Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Homélie pour l'Ascension du Seigneur Année C « Il se sépara d’eux »

Homélie pour l'Ascension du Seigneur Année C le 30 mai 2019 (ou le dimanche 2 juin 2019 dans certains pays, comme le Canada) par Mgr Hermann Giguère P. H., Séminaire de Québec. Textes : Actes des Apôtres 1, 1-11, Hébreux, 9, 24-28;10, 19-23 et Luc 24, 46-53.



L'Ascension de Jésus - Copie d'un tableau attribué à Nicolas Poussin (1594-1665) au Séminaire de Québec (Crédits photo : H. Giguère)
L'Ascension de Jésus - Copie d'un tableau attribué à Nicolas Poussin (1594-1665) au Séminaire de Québec (Crédits photo : H. Giguère)
Cette belle fête de l’Ascension nous met de plein pied dans l’espérance. Pensons aux enfants que vous laissez à la garderie ou pour aller au travail, votre au revoir n’est pas un départ sans retour. Au contraire, votre enfant passe son temps rempli de la joie de vous revoir plus tard.

Le mystère de l’Ascension se joue sur le même plan, toutes proportions gardées. Il est pour nous l’occasion d’entrer dans ce mouvement d’absence-présence de Celui qui est notre vie, Jésus Ressuscité.


I – Mort et Résurrection

Le rassemblement des disciples autour de Jésus que raconte saint Luc arrive après plusieurs rencontres qui ont été vécues par l'un ou l'autre ou par le groupe depuis sa résurrection. Ce rassemblement-ci se termine par une séparation confirmant une nouvelle façon pour Jésus d’être présent à ses disciples.

Saint Luc résume ainsi le sens de ce rassemblement à Béthanie : « Il est écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem, à vous d’en être les témoins. Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis ». Ce résumé rappelle aux disciples la Mort et la Résurrection de Jésus et leur mission de s’en faire les témoins, de proclamer l’appel la conversion et d’offrir le pardon des péchés. Cet héritage, les disciples y entreront non par leurs seuls souvenirs, par une puissance qui leur viendra d’en haut, celle de l’Esprit Saint qu’ils recevront pour les soutenir. Nous nous le rappellerons lors de la fête de la Pentecôte qui célèbre ce don de l’Esprit Saint.

Aujourd’hui, en cette fête de l’Ascension du Seigneur, notre pensée se tourne vers le moment où Jésus se sépare des disciples qui l’ont connu et suivi dont plusieurs depuis les tout débuts de sa prédication jusqu’à sa mort. Certaines d’entre ces personnes l’ont rencontré ressuscité toujours vivant d’une manière particulière, comme Marie-Madeleine, les disciples d’Emmaüs, les apôtres dont Thomas etc. À Béthanie, c’est le Jésus Ressuscité qui est au milieu d’eux et qui leur dit au revoir. Cet au revoir est une séparation – « tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel » - mais, ce n’est pas la fin de leur relation avec lui. Loin de là.

II – Absence et présence

En effet, la relation du disciple avec Jésus ne se limite pas à une rencontre passagère. Une fois établie, elle demeure éternellement. C’est pourquoi les disciples retournent à Jérusalem remplis de joie et bénissant Dieu. Ils ne se sentent pas abandonnés. Comme l’enfant qui a vu son père ou sa mère se séparer de lui à la garderie, ils s’attendent de revoir leur Maître qui demeure dans leurs pensées et dans leur vie. Ils sont remplis de sa présence malgré l’absence. L’absence ne fait pas disparaître les personnes qu’on aime. Dans nos vies humaines, elles restent présentes par le souvenir et par l’amour qu’on continue de leur porter.

