Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle



Dans les blogs
le 24/07/2017

L'actualité des saintes et des saints de chez nous

"Mutations identitaires, recherche de sens et actualité des saints et saintes, bienheureux et bienheureuses de l'Église canadienne" tel est le titre que...






Droits réservés
Carrefour Kairos
Hermann Giguère
Québec
















































DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour le samedi de la 24e semaine du temps ordinaire, Luc 8, 4-15 (le semeur) : « Semer à tout vent »

Homélie aux aspirants et candidats au diaconat permanent de Québec le samedi de la 24e semaine du temps ordinaire Séminaire de Québec le 19 septembre 2015 par Mgr Hermann Giguère, P.H. Textes de l'Écriture: I Timothée 6, 13-16 et Luc, 8, 4-15.



Petite fleur dans le désert de Juda en Terre Sainte (Crédits photo : H. Giguère)
Petite fleur dans le désert de Juda en Terre Sainte (Crédits photo : H. Giguère)
L’évangile selon saint Luc est rempli d’histoires, de paraboles qui sont des comparaisons que Jésus utilise pour faire comprendre ce qu’il veut dire quand il parle du « Royaume » de son Père. Celle du semeur que nous venons de lire en est une des plus connues

I – Le point de départ

L’image est empruntée aux usages des agriculteurs que Jésus voit autour de lui en Palestine. Au temps de Jésus, semble-t-il, on semait avant de labourer, puis après on labourait et la terre se retournait sur les graines, les semences.

Ainsi on ne s’occupait pas de regarder où les semences tombaient, car en labourant, la terre les recouvrait, mais toutes les semences alors n’étaient pas recouvertes. Il en restait sur la pierre, dans les ronces ou dans la bonne terre. C’est ce que constate Jésus dans l’explication de la parabole.

- Ce qui est tombé au bord du chemin représente ceux et celles qui ont entendu la Parole mais le Mauvais est venu enlever la Parole de leur cœur pour les empêcher de croire...

- Ce qui est tombé dans les pierres, représente ceux et celles qui accueillent la Parole avec joie, mais ils n'ont pas de racines...

- Ce qui est tombé dans les ronces, représente ceux et celles qui ont entendu, mais qui sont étouffés chemin faisant par les soucis, la richesse et les plaisirs de la vie et ne parviennent pas à maturité...

- Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux et celles qui entendent la Parole et la mettent en pratique ; ils portent du fruit par leur persévérance...

II – La Parole en quête d’un terrain favorable

Le semeur de la parabole semble peu soucieux de sa récolte : il sème, il sème à tous vents. Il fait comme les agriculteurs du temps de Jésus. Cette semence est jetée partout.

Jésus la compare à la Parole avec une majuscule. La Parole, c’est Dieu lui-même qui parle et Dieu n’est pas « regardant » comme on dit au Québec, il n’est pas chiche. Il est prodigue en paroles parce qu’il souhaite que la Bonne Nouvelle soit répandue partout et pour tout le monde.

Seulement voilà : cette Parole rencontre parfois le Mauvais qui ferme les cœurs. Elle s’affronte aux épreuves qui amènent le doute ou encore aux soucis de toutes sortes qui rendent sourd.
Dieu pourtant continue de prodiguer sa parole. Il attend des cœurs disponibles, des terrains favorables, capables d’entendre et de comprendre la Parole.

III – Application à la vie chrétienne

Chaque personne, toi, moi, les autres est une terre, un jardin, un royaume. Tout le monde a semé et sème encore en nous, y compris nous-mêmes. Notre père, notre mère, des membres de la parenté, la société, les événements, la télévision, les médias sociaux etc., et nous-mêmes par nos lectures, nos réflexions, nos prises de conscience, nos désirs, nos pulsions etc. tout le monde sème en même temps que Dieu et ça pousse.

Quelle allure a mon jardin, ma terre? Que suis-je en train de récolter? Du chiendent, des navets, des fleurs, des mauvaises herbes? Les semences sont là, mais la semence a besoin d’un jardinier, d’un agriculteur.

Nous avons notre mot à dire sur la sorte de jardin que nous aurons, que nous serons. Dieu veut faire fleurir sa Parole en nous, mais encore faut-il que nous le voulions, que nous le décidions.

Ainsi cette parabole du semeur nous annonce que le Salut de Dieu est déjà semé en tout et en tous dans le monde et en chacun. À nous d’en être conscients et d’y collaborer pour qu’il germe et porte du fruit.

Conclusion

En terminant faisons cette prière :

Loué sois-tu, Seigneur de la vie,
Pour ta Parole, semence de salut et d’avenir,
Pour Jésus, le Semeur qui sème dans tous les cœurs.

Loué sois-tu, Seigneur de la création
Pour le soleil, les sources et les brises légères,
Pour les petits jardins et les vastes champs

Loué sois-tu, Seigneur de l’avenir,
Pour tous les semeurs d’Évangile
Et les terres riches et généreuses.
Louis sois-tu, Seigneur de la vie.


Amen!


Mgr Hermann Giguère P. H.
18 septembre 2015.



Vendredi 18 Septembre 2015
Lu 434 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Derniers tweets
Homélie pour le 17e dimanche du temps ordinaire Année A (Mathieu 13, 44-46) - Paraboles... https://t.co/dbIHM3h45p https://t.co/OWIIZOAPek
Comment rendre actuels les saintes et les saints de chez nous ?: "Mutations... https://t.co/6MZdM5Em5P https://t.co/I7fvaCJE5K
Homélie pour le 16e dimanche du temps ordinaire Année A (Mathieu 13, 24-30) - Parabole... https://t.co/TC3OBE42YZ https://t.co/8h0ZDtIpHh
RT @CentreFdL: François de Laval dans les rues de Québec pour l'été. Voir l'album de Daniel Abel: https://t.co/1egIsiyfJ1 https://t.co/M3QS…
RT @Ant_Robitaille: Un chantre du post-nationalisme qui nous sert une réflexion racisante! Tellement débile. https://t.co/PagtUyGf7M