Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Un peu d'histoire : Notre Dame de Recouvrance et la Nouvelle-France

Il existe une église consacrée à Notre Dame de Recouvrance à Québec et à la suite d'une demande d'un groupe de paroissiens qui veulent relancer la dévotion à Notre Dame de Recouvrance, j'ai mis par écrit ces notes que je leur ai transmises. Elles pourront intéresser l'une ou l'autre personne qui fréquente notre site. Bonne lecture!

Mgr Hermann Giguère P.H. Supérieur général du Séminaire de Québec
6 novembre 2010



Statue de Notre Dame de Recouvrance au Mémorial de la Nouvelle-France dans l'église de Brouage, patrie de Champlain
Statue de Notre Dame de Recouvrance au Mémorial de la Nouvelle-France dans l'église de Brouage, patrie de Champlain
Samuel de Champlain après avoir dû laisser ses installations de Québec aux frères Kirke qui les prirent au nom de l'Angleterre en 1629 fit le vœu qu’il construirait une chapelle dédiée à Notre Dame de Recouvrance si la petite colonie revenait à la France. C’est ce qui arriva en 1632 par le traité de St-Germain-en-Laye. À son retour, Champlain accomplit son vœu en édifiant, en 1633, une chapelle sur le site occupé actuellement par la Basilique-cathédrale. Cette chapelle fut détruite dans l’incendie de 1640 et remplacée par l’église Notre-Dame-de-la-Paix en 1647. Cette église devient, en 1664, la première église paroissiale en Amérique du Nord que Mgr de Laval consacre et dédie à l'Immaculée Conception. En 1674, l’église est élevée au rang de cathédrale.

Il faut dire ici que la dévotion à Notre Dame de Recouvrance était bien répandue en Normandie. Les épouses de marin la priaient pour « recouvrer » leurs maris partis en mer. Dans le diocèse de Séez qui couvre une grande partie de la Normandie existait depuis le Moyen Âge un sanctuaire dédié à Notre Dame de Recouvrance à Tourailles (canton d'Athis dans le département de l’Orne). Plusieurs familles du Québec : Gagnon, Mercier, Lessard, Giguère etc. sont originaires de cette région. Le sanctuaire existe encore aujourd’hui.

Voici quelques notes historiques sur ce sanctuaire reprises du site du diocèse de Séez

Au début du IX° siècle, il y avait aux Tourailles un petit monastère au hameau de la Monnerie (des moines). La paroisse devait alors être confiée à des ermites. A la fin du IX° siècle, lors de l’invasion normande, le petit monastère et le sanctuaire de Marie furent détruits. Mais les Normands, convertis, rebâtirent les sanctuaires. Saint Adelin, évêque de Séez, secondait le zèle des nouveaux convertis. L’église des Tourailles y figure. La tradition rapporte que la statue de la Vierge, qui avait été cachée en terre, fut retrouvée miraculeusement et replacée dans l’église paroissiale. On vint en foule la vénérer et invoquer la mère de Dieu sous le titre de Notre-Dame de Recouvrance.

Vers la fin du XVI° siècle, le pèlerinage avait une telle célébrité qu’on y venait de très loin. En 1590, Henri IV, qui faisait le siège de Falaise, vint, bien que protestant, demander à Dieu par l’intercession de Notre Dame, la pacification de son royaume. A l’heure des guerres de religion, Notre Dame intervint, épargnant la Normandie. C’est pourquoi on l’invoque pour la paix.

La plus remarquable faveur obtenue en ce sanctuaire est la naissance en 1601 de saint Jean Eudes, à la suite d’un vœu de ses parents. En 1600, M. et Mme Eudes qui habitaient Ri, près d’Argentan, firent le vœu d’y venir en pèlerinage à pied si, par l’intercession de Notre Dame de Recouvrance, ils obtenaient la naissance d’un enfant.

L’histoire du sanctuaire continue après la Révolution française. En 1821, la confrérie de l’Immaculée-Conception fondée par l’abbé Durand, curé des Tourailles, fut approuvée par Mgr Saussol, évêque de Séez, le 25 octobre. En 1848, Pie IX enrichit d’indulgences cette confrérie.

