Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Allocution lors de la signature du Livre d'Or de la Ville de Québec par les récipiendaires et les lauréats du Conseil supérieur de la langue française

Le 12 mars 2008, le Conseil supérieur de la langue française soulignait pour la trentième fois cette annéee le mérite de ceux et celles qui ont permis que la langue française s’implante au Québec, en Acadie, en Ontario, dans l’Ouest canadien, ailleurs en Amérique et sur d’autres continents. C’est pour reconnaître l’engagement exemplaire de toutes ces personnes que le Conseil décerne chaque année l’Ordre des francophones d’Amérique et le Prix du 3-Juillet-1608 soulignait le président du Conseil supérieur de la langue française, monsieur Conrad Ouellon. À cette occasion, les récipiendaires et les lauréats étaient reçus parle maire de Québec, mosieur Régis Labeaume pour la signature du Livre d'Or de la Ville. Le recteur de l'Université Laval, monsieur Denis Brière et le supérieur général du Séminaire de Québec, monseigneur Hermann Giguère, ocmme représentants des deux institutions qui ont contributé de façon remarquable au développement de la culture et de la langue française en Amérique y ont pris la parole. Voici, le texte de l'allocution du Supérieur général du Séminaire.



Hôtel de ville de Québec
Hôtel de ville de Québec
- Monsieur le Maire
- Monsieur le Président du Conseil supérieur de la langue française,
- Monsieur le Recteur de l’Université Laval,
- Chers/chères récipiendaires et lauréats,
- Mesdames, Messieurs,

Comme un bon voisin de monsieur le maire Labeaume, puisque le site du Séminaire de Québec se trouve presqu’en face de l’Hôtel de Ville au 1, côte de la Fabrique, j’ai accepté volontiers l’invitation de monsieur Conrad Ouellon, président du Conseil supérieur de la langue française, de m’associer à cette signature du Livre d’Or de la Ville de Québec en cette année du 400e anniversaire de sa fondation.

L’an dernier, le Séminaire de Québec et l’Université Laval avaient l’honneur de recevoir au Séminaire les récipiendaires de l’Ordre national du Québec et les lauréats de prix pour signer le Livre d’Or du Séminaire et celui de l’Université Laval. En plus de ce souvenir des plus agréables, j’ai plusieurs raisons de me réjouir de cette invitation.

Qu’il me suffise de rappeler l’implication sans pareille sur le plan de la diffusion, de la défense et de la protection de la culture française et de la langue française dont a fait preuve la communauté des prêtres du Séminaire de Québec, dont je suis le Supérieur général, depuis ses origines en 1668 jusqu’à aujourd’hui en créant notamment, en 1852, l’Université Laval, la première université de langue française en Amérique.

J’aimerais ici donner un « coup de chapeau » particulier à un de mes prédécesseurs dont le nom est associé au IIe Congrès de la langue française dont il fut l’artisan et le promoteur en 1937 et dont les écrits, en particulier, son œuvre majeure ; le Manuel d’histoire de la littérature canadienne-française qui fut le livre de base durant plusieurs décennies pour l’enseignement de la littérature dans les collèges, ont admirablement servis à développer la fierté de parler français et ont été pour plusieurs un stimulant non négligeable pour le développement de la culture française. J’ai nommé Mgr Camille Roy, Supérieur général du Séminaire de Québec et quatre fois Recteur de l’Université Laval, puisqu’à son époque le Supérieur général du Séminaire était ex-officio le Recteur de l’Université Laval.

Permettez que je vous partage une autre raison de me réjouir d’être ici ce matin pour cette signature avec les récipiendaires et les lauréats du Conseil supérieur de la langue française. Cette autre raison nous plonge directement dans l’esprit du 400e anniversaire de la fondation de la Ville de Québec, puisque, pour les prêtres du Séminaire, l’année 2008 marque aussi le 300e du décès de leur fondateur qui est mort en 1708 et à qui en 1908, on a dédié un monument important dans la Ville qui reste un repère majeur dont nous sommes des plus fiers. Il s’agit, bien sûr, vous l’avez reconnu, de Mgr François de Laval qui, arrivé à Québec à 36 ans, y a passé 50 ans de sa vie sans ménager son temps et ses énergies. Son audace nous a valu des fondations comme du celle Séminaire de Québec, puis en 1668 celle du Petit Séminaire et celle de l’École d’arts et métiers de St-Joachim. Sa contribution au développement de Québec fut majeure et son souvenir demeure des plus vivaces… et avec raison. Dans le cadre des Fêtes du 400e de Québec, une exposition du Musée de l’Amérique française lui sera consacrée à partir du 7 mai 2008.

