Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

"Modernité de la veuve de la parabole du juge inique" (Luc 18, 1-8) - Homélie de l'abbé D. Cyriaque Somé

Homélie aux aspirants et candidats au diaconat permanent au Séminaire de Québec, le samedi 12 novembre 2011, par l'abbé D. Cyriaque Somé. Samedi de la 32e semaine du temps ordinaire, Année A. Textes des lectures : Sagesse 18,14-16;19,6-9 et Luc 18,1-8,



Peinture de Martine Duplain. Tous droits réservés.
Peinture de Martine Duplain. Tous droits réservés.
La veuve moderne

L’actualité nationale et internationale nous livre quotidiennement des scènes plus ou moins semblables à la démarche de la veuve que Jésus nous présente dans l’évangile de ce jour : depuis les indignés d’Espagne et de leurs collègues grecs jusqu’aux «Occupy Wall street» de New York qui ont contaminé et fait rallier les «Occupons Québec», partout, il y a comme des groupes qui s’organisent pour protester, manifester, défendre des valeurs. Ils marchent ou s’installent à la porte des grands de ce monde pour demander plus de justice et de partage. C’est une forme plus ou moins mondialisée de ce que fut cette veuve de la parabole. Délaissée, spoliée et sans défense, elle a décidé de braver les états d’âme d’un juge «pas très catholique»- puisqu’il ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes- pour avoir gain de cause.

Dieu, seul juste juge

L’humanité souffre d’un manque d’équilibre : équilibre dans les conditions de vie, dans les rapports sociaux. C’est ce désir d’harmonie ou de bonheur équitable que portent les divers mouvements sociaux dont nous observons les manifestations à travers les continents. Et la 1ère lecture tirée du livre de la Sagesse, dans un style poétique, nous fait découvrir que Dieu est sensible aux aspirations profondes, justes des hommes et des femmes. Elle rappelle les événements de la sortie d’Égypte en racontant les hauts faits de Dieu : «Ta parole toute-puissante fondit en plein milieu de ce pays de détresse». Comme il l’a fait dans le passé pour son peuple élu de l’Alliance, il déploie son salut en faveur de ceux et celles «qui crient vers lui nuit et jour».

Prière et persévérance

L’expérience nous montre qu’à force d’insistance, les luttes finissent par aboutir. Cependant, si Jésus nous invite à prier avec insistance, sans nous décourager, ce n’est pas dans un esprit de revendication mais dans la confiance que, si même les cœurs insensibles de certaines personnes finissent par céder aux appels incessants des faibles, combien plus le ferait le cœur de Dieu, lui qui est tout proche de nous, par son fils qui s’est fait l’un de nous. En raison de nos faiblesses, nos paroles et nos prières humaines doivent être persévérantes, persistantes ; à la différence de la parole de Dieu qui, elle, est opérationnelle. À la prière persévérante s’ajoute un engagement personnel quotidien pour la justice, le droit et l’équité. C’est ce que nous exprimons dans la prière du pater noster. Je termine justement par une anecdote sur cette prière.

Notre pain de séjour

Les enfants peuvent bien souvent nous enseigner des choses profondes même quand ils se trompent. Lors d’une interrogation de catéchèse, J’avais demandé aux enfants d’écrire le Notre Père sur leur feuille. Alors un enfant avait écrit ceci : «Donne-nous aujourd’hui notre pain de séjour…» Son camarade s’empressa de me signaler que son voisin a fait une faute. N’ayant pas la copie, je lui répondis que ce n’était pas grave. Mais lorsque je corrigeai les copies, je me rendis compte effectivement qu’au lieu de «pain de ce jour» l’élève avait écrit «notre pain de séjour». Cela m’a fait comprendre cette autre dimension de la prière : nous demandons aussi le pain pour notre séjour ici-bas, et non pas seulement le pain quotidien. Aujourd’hui, d’après les textes et avec l’actualité présente, notre pain de séjour s’appelle «justice, équité, partage, solidarité…» L’engagement de chacune et chacun d’entre vous, sur le chemin du diaconat, en est une participation. Puissions-nous la rendre effective par notre vie.

Abbé D. Cyriaque Somé
Prêtre étudant du diocèse de Diebougou (Burkina Faso)
résidant au Séminaire de Québec


Lundi 14 Novembre 2011
abbé D. Cyriaque Somé
Lu 2464 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.