Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle



Dans les blogs
le 21/04/2017

Vision et esprit de la réforme du pape François par Marco Veilleux

Conférence donnée par Marco Veilleux dans le cadre de la SOIRÉE RELATIONS du jeudi 20 avril 2017, au Diocèse de Québec. Texte reproduit avec l'autorisation de...

le 18/04/2017

Réactions sur l'article "Une Église en déroute" de Denise Bombardier

Je vous transcris, avec la permission de l'auteur, l'article de Marco Veilleux sur une chronique de Denise Bombardier qu'Il a intitulé : «L’Église en déroute»,...






Droits réservés
Carrefour Kairos
Hermann Giguère
Québec
















































DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le 8e dimanche du temps ordinaire (Année A) « Cherchez d'abord le Royaume de Dieu »

Homélie pour le 8e dimanche du temps ordinaire (Année A) 26 février 2017 par Mgr Hermann Giguère P. H., Séminaire de Québec Textes: Isaïe 49,14-15, I Corinthiens 4, 1-5 et Mathieu 6, 24-34.



Regardez les oiseaux du ciel et les lys des champs  - Mathieu 5, 25-26 (Crédits photo : Bernadette Lopez, alias Berna dans Évangile et peinture )
Regardez les oiseaux du ciel et les lys des champs - Mathieu 5, 25-26 (Crédits photo : Bernadette Lopez, alias Berna dans Évangile et peinture )
C’est la première lecture qui va guider notre méditation ce matin. Dans sa brièveté, elle dit tout. Je la reprends. Le prophète Isaïe apporte l’image de la mère et de son nourrisson et il applique cette image à Dieu. La mère « oublierait-elle le fruit des entrailles? ». « Même si elle l’oubliait, moi je ne l’oublierais pas » dit Dieu.

I – Les exemples de l’Évangile

C’est en ayant à l’esprit ce lien que nous avons avec Dieu, celui d’être porté dans ses « entrailles » avec amour, que nous entendons et recevons ces phrases de Jésus dans cet évangile : « Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez » ou « Regardez les oiseaux qui n’amassent pas dans des greniers… regardez les lys des champs qui sont si bien habillés, ne vous faites pas tant de souci. »

Un grand saint comme saint François d’Assise a pris ces exemples à la lettre. Il a laissé à 23 ans le commerce de tissu de son père et il s’est fait mendiant. Des amis l’on rejoint, en petit nombre au point de départ, puis en plus grand nombre au cours des dix premières années. Ils sont devenus, après l’approbation du pape Innocent III en 1210, les frères mineurs.

François avait compris ce que Jésus propose aujourd’hui : faire un choix réel et sans retour. Il l’a fait dans une vie de dépouillement extrême. Il nous fait voir que l’on peut prendre Dieu au mot, au pied de la lettre de l’Écriture. Il a décidé, avec ses amis, de suivre l’Évangile « sans glose », comme il disait, c’est-à-dire « sans compromission ».

II – Le choix d’un maître

François d'Assise mettait ainsi en pratique ce qui est dit au début de notre texte de l’évangile d’aujourd’hui. « Nul ne peut servir deux maîtres ou bien il aimera l’un ou bien il haïra l’autre ».

À la suite de Jésus, il y a toujours un choix qui nous est laissé. Notre liberté est sollicitée, mais jamais forcée. C’est une des constantes de la prédication de Jésus. Il fait la proposition de son message, de son évangile. Il annonce une voie nouvelle, un chemin de vie, mais il n’impose à personne l’adhésion à son message. Il ne force personne à emprunter cette voie.

C’est le « viens et suis-moi » qui retentit pour tous ceux et celles qui veulent se joindre à lui. Rappelez-vous l’épisode du jeune homme riche qui s’en alla tout triste (Marc 10, 17-22). Et le conseil aux 72 disciples de quitter aimablement la place lorsque les gens ne veulent pas les recevoir et les entendre (Luc 10, 10-11) .

