Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Une fenêtre ouverte... - Bulletin d'information SME-Info Vol. 42 n. 2, avril 2015

Dans ce numéro un des derniers que j'ai rédigé, les remerciements du Supérieur général à mon endroit pour le travail de webmestre pendant 12 ans au service du Séminaire de Québec, une entrevue avec M. Jean Duval, directeur du centre d'animation François-de-Laval, un mot de l'abbé Cyriaque Somé pour la fin de son séjour au Séminaire, les activités pastorales à venir et bien plus !



L'abbé Cyriaque Somé à l'oeuvre à  Diebougou  (Burkina Faso)
L'abbé Cyriaque Somé à l'oeuvre à Diebougou (Burkina Faso)
Version PDF

MOT DU SUPÉRIEUR GÉNÉRAL

Évolution de notre site Internet, une fenêtre ouverte sur la vie du Séminaire…


Dans le Journal du Séminaire on peut lire la note suivante: « Lancement d’un site internet pour le Séminaire de Québec: www.seminairedequebec.org. Le site Internet est conçu et alimenté par le Supérieur général avec les conseils de Patrick Allaire, séminariste du diocèse de Québec». C’était le 26 novembre 2002 que notre confrère, Mgr Hermann Giguère, nommé supérieur général depuis quelques mois, écrivait ces quelques lignes, inscrivant ainsi un geste novateur et important pour faire connaître, non seulement l'histoire, mais aussi la vie actuelle de notre institution. Depuis ce moment, notre confrère n'a jamais cessé d'alimenter notre site Internet par des documents concernant l'histoire du Séminaire, des textes de conférences, des documents de réflexions, des homélies, des nouvelles relatives à la vie du Séminaire et de la communauté des prêtres.

En septembre 2014, le Conseil du Séminaire a mis sur pied un comité dont le mandat était de proposer une mise à jour de notre site Internet et d’en faire une nouvelle présentation. Ce comité présidé par Mgr Giguère était formé des abbés Serge Lavoie, Jacques Gourde et de monsieur Francis, agent culturel responsable de la salle des Promotions. Pour assister ce comité, le Séminaire a retenu les services de la firme Groupe DSI, soit le même consultant qui a conçu le site Internet du Service forestier du Séminaire (www.seigneuriedebeaupre.ca). La nouvelle présentation de notre site Web a été mise en ligne le 3 mars dernier.

Après 12 ans de travail soutenu, notre webmestre, Mgr Giguère, a jugé que c’était le moment de passer le flambeau à quelqu’un d’autre. Lors de leur séance de travail du 25 mars 2015, les membres du Conseil ont accepté la démission de Mgr Giguère et ont nommé monsieur Francis Jacques pour le remplacer. Cette transition sera d’autant plus facile que Mgr Giguère a confirmé sa disponibilité pour soutenir notre nouveau webmestre dans ses premiers pas.

Je ne voudrais pas terminer cet écrit sans remercier, en mon nom personnel et au nom du Séminaire, notre confrère, Mgr Giguère, pour son travail assidu au service des communications du Séminaire à travers notre site Web. Il mérite bien nos hommages pour cette initiative et toute l’énergie qu’il a déployée pour ouvrir cette fenêtre sur la vie du Séminaire.

Monsieur le chanoine Jacques Roberge



Nominations


- Monsieur Francis Jacques, agent d’administration au Séminaire de Québec chargé de la Salle des promotions, a été nommé webmestre du site internet du Séminaire pour remplacer Mgr Hermann Giguère qui occupait ce poste depuis 12 ans. Nos plus sincères félicitations pour ce nouveau défi que Francis a accepté.

Dates à retenir

- 5 mai 2015 : fête liturgique du fondateur du Séminaire, saint François de Laval, et hommages aux jubilaires : 60 ans de prêtrise pour monsieur le chanoine Laurent Tailleur, 50 ans pour l’abbé Claude Jobin et pour monsieur le chanoine Michel Montminy et 25 ans pour l’abbé Louis Corriveau
- 6 mai 2015 : Assemblée du clergé
- 5 juin 2015 : Ouverture officielle du Petit Cap

Activités pastorales

Maison François-de-Laval à Petit-Cap


Château Bellevue
- 3-8 août 2015 : Retraite pour les prêtres



Entrevue avec monsieur Jean Duval, directeur du Centre d’animation François de Laval

Comment avez-vous connu saint François de Laval ?