Dans le cas de Jésus Ressuscité, sa présence dépasse le simple souvenir. Il est une présence vivante. Et il a laissé un moyen, un mémorial, pour demeurer toujours avec ceux et celles qu’il aime. C’est le sacrement de l’Eucharistie que nous célébrons à chaque dimanche. Cette présence est une présence qui s’offre sans limites de temps et d’espace, car la venue du Fils de Dieu dans le monde n'est pas limitée à ses concitoyens et à ses contemporains. C’est la beauté de ce moment de séparation qu'est l’Ascension de tourner nos regards vers la mission confiée aux disciples d’aller enseigner toutes les nations (cf. Marc 16,15). « Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » dit Jésus dans l’autre récit de l’Ascension que saint Luc fait dans les Actes des Apôtres que nous avons entendu dans la première lecture.

Les premiers disciples ont été fidèles à cette mission. Ils ont donné leur témoignage et ont rejoint des milliers de personnes au point où le christianisme est devenu une religion qui non seulement a couvert l'empire romain mais qui rejoint aujourd’hui des millions de personnes des cinq continents. Cette expansion fut rendue possible par la grâce de Dieu et par l’action de l’Esprit. Et nous en sommes dans l’action de grâces. La même mission est confiée aujourd’hui aux disciples de Jésus que nous sommes.

Elle n’est pas facile dans certaines parties de notre monde déchristianisé comme le Québec, autrefois catholique à 95%, où, d’après des statistiques récentes il n’y a plus que 36% des enfants nouveaux nés qui sont baptisés. L’Assemblée de Évêques Catholiques du Québec (AECQ) prévoit que la chute des baptêmes des enfants va se continuer dans les années à venir. Voir le lien à la fin.

III – Application

Insérés dans notre monde et dans notre temps, nous sommes conscients que la présence de Celui qui s’est séparé de ses disciples le jour de l’Ascension n’est pas une absence comme les autres. Cette absence est pleine d’une présence où nous le trouvons heureusement de diverses façons : dans les sacrements spécialement dans le sacrement de l’Eucharistie, dans les autres, dans la prière et dans la profession de foi.

Cette présence mystérieuse que nous expérimentons si nous y entrons avec foi est le support de notre espérance chrétienne qui ne se dérobe jamais devant les défis de l’annonce de l’Évangile. Cette espérance se fonde sur la fidélité de Dieu. Il est là maintenant, comme il l’a été avec son Peuple d'Israël et avec Jésus, et il se manifestera dans la gloire du Retour du Christ à la fin des temps.

Oui! Le Règne de Dieu est arrivé, mais il n’est pas totalement accompli. C’est pourquoi dans le Notre Père nous disons avec confiance « Que ton Règne vienne ».

Conclusion

La fête de l’Ascension nous laisse dans l’espérance du Retour du Christ sans nous enlever la joie de sa présence aujourd’hui sous diverses formes, une présence accessible à toute personne qui croit et qui le reconnaît comme le Sauveur du monde. Comme saint Paul le dit : « Si de ta bouche tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé ». (Romains 10, 10)

En terminant, faisons cette prière :

« Jésus. tu t’es séparé de tes disciples, mais tu ne les a pas quittés.
Tu continues d’être près de nous comme notre Frère bien-aimé.
Ta présence nous remplit d’espérance.
Qu’elle nous donne d’être de véritables disciples-missionnaires auprès de nos frères et sœurs
Dans l’attente du jour où tu nous rassembleras pour toujours dans la gloire du ciel ».

Amen !

Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec


25 mai 2019



Voir l’article de Philippe Jean Poirier dans Présence-Info

Très bons commentaires de soeur Lorraine Caza sur les deux récits de l'Ascension dans saint Luc parus dans le feuillet biblique Interbible
__________________________________________
Lectures de la messe de l'Ascension

Première lecture
« Tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva » (Ac 1, 1-11)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Cher Théophile,
dans mon premier livre
j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné
depuis le moment où il commença,
jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel,
après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions
aux Apôtres qu’il avait choisis.
C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ;
il leur en a donné bien des preuves,
puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu
et leur a parlé du royaume de Dieu.

Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux,
il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem,
mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père.
Il déclara :
« Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche :
alors que Jean a baptisé avec l’eau,
vous, c’est dans l’Esprit Saint
que vous serez baptisés d’ici peu de jours. »
Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient :
« Seigneur, est-ce maintenant le temps
où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? »
Jésus leur répondit :
« Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments
que le Père a fixés de sa propre autorité.
Mais vous allez recevoir une force
quand le Saint-Esprit viendra sur vous ;
vous serez alors mes témoins
à Jérusalem,
dans toute la Judée et la Samarie,
et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient,
il s’éleva,
et une nuée vint le soustraire à leurs yeux.
Et comme ils fixaient encore le ciel
où Jésus s’en allait,
voici que, devant eux,
se tenaient deux hommes en vêtements blancs,
qui leur dirent :
« Galiléens,
pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ?
Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous,
viendra de la même manière
que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

– Parole du Seigneur.
Psaume
(Ps 46 (47), 2-3, 6-7, 8-9)

R/ Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
ou : Alléluia ! (Ps 46, 6)

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre :
que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.
Deuxième lecture
« Le Christ est entré dans le ciel lui-même » (He 9, 24-28 ; 10, 19-23)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Le Christ n’est pas entré
dans un sanctuaire fait de main d’homme,
figure du sanctuaire véritable ;
il est entré dans le ciel même,
afin de se tenir maintenant pour nous
devant la face de Dieu.
Il n’a pas à s’offrir lui-même plusieurs fois,
comme le grand prêtre qui, tous les ans,
entrait dans le sanctuaire
en offrant un sang qui n’était pas le sien ;
car alors, le Christ aurait dû plusieurs fois souffrir la Passion
depuis la fondation du monde.
Mais en fait, c’est une fois pour toutes,
à la fin des temps,
qu’il s’est manifesté
pour détruire le péché par son sacrifice.
Et, comme le sort des hommes est de mourir une seule fois
et puis d’être jugés,
ainsi le Christ s’est-il offert une seule fois
pour enlever les péchés de la multitude ;
il apparaîtra une seconde fois,
non plus à cause du péché,
mais pour le salut de ceux qui l’attendent.

Frères, c’est avec assurance
que nous pouvons entrer dans le véritable sanctuaire
grâce au sang de Jésus :
nous avons là un chemin nouveau et vivant
qu’il a inauguré en franchissant le rideau du Sanctuaire ;
or, ce rideau est sa chair.
Et nous avons le prêtre par excellence,
celui qui est établi sur la maison de Dieu.
Avançons-nous donc vers Dieu
avec un cœur sincère
et dans la plénitude de la foi,
le cœur purifié de ce qui souille notre conscience,
le corps lavé par une eau pure.
Continuons sans fléchir d’affirmer notre espérance,
car il est fidèle, celui qui a promis.

– Parole du Seigneur.
Évangile
« Tandis qu’il les bénissait, il était emporté au ciel » (Lc 24, 46-53)

Alléluia. Alléluia.
De toutes les nations, faites des disciples,
dit le Seigneur.
Moi, je suis avec vous tous les jours
jusqu’à la fin du monde.
Alléluia. (Mt 28, 19a.20b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus ressuscité, apparaissant à ses disciples,
leur dit :
« Il est écrit que le Christ souffrirait,
qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour,
et que la conversion serait proclamée en son nom,
pour le pardon des péchés,
à toutes les nations,
en commençant par Jérusalem.
à vous d’en être les témoins.
Et moi, je vais envoyer sur vous
ce que mon Père a promis.
Quant à vous, demeurez dans la ville
jusqu’à ce que vous soyez revêtus
d’une puissance venue d’en haut. »
Puis Jésus les emmena au dehors, jusque vers Béthanie ;
et, levant les mains, il les bénit.
Or, tandis qu’il les bénissait,
il se sépara d’eux
et il était emporté au ciel.
Ils se prosternèrent devant lui,
puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie.
Et ils étaient sans cesse dans le Temple
à bénir Dieu.

– Acclamons la Parole de Dieu.

















Lundi 27 Mai 2019
Lu 859 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.