Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle



Dans les blogs
le 28/09/2018

Recension du livre « Mon agir dans la lumière de l’évolution » par Marcel Boivin p.b.

Marcel Boivin est un père blanc missionnaire d’Afrique qui a enseigné l’Éthique toute sa vie en divers pays africains et en Angleterre. Dans cet ouvrage il...






Droits réservés
Carrefour Kairos
Hermann Giguère
Québec
















































DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Qui est ce Roi de Gloire? Homélie pour la fête de saint François de Sales (janvier 2006)

Homélie de Mgr Pierre-André Fournier, évêque auxiliaire à Québec en la Fête de saint François de Sales, patron secondaire du Séminaire de Québec le 24 janvier 2006 au Séminaire de Québec.



Mgr Pierre-André Fournier, évêque auxiliaire à Québec
Mgr Pierre-André Fournier, évêque auxiliaire à Québec
Chers confrères,
Chers séminaristes,

Qui est ce Roi de gloire ? s’interroge l’auteur du psaume 24. Ces références au Roi de gloire à plusieurs reprises dans ce psaume sont un élément de plus - parmi tant d’autres - qui montre que les psaumes sont des chants du peuple messianique et qu’ils se rapportent au Roi. On peut mettre ce psaume en lien avec le psaume 149 : « Pour les fils de Sion, allégresse en leur roi ». On parle d’un fil écarlate qui parcourt les psaumes, d’une couleur royale. Les paroles de ce psaume nous font penser à l’entrée messianique de Jésus à Jérusalem où la foule s’exclama : « Hosanna au Fils de David. Béni soit celui qui vient, lui, le Roi, au nom du Seigneur. »


Aujourd’hui, ce psaume a une place pertinente après le récit de la danse de David devant l’Arche qui symbolise la Présence du Seigneur. « David et tout le peuple d’Israël firent monter l’arche du Seigneur parmi les acclamations, au son du cor ». Mais cette Présence est une annonce d’une Présence beaucoup plus grande encore. Qui est ce Roi de gloire ? Pour nous, ce Roi, c’est Jésus, fils de David et fils de Dieu glorifié à la droite du Père. C’est le Roi des pauvres, Lui-même doux et humble de cœur, Lui-même pauvre.


Notre mission consiste à faire connaître et aimer ce Roi de Gloire doux et humble de coeur et à entraîner nos frères et sœurs à le Suivre en faisant la Volonté du Père (évangile). Et cette mission est qualifiée de nouvelle évangélisation depuis le Congrès diocésain de 2004 parce que la mission s’ajuste à toutes les époques et cultures.


François de Sales a été choisi comme patron secondaire du Séminaire parce qu’il venait d’être canonisé et surtout parce qu’il était, à l’instar de saint Charles Borromée un exemple de pasteur par ses vertus dont sa douceur proverbiale et sa bonté souriante qui le rend accessible à tous : pécheurs, apostats, détenus…. Il fut aussi un exemple par ses initiatives. Il faisait la volonté de Dieu. Au moment de la Réforme protestante, les catholiques ont cherché des réactions stratégiques. François de Sales a opté pour la sainteté des prêtres mais aussi de tout le peuple de Dieu. J’aurais le goût de comparer cette orientation aux réaménagements pastoraux en solidarité avec les réaménagements pectoraux (…)


Notre période en est une d’évolution accélérée dans le monde et en Église : nouveaux chefs d’état en Bolivie et au Chili, changements climatiques, découvertes médicales, montée des églises évangélistes. Lorsque ça tourne vite, il y a une force centrifuge qui nous tire à nous éloigner du centre, à nous éparpiller, à nous perdre dans le décor.

Il y a donc un appel à nous recentrer. Et notre Centre est le Cœur eucharistique du Christ : « En entrant dans le monde, le Christ dit : « Tu n’as voulu ni sacrifice ni oblation ; mais tu m’as façonné un corps. Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour les péchés, alors j’ai dit : « Voici, je viens, car c’est de moi qu’il est question dans le rouleau du livre, pour faire, ô Dieu, ta volonté » Hé 10, 5-7. Ce texte résume bien les trois textes de la Parole de Dieu d’aujourd’hui. Nous avons cette grâce de nous préparer ensemble au Congrès Eucharistique International de 2008 et de nous rappeler ces 400 ans d’histoire marqués d’abord par François de Laval. Ce congrès place l’Eucharistie comme source de toutes nos activités (catéchèse, équipes locales, engagements sociaux…)


Voici ce que dit François de Sales sur l’Eucharistie dans « l’Introduction à la Vie Dévote »: « Je ne vous ai encore point parlé du soleil des exercices spirituels, qui est le très saint, sacré et très souverain Sacrifice et Sacrement de la Messe, centre de la religion chrétienne, cœur de la dévotion, âme de la piété, mystère ineffable qui comprend l’abîme de la charité divine, et par lequel Dieu s’appliquant réellement à nous, nous communique magnifiquement ses grâces et faveurs ».


L’autre force centripète ce sont les liens entre nous. La reprise de cette tradition du Séminaire est un retour aux sources qu’il faut saluer, il me semble, avec allégresse. Le témoignage de foi, d’espérance et de charité que nous pouvons nous donner les uns aux autres est une grande richesse. Pour cela il faut se connaître, partager, prier ensemble. Je pense ici au témoignage de mon ami l’abbé Herménégilde Poulin avec sa simplicité de cœur dont les funérailles ont eu lieu samedi dernier en l’église Saint-Roch.


Écoutons ce beau texte du ministère et de la vie des prêtres : « Cette charité pastorale découle avant tout du Sacrifice eucharistique : celui-ci est donc le centre et la racine de toute la vie du prêtre, dont l’esprit sacerdotal s’efforce d’intérioriser ce qui se fait sur l’autel du sacrifice.


Mais la vérification concrète de cette unité de vie ne peut se faire que par une réflexion sur toutes leurs activités, afin de discerner quelle est la volonté de Dieu, c’est-à-dire afin de savoir dans quelle mesure ces activités sont conformes à la mission évangélique de l’Eglise.


La charité pastorale exige donc des prêtres, s’ils ne veulent pas courir pour rien, un travail vécu en communion avec les évêques et leurs autres frères dans le sacerdoce. Tel sera, pour les prêtres, le moyen de trouver dans l’unité même de la mission de l’Eglise, l’unité de leur propre vie. Ainsi, ils s’uniront à leur Seigneur, et par lui, au Père dans l’Esprit-Saint ; ainsi ils pourront être tout remplis de consolation et surabonder de joie. » Amen.


† Pierre-André Fournier
Évêque auxiliaire à Québec


Jeudi 26 Janvier 2006
Mgr Pierre-André Fournier
Lu 3766 fois


Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Derniers tweets
RT @vaticannews_fr: Il a marqué une époque et des générations de fidèles. Peu, cependant, au soir du 16 octobre 1978, s’attendait à ce que…
Homélie pour le 29e dimanche du temps ordinaire Année B « Les fils de Zébédée » Homélies dominicales pour les temps… https://t.co/N4b5ldKDcV
Homélie pour les funérailles de l'abbé Michel Fournier par le cardinal Gérald C. Lacroix Homélie pour les funéraill… https://t.co/pEFYAv0Uux
Homélie pour le 28e dimanche du temps ordinaire Année B « Viens, suis-moi » Homélies dominicales pour les temps lit… https://t.co/Vfp19pSNv4
Homélie pour le 27e dimanche du temps ordinaire Année B « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » Homél… https://t.co/eNJbEKrd8K