trouvaient aussi quelques femmes. Donc un petit groupe de gens, bien ordinaires, inconnus hors de leur patelin, vivant dans une région éloignée de l’empire romain. Il faut bien reconnaître : ces gens-là ont répondu à l’appel de Jésus et ont été le sel de la terre, la lumière du monde.

Rassemblés ici ce matin, 20 siècles plus tard et bien loin de chez eux, essayant de vivre l’Évangile qu’ils ont annoncé, nous sommes la preuve qu’ils ont marqué l’histoire du monde. On peut bien dire que nous sommes peu nombreux, mais nous sommes là, et avec tellement d’autres communautés chrétiennes partout dans le monde.

Voilà que c’est à nous, ses disciples d’ici et de maintenant, que Jésus dit : Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde… Il dépend de vous, nous dit Jésus, que le monde d’aujourd’hui ait le goût, la saveur de l’Évangile. Il dépend de vous que ce monde, au milieu duquel vous êtes, voit briller la lumière de l’Évangile. Il dépend de vous que ce monde continue à vivre les valeurs de l’Évangile, même s’il ne sait pas ou ne veut pas le reconnaître.

Vous êtes le sel de la terre… Comme une mini-parabole : de même que le sel donne du goût aux aliments et est utilisé pour les conserver, de même les disciples doivent jouer ce rôle dans la société. S’ils s’affadissent, que plus rien ne les distingue, leur présence peut être ignorée. Quand Jésus demande à ses disciples d’être sel de la terre, il les appelle à être dans le monde une présence qu’on remarque.

Vous êtes la lumière du monde… Jésus évoque un autre symbole. À son époque, les maisons des gens humbles de son pays n’avaient qu’une seule pièce. Le soir, quand venait la noirceur, on allumait une lampe qu’on plaçait au centre de la pièce pour que tout le monde profite de sa clarté. Une comparaison toute simple que Jésus emploie pour dire que par leur vie, leurs bonnes actions, les disciples peuvent, doivent être lumineux.

On évoque ces paroles de Jésus quand, au baptême, le célébrant remet un cierge allumé aux parents, au parrain et à la marraine, en disant : « C’est à vous, parents, parrain et marraine, que cette lumière est confiée. Veillez à l’entretenir pour que cet enfant, illuminé par le Christ avance dans la vie enfant de lumière ». Des paroles à prendre au sérieux !
Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde. Dans son récit évangélique, saint Matthieu place cette interpellation de Jésus tout de suite après la proclamation des béatitudes. Si quelqu’un veut être son disciple, il doit vivre selon les béatitudes, et Jésus ne veut pas que ses disciples passent inaperçus. Il veut que leur vie soit un témoignage, qu’elle soit lumière et sel. Il souhaite que les païens soient interpellés par leur vie.

C’est ce que dit et redit le pape François. Dans son exhortation apostolique, il écrit ceci : L’évangélisation obéit au mandat missionnaire de Jésus : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples ». C’est le moment où le Ressuscité envoie les siens prêcher l’Évangile en tout temps et en tout lieu, pour que la foi en Lui se répande en tout point de la terre. Aujourd’hui, dans cet « allez » de Jésus sont présents les scénarios et les défis toujours nouveaux de la mission évangélisatrice de l’Église, et nous sommes tous appelés à cette nouvelle sortie missionnaire.

Une nouvelle sortie missionnaire ! Pour être sel et lumière, les disciples de Jésus doivent être là où les hommes et les femmes travaillent, là où ils souffrent, là où ils essaient de construire l’avenir, là où s’élaborent les projets de société. Il en a toujours été ainsi depuis vingt siècles.

Être chrétien, être disciple de Jésus, ce n’est pas qu’une croyance quelconque, quelque chose de purement personnel, d’intérieur, qu’on garde pour soi. On ne cesse pas d’être disciple de Jésus quand on quitte sa maison pour aller travailler, pour aller régler des affaires, pour aller faire son magasinage, pour aller visiter des amis. On ne vit pas l’Évangile uniquement pendant les temps de prière personnelle et communautaire, durant la célébration des sacrements, de l’eucharistie dominicale.

Fidèle à l’exemple et à la parole du Maître, écrit encore le pape François, il est vital qu’aujourd’hui l‘Église sorte pour annoncer l’Évangile à tous, en tous lieux, en toutes occasions, sans hésitation, sans répulsion et sans peur. La joie de l’Évangile est pour tout le peuple, personne ne peut en être exclu. … L’Église en sortie est la communauté des disciples missionnaires qui prennent l’initiative, qui s’impliquent, qui accompagnent, qui fructifient et qui fêtent. L’Église n’a jamais vécu autrement sa mission; elle a commencé à exister le soir de la Pentecôte quand les disciples sont sortis sur les places publiques de Jérusalem pour parler de Jésus.

Si le sel se dénature, il n’est plus bon à rien… On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau. Jésus se donne la peine de dire, et bien clairement, que la vie d’un chrétien, d’une chrétienne doit avoir la saveur de l’Évangile, doit être porteuse de la lumière de l’Évangile. Les disciples de Jésus ne peuvent pas se contenter d’être comme tout le monde. La vie chrétienne, la vie selon l’Évangile ne se définit pas à partir de sondages.
Il faut toutefois bien comprendre que si Jésus veut que ses disciples soient lumière et sel, il veut aussi que leur témoignage se fasse dans la simplicité, le respect, l’amitié, la liberté. Il suffit de se rappeler les paraboles de la dernière place, de l’obole de la veuve, du pharisien et du publicain, et d’autres.

Saint Paul nous le rappelait dans la deuxième lecture : Quand je suis venu chez vous, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige du langage humain ou de la sagesse. … C’est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant, que je suis arrivé chez vous.

C’est tels que nous sommes que Jésus nous appelle à mettre un peu de sel, de saveur dans notre monde, notre milieu, à être cette lumière qui réussit à briller, fut-elle une modeste chandelle. Sel et lumière, surtout si nous le sommes ensemble et que nous savons témoigner de notre liberté en respectant celle des autres. Quand Jésus interpellait les gens en Palestine, ceux et celles qui venaient l’écouter, il n’avait pas devant lui des gens exceptionnels. C’était du monde bien ordinaire qui l’entourait. Et c’est à eux que Jésus dit : Vous êtes le sel… la lumière. Ils ne l’ont été, nous ne pouvons l’être qu’en accueillant humblement, en nous le sel et la lumière de Dieu, pour que ce soit la gloire de Dieu qui resplendisse à travers nos modestes vies.

Chanoine Marc Bouchard
Séminaire de Québec



Mardi 11 Février 2014
Marc Bouchard
Lu 624 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.