Le sanctuaire fut consacré par Mgr Pasquet, le 22 août 1932, et le couronnement de la Vierge eut lieu le 17 août 1939 par le cardinal Suhard, archevêque de Paris. Aujourd’hui, le sanctuaire est toujours un lieu de pèlerinage fréquenté par les gens de la région.


Notons qu’en 1929, lorsque l’archevêque de Québec décida de créer une nouvelle paroisse dans Québec-Est, il lui donna le nom de Notre Dame de Recouvrance pour célébrer le 3e centenaire du Vœu de Samuel de Champlain en 1629 que nous avons rappelé au début.

De plus, il est bon de savoir qu’on trouve du côté gauche de la nef à l’arrière de la Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec une statue de Notre Dame de Recouvrance qui reproduit celle du sanctuaire de Tourailles dans sa nouvelle version de 1903.

Voici quelques notes historiques sur les origines de cette statue. La statue de Notre Dame de Recouvrance, qu'on pouvait voir dans l'ancienne chapelle à Tourailles daterait du 14ème siècle. La tradition rapporte que la statue de la Vierge fut retrouvée miraculeusement par une brebis, dans les rochers de Sainte-Honorine-la-Guillaume. Elle fut brisée à la Révolution de 1789 et les morceaux furent cachés dans le cimetière. Les têtes, le bras droit de la Vierge, celui de l'enfant Jésus disparurent dans la tourmente. Réparée sommairement, on habilla la statue, à la mode des madones italiennes, pour cacher ses cicatrices, et c'est sous cet aspect qu'elle reçut, au cours du 19ème siècle, les hommages des dévots. La statue que l'on peut voir dans l'actuelle basilique est l'oeuvre du sculpteur parisien Joseph Lefèvre. La translation de la nouvelle statue eut lieu le 2 juin 1903, elle fut couronnée le 17 août 1939 ("Notre-Dame de la Recouvrance, aux Tourailles (Orne) - Notice sur le Pélerinage", 1888 - "Les Tourailles Dix siècles de Pèlerinage à Notre-Dame de la Recouvrance", par E. Béchet et C. Roger, éd. 1972).


Statue de Notre-Dame de Recouvrance installée à la Basilique-cathédrale de Québec le 13 juin 1929 pour commémorer le voeu de Champlain
Voici la prière qu’on propose au sanctuaire Notre Dame de Recouvrance à Tourailles :


PRIÈRE À NOTRE DAME DE RECOUVRANCE

O bonne Mère, vous qui tant de fois dans ce sanctuaire,
avez pris soin de justifier le vocable de Notre Dame de Recouvrance,
en faisant retrouver la santé aux malades,
la consolation à ceux qui souffrent,
et la paix de l’âme aux pécheurs,
nous vous invoquons avec une grande confiance
sous ce titre qui vous est si cher et nous vous prions,
par cette joie ineffable que vous avez ressentie,
lorsque vous avez retrouvé Jésus au temple,
de nous obtenir les grâces spirituelles et temporelles
dont nous avons le plus besoin.

Regardez nous avec bonté, ô Notre Dame de Recouvrance,
et montrez que vous êtes notre Mère,
en nous protégeant pendant la vie,
en nous assistant à l’heure de la mort,
afin que nous ayons le bonheur de vous voir un jour au ciel
et de vous louer dans les siècles des siècles.

Amen.


Mgr Hermann Giguère P.H. Supérieur général du Séminaire de Québec
6 novembre 2010



Un peu d'histoire : Notre Dame de Recouvrance et la Nouvelle-France
Basilique Notre-Dame de la Recouvrance terminée en 1939 à Tourailles où se trouve la madone de Notre Dame de Recouvrance qu’on y vénère depuis des siècles.
Tourailles se trouve à quelques kilomètres entre Orléans et Tours.

Église Notre Dame de Recouvrance. Architecte: René Blanchet. Construction du sous-sol 1948 et de l'église haute en 1965-1966.
Église Notre Dame de Recouvrance. Architecte: René Blanchet. Construction du sous-sol 1948 et de l'église haute en 1965-1966.

Samedi 6 Novembre 2010
Lu 5008 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.