C’est lorsque l’on m’a engagé comme adjoint à la direction du Centre en 2009 que j’ai été happé par la grandeur d’âme et de cœur de cet homme. J’étais loin de me douter du cadeau que l’on me fit de le découvrir à une période où je songeais à une réorientation professionnelle. En effet, je ne retrouvais plus cette motivation essentielle à la fonction d’agent de pastorale. Je souffrais d’un cas de conscience, celui de ce que j’appelais à l’époque, le syndrome de saint Paul : « Annoncer l’Évangile n’est pas pour moi un titre de gloire ; c’est une nécessité qui m’incombe. Oui malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile! ». (1 Co 9,15)

Avec François de Laval, j’ai découvert le parfait équilibre entre l’homme et le croyant : être déterminé sans être extrémiste; approfondir une spiritualité et demeurer pragmatique, devenir audacieux en demeurant sage, aller « à toutes rencontres » sans se disperser, etc. Avec lui j’ai retrouvé une grande motivation, mon « cœur et mon tout ». Maintenant, plus je le fréquente, plus il m’éduque aux attitudes du croyant. Tout récemment, j’ai découvert à la lecture du livre Écrits spirituels de François de Laval de Mgr Hermann Giguère son humilité et son abandon réel à la Providence par sa grande gratitude envers la vie et notre Dieu : « Dieu me fait la grâce... de recevoir de vos nouvelles, (...) de vous connaître, (...) de m’envoyer de petites croix, (...) de me permettre de, (...) de regarder tout ce qui m’arrive, etc. Depuis, je m’efforce à développer cette reconnaissance à tout moment et je vous avoue que cela me fait beaucoup de bien. Comme lui, je peux dire que Dieu me fait la grâce d’être au cœur du Vieux-Québec, au berceau de la colonie et de la foi catholique en terre d’Amérique. Je frisonne encore à fréquenter les lieux, les grandes institutions et leurs gens, qui ont façonné notre histoire. Quelle fierté pour moi d’être associé au Séminaire de Québec, témoin et acteur de notre histoire civile et religieuse.

Le plus merveilleux, c’est de pouvoir me recueillir régulièrement au tombeau de saint François de Laval. J’y retrouve là mon inspiration pour « mener le bon combat », de saint Paul. Et contrairement à mes prétentions passées, j’ai découvert que sa grandeur dépasse largement le fait d’être le premier des évêques de Québec : Louis XIV avait bien raison de confier au pape Alexandre VII dans une lettre de recommandation en 1657 : « nous pouvons dire qu'il serait difficile de commettre le soin d'un si vaste pays, à quelqu'un qui s'en pût mieux acquitter que lui ».

Quelles seront, selon vous, les retombées de la canonisation de François de Laval ?

Les retombés se font déjà sentir. La canonisation a suscité un vif intérêt dans le domaine culturel, touristique et pastoral; principalement au Québec et au Canada anglais mais aussi dans le monde. On le ne connaît pas du tout et on le connaît très mal. Heureusement que nous avions commencé à rajeunir et bonifié sa biographie.

Je constate que depuis sa sanctification, plusieurs jeunes adultes dans la vingtaine et trentaine désirent le découvrir. Et une nouveauté, de plus en plus de jeunes familles viennent se recueillir à son tombeau.
Les demandes d’intercession ont augmenté considérablement et 80 % d’entre elles concernent la famille. C’est curieux et heureux, surtout lorsque l’on connaît toute la dévotion de François de Laval pour la Sainte Famille.

Statistiques des intentions de prière en 2014 Nous pouvons constater une augmentation des demandes d’intercession depuis la canonisation du 3 avril 2014.

C’est ce qui me convainc à le faire connaître davantage, c’est que sa détermination et sa persévérance sauront inspirer les femmes et les hommes d’aujourd’hui dans la poursuite de la mission de l’annonce de la Bonne Nouvelle et de l’édification d’un monde meilleur. Beaucoup trouveront en lui force et courage pour relever les défis qui se présenteront. La difficulté que connait présentement l’Église canadienne à couvrir de grands territoires avec peu de ressources ressemble étrangement à celle rencontrée par notre premier évêque. Il a trouvé une solution originale, nous permettant d’innover et d’oser nous aussi.

Pour toutes ces raisons, la canonisation de François de Laval ne peut pas être envisagée comme l’aboutissement d’une longue démarche. Loin de nous démobiliser, cette reconnaissance par l’Église universelle devrait être un encouragement à continuer la belle aventure humaine et spirituelle qu’il a entreprise en 1659 auprès des gens de ce pays. Il faut continuer la recherche et l’étudier afin d’extraire tout l’essence de ce qui l’a tant animé. Nous en avons encore pour plusieurs années. Saint François de Laval saura nous aidé à voir grand et à croire avec optimisme en l’avenir de notre Église.



Savez-vous… ?