Voilà, chers invités, vous avez devant vous un voisin de monsieur le maire qui ne demande pas mieux que de continuer à contribuer au rayonnement de la culture française et à celui de la Ville de Québec dont le site historique du Séminaire constitue un attrait important.

Je félicite les récipiendaires de l’Ordre des francophones d’Amérique et les lauréats du Prix 3-juillet-1608 et du Prix Émile-Ollivier et je leur dis toute notre admiration pour leur apport dans leur milieu et dans leur champ d’action respectifs concernant notre héritage français, la culture et la langue qui l’expriment et le perpétuent.

La mémoire ne nous fait pas reculer en arrière, au contraire, elle trace les voies d’un avenir enraciné et ouvert aux défis nouveaux, dans un esprit d’audace et de créativité comme l’ont démontré nos prédécesseurs dans ce pays qu’ils ont construit avec persévérance et qu’ils ont aimé follement.

Merci.


Hermann Giguère, ptre, p.h.
Le 12 mars 2008



______________________________________________________________________________

Voici les noms de récipiendaires et des lauréats du Conseil supérieur de la langue française en 2008.

L.’Ordre des francophones d’Amérique a été décerné à sept personnalités :

Québec
Madame Diane Blais, associée chez Ernst et Young
Monsieur Jacques Laurin, professeur

Acadie
Monsieur René Cormier, directeur des États généraux des arts et de la culture dans la société acadienne au Nouveau-Brunswick

Ontario
Madame Claudette Paquin, directrice générale de l’Office des télécommunications éducatives de langue française de l’Ontario

Ouest canadien
Madame Jeanne Leblanc, bénévole

AmériquesAmériquesAmériques
Monsieur Albert Valdman, professeur émérite

Autres continents
Monsieur Lars Damkjaer, inspecteur général au ministère de l’Éducation du Danemark

Le Prix du 3-Juillet-1608
, pour sa part, a été attribué à l’Association québécoise des professeurs de français. La présidente de cet organisme, madame Arlette Pilote, a reçu le prix au nom de l’Association.

Finalement, le prix littéraire Émile-Ollivier a été remis à madame Andrée Christensen, pour son roman Depuis toujours, j’entendais la mer, publié aux Éditions David (2007).

Le Conseil supérieur de la langue française remet l’Ordre des francophones d’Amérique et le Prix du 3-Juillet-1608 depuis trente ans. L’Ordre est considéré comme une haute distinction dans le monde de la francophonie et le Prix commémore la fondation de Québec par Samuel de Champlain, tout en rappelant l’importance historique de la ville de Québec pour les francophones d’Amérique. Le prix Émile-Ollivier, créé en 2004 par le Conseil en collaboration avec le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes, récompense l’auteur d’une œuvre littéraire publiée en français par une maison d’édition canadienne située à l’extérieur du Québec.

Jeudi 13 Mars 2008
Lu 5134 fois



Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Derniers tweets
Homélie pour le 16e dimanche du temps ordinaire Année B « Il fut saisi de compassion envers eux » Homélies dominica… https://t.co/AyODkv9HJ3
Coupe de football. Bravo les bleus et vive la Feance!
RT @pierreyallard: « Dans un monde qui devient homogène, la France rappelle que la culture de chaque pays doit être défendue, parce qu’elle…
RT @vaticannews_fr: C'est le cardinal @gclacroix, archevêque de #Québec et envoyé spécial de @Pontifex_fr qui présidera les célébrations, c…
RT @lauraier: An issue in which the Catholic Church in Quebec can share its wisdom and experience. https://t.co/KTpVag05Xx