L’argent et les biens matériels sont des tentations et des mondes qui se construisent souvent au détriment des personnes et de leurs besoins. Jésus en est conscient et il lie le choix de le suivre que font les disciples à un chemin où l'argent et les biens matériels seront toujours au second plan, laissant toute la place à la dynamique du Royaume de Dieu.

III- Le chemin du Royaume

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu » dit Jésus et il continue « et le reste vous sera donné par surcroît ». Avouons que nous nous demandons souvent si ce surcroît nous est donné. Quand nous vivons des épreuves, des deuils, des malheurs, des accidents de toutes sortes, nous nous demandons « Dieu est-il là ? qu’est-ce qu’il fait? »

Je n’ai pas de réponse automatique à de telles questions, si ce n’est celle de Jésus : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu ». En somme, on est renvoyé à la question du début : Est-ce que nous choisissions vraiment de suivre Jésus? Et si oui, est-ce que ce chemin sera sans obstacles? C'est loin d’être sûr. Jésus le premier n’a-t-il pas connu la passion et la croix ? En serions-nous dispensés? C'est en marchant à la suite de Jésus que nous entrons avec lui dans le Royaume de Dieu.

Mais « à chaque jour suffit sa peine » dit Jésus, nous invitant par là à prendre patience avec nous-mêmes comme avait l'habitude de le dire saint François de Sales aux personnes qu'il accompagnait spirituellement. « On a besoin de patience avec tout le monde, mais particulièrement avec soi-même ». Nous pouvons être assurés que lorsque nous rencontrerons les épreuves et les difficultés de la vie, Dieu nous donnera toujours les grâces nécessaires pour les affronter avec confiance. Nous pouvons laisser de côté les soucis exagérés, car Dieu, même lorsque nous ne le sentons pas, sera toujours là pour nous. L’image des traces de pas sur le sable de deux personnes qui, tout à coup, se réduisent à celle d’une personne l’exprime bien. Le disciple voyant cette image demande à Dieu dans sa prière où il était puisqu’il n’y plus que les traces d’une personne. Et la réponse de Dieu est bien connue : « Mon fils, je te portais dans mes bras ».

Oui, frères et sœurs, ne nous laissons pas encombrer par les soucis inutiles ni abattre par les épreuves, notre Dieu qui s’occupe des oiseaux du ciel et des lys des champs, prend soin de nous aussi avec amour et avec grande bonté. Comme le dit saint Paul nous sommes « des auxiliaires du Christ et des intendants des mystères de Dieu ». Ce qui nous est demandé c’est d'être trouvés dignes de confiance.

Conclusion

Demandons au Seigneur la grâce de chercher avec cœur le Royaume de Dieu. Demandons-lui de nous éclairer sur les gestes à poser, de dissiper les ténèbres de notre esprit et d’augmenter en nous la foi, l’espérance et la charité qui mènent sûrement à Dieu.

Amen!

Mgr Hermann Giguère P. H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec


le 21 février 2017



Mardi 21 Février 2017
Lu 473 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Derniers tweets
Homélie pour le 3e dimanche de Pâques (Année A) : Disciples d'Emmaüs « La rencontre de... https://t.co/3SLXdgvHe9 https://t.co/W29rGQOK0B
RT @FatherRosica: Francis faces political, religious land mines on Egypt trip - National Catholic Reporter: https://t.co/kFj9D4gjAA
RT @pdesaintpierre: Assemblée et session de travail de @SIGNISEurope à #Malte . Au programme: réflexions sur #socialmedia , Media educatio…
"Les reliquaires de la Chapelle extérieure" SME-Info Vol. 44 n. 3, avril 2017: Les... https://t.co/23F0zkj87l https://t.co/yenhBPEafD
O FILII ET FILIAE Hymne pascale traditionnelle : musique, paroles latines et françaises... https://t.co/0bzO60wCAl https://t.co/Ystar7VNaA