1) …en quelle année a été installé l’ascenseur du Pavillon Jean-Olivier Briand où se trouvent la Résidence du prêtre et le Grand Séminaire? Réponse ? à la fin du Bulletin.

2) … en quelle année a-t-on décidé de terminer la piscine du Pavillon des classes (aujourd’hui le Pavillon Lucien-Godbout) ? Réponse  à la fin du Bulletin.



Mot de l’Abbé Cyriaque Somé pour la fin de son séjour au Séminaire

L’abbé Cyriaque Somé est un prêtre du diocèse de Diebougou au Burkina Faso qui a fait des études en communication à l’Université Laval de 2011 à 2015. Il a partagé la vie de la communauté du Séminaire pendant tout ce temps. À son départ le février, il a laissé ce mot que nous reproduisons avec plaisir.

Je me souviendrai…

Je me souviendrai de l’accueil que vous m’avez réservé quand j’ai posé mes valises pour la première fois au Québec. Vous m’avez fait une belle place, non seulement dans cette maison, mais surtout dans votre cœur et cela restera gravé dans mon histoire.

Durant quatre ans et demi, j’ai été chanceux d’être témoin et de vivre certains grands moments de votre histoire, en particulier l’année jubilaire du 350e, les fêtes traditionnelles et anniversaires. Des moments de joie et de célébration pour la mission de saint François de Laval, une inspiration qui se poursuit merveilleusement aujourd’hui par vos soins. Je m’en souviendrai !

Avec reconnaissance, je me souviendrai des multiples services, gestes et partages fraternels ou amicaux, parfois discrets, qui m’ont aidé à vaincre les difficultés du moment.

Je retourne au Burkina Faso à Diébougou, certes dans la joie de retrouver les miens, mais avec regret de quitter des personnes qui font désormais partie de ma vie. Merci à toutes. Merci à tous. Merci à chacune et chacun. Je me souviendrai de vous. Je me souviendrai des 4 saisons passées dans cette maison, je me souviendrai de l’automne, qui empêche d’être monotone. Je me souviendrai de l’hiver à travers lequel il faut toujours passer. Je me souviendrai du printemps, qui rappelle qu’on est tous passants. Je me souviendrai de l’été du bonheur, il prête les clés ! Oui, je me souviendrai...Parce que je me souviens !
l’abbé D. Cyriaque Somé
Diocèse de Diebougou (Burkina Faso)


Réponses au Savez-vous… ?

1) En 1865, un incendie rase le Grand Séminaire qui était un bâtiment situé au nord-est de l’Aile de la procure. Il ne fut pas reconstruit à cet endroit. En 1880, Joseph-Ferdinand Peachy conçoit les plans du nouvel édifice du Grand Séminaire, (aujourd’hui le Pavillon Jean-Olivier-Briand). Ce sera la première construction à l’épreuve du feu à Québec. La construction d’un nouveau Grand Séminaire avait été décidée au Conseil du Séminaire le 10 mars 1879. La construction commença en 1880, mais c'est le 26 septembre 1881 qu'on décida de construire l'escalier en fer qui descend au réfectoire, au coût de $600. Le Pavillon Jean-Olivier Briand continue d’abriter le Grand Séminaire qui occupe les étages supérieurs. Les autres étages servent à la résidence des prêtres et aux bureaux administratifs. Le Pavillon Jean-Olivier Briand abrite aussi la Maison diocésaine pour les prêtres visiteurs ou en séjour prolongé.

2) Le 20 juin 1933, le Conseil du SME décide « de terminer la piscine du Pavillon des classes, rue Ste-Famille ». Au sujet de cette piscine, c'est le 6 novembre 1933, qu'il est décidé « que le Séminaire fournira les uniformes et les serviettes pour l'usage de la piscine aux écoliers et aux étudiants. Ces uniformes seront de coton ». Le Conseil avait arrêté son choix sur le terme « uniforme » pour désigner les caleçons de coton bleu, avec cordon à la taille dont l'ajustement laissait souvent à désirer… On avait choisi le coton pour éviter le port de costumes en laine, répandus à l'époque, qui auraient obstrué les filtres.



Visitez le site internet du Séminaire www.seminairedequebec.org

Séminaire de Québec sur Twitter

Séminaire de Québec sur Facebook

François de Laval sur Facebook



Responsabilité : Monsieur le chanoine Jacques Roberge, supérieur général
Rédaction : Mgr Hermann Giguère, P.H.
Mise en page, présentation et diffusion : Martine Duplain, secrétaire de direction


SME-Info BULLETIN D'INFORMATION du Séminaire de Québec Vol. XLII – No 2, avril 2015

Mercredi 8 Juillet 2015
Webmestre
Lu 493 fois



Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.