Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

Lancement des fêtes du 350e de l’arrivée des Sulpiciens à Montréal  02/03/2007

Sigle des prêtres de la Compagnie de Saint-Sulpice
Nos confrères sulpiciens lançaient, le mardi 27 février, au Musée des Beaux-Arts de Montréal, le programme des fêtes du 350e anniversaire de leur arrivée en Nouvelle-France ainsi que le livre intitulé Les Sulpiciens de Montréal, Une histoire de pouvoir et de discrétion, 1657-2007.

Ce lancement a eu lieu en présence de plusieurs personnalités dont les présidents d’honneur, le cardinal Jean-Claude Turcotte et le maire de Montréal, Gérald Tremblay. Célébrations, expositions et conférences auront lieu jusqu’au 25 novembre 2007. Soulignons que l’émission Histoire, sur les ondes de Radio Ville-Marie, le dimanche de 21h à 22h, animée par Éric Bouchard, souligne les différents apports des Sulpiciens à l’histoire de Montréal.

Le jour anniversaire de leur arrivée en Nouvelle-France, le 29 juillet 2007, il y aura une messe d'action de grâces à la Basilique-cathédrale de Québec présidée par le cardinal Marce Ouellet, archevêque de Québec et primat du Canada, sulpicien lui-même. Après la messe les confrères sulpiciens et leurs amis seront reçus par la communauté des prêtres du Séminaire de Québec à la Chapelle extérieur du Séminaire (Chapelle de l'Amérique française maintenant).






Vidéo sur l'illumination de la cour du Vieux-Séminaire de Québec  06/12/2006

Vidéo sur l'illumination de la cour du Vieux-Séminaire de Québec
La mise en lumière de la cour du Vieux-Séminaire de Québec s'est faite le 16 novembre 2006. Ce vidéo projette dans la nuit les formes de ce haut lieu de la vie éducationnelle, culturelle et spirituelle de la capitale.Monsieur Roger Dorval a mis en diaporama les photos prises par Jean Colombe. Vous pouvez le visionner en cliquant ici. Bonne visite et au plaisir.



Présentation de l'architecte lors de l'inauguration : Cliquez ici


La cour du Vieux-Séminaire de Québec mise en lumière: Un joyau architectural se révèle dans la nuit  16/11/2006

Entrée de la Cour du Vieux-Séminaire
Communiqué de presse émis par la Commission de la capitale nationale du Québec. On y trouve à la fin la fiche technique.

Québec, le jeudi 16 novembre 2006 – La cour du Vieux-Séminaire de Québec, joyau architectural du Régime français au cœur de Québec, s'illuminera ce soir, en présence du ministre des Transports et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. Michel Després, du supérieur général du Séminaire de Québec, Mgr Hermann Giguère, du président et directeur général de la Commission de la capitale nationale du Québec, M. Jacques Langlois, et de la directrice générale du Musée de la civilisation, Mme Claire Simard.

Fruit d'une collaboration entre la Commission de la capitale nationale du Québec et le Séminaire de Québec, qui y ont investi respectivement 175 000 $ et 125 000 $, cette nouvelle mise en lumière projettera dans la nuit les formes de ce haut lieu de la vie éducationnelle, culturelle et spirituelle de la capitale depuis 1663.

La richesse historique et les lettres de noblesse de l'ensemble architectural du Séminaire, un des plus anciens d'Amérique du Nord, lui valent aujourd'hui un éclairage distinctif.

« Je me réjouis de cette nouvelle mise en lumière, consacrée à une institution qui a joué un rôle majeur au sein de notre société, a mentionné le ministre Michel Després. Cette heureuse initiative embellira encore davantage notre ville et est une preuve supplémentaire du bon travail de la Commission et de ses multiples partenaires, dans le cadre du Plan lumière pour la capitale. »
« J'accueille aussi avec beaucoup de joie la mise en lumière de la cour du Vieux-Séminaire de Québec, a déclaré, Mgr Hermann Giguère. Elle vient enrichir le réaménagement du site achevé en 2003 et la mise en place toute récente d'un circuit d'interprétation autonome, en collaboration avec le Musée de la civilisation. »

La mise en lumière de la cour du Vieux-Séminaire de Québec est la 21e réalisation de ce programme qui permet de doter Québec d'attraits nouveaux, la nuit venue. Elle s'ajoute à toute une série de projets de mise en lumière : le cap Diamant, le Château Frontenac, l'hôtel du Parlement, le Musée national des beaux-arts du Québec, les tours Martello, les portes Saint-Jean, Saint-Louis et Kent ainsi que les églises de Notre-Dame-de-Foy, de Notre-Dame-de-la-Garde, de Saint-Félix de Cap-Rouge et de Saint-Michel de Sillery. Ce programme s'est jusqu'à maintenant traduit par un investissement de 10,7 millions de dollars, dont plus de la moitié est assumée par les divers partenaires de la Commission et affectée à la mise en valeur nocturne de bâtiments à l'architecture unique dans la capitale.

Présentation : Cliquez ici


Sources :

Josée Delisle, attachée de presse
Cabinet du ministre des Transports et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale
(418) 643-6980

Denis Angers
Commission de la capitale nationale du Québec
(418) 528-0773


Congrès de Bruxelles sur la nouvelle évangélisation  03/11/2006

Ouverture du congrès
Le Congrès sur la nouvelle évangélisation « Bruxelles-Toussaint 2006 » se déroule du 28 octobre au 5 novembre pendant toute la semaine de la Toussaint. Y participent près de 3,000 congressistes de Belgique, d`Europe et d`ailleurs.

Un congrès, un colloque avec des conférences de André Ricardi, Nicolas Buttet, Timothy Radcliffe, Enzo Bianchi et une multitude d`activités dans toutes les paroisses de Bruxelles : concerts, expositions, échanges, rencontres de témoin, temps de prière.

Le cardinal Turcotte invité de Mgr Danneels, archevêque de Malines-Bruxelles, s`est déclaré très impressionné par la grande participation des jeunes et par leur fierté. «Pourrait-on exporter un telle chose en Amérique?» s`est-il demandé en voyant un tel nombre de jeunes intéressés par la recherche du sens.

Donner un sens à sa vie, voilà qui est plein d`espérance et prometteur d`avenir: «On n`aura pas une Église de puissance, mais une Église de gens qui auront rencontré Jésus-Christ et son message. De ce message-là, le monde a bien besoin».

Site internet de Toussaint 2006


Notre confrère monsieur l'abbé Pierre Gaudette devient prélat d'honneur  15/09/2006

Photo de Mgr Pierre Gaudette
Le Saint-Père a nommé notre confrère monsieur l'abbé Pierre Gaudette, qui est actuellement secrétaire de l'Assemblée de évêques du Québec, prélat d'honneur en reconnaissance de sa contribution particulière à la vie de l'Église. Monseigneur Pierre Gaudette, ancien doyen de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval est spécialite en éthique et membre de la Commission internationale de théologie. Nos félicitations chaleureuses et fraternelles.


Bénédiction de la nouvelle yole de la Ville de Québec  15/09/2006

L'abbé Côté accompagné de la mairesse de Québec, madame André Boucher
L'abbé Laurent Côté, prêtre du Séminaire de Québec, professeur à la Faculté de théologie et de sciences religieuses et vicaire dominical à l'église Notre-Dame des Victoires a procédé à la bénédiction, le 11 septembre 2006, de la deuxième yole acquise par la Ville de Québec pour le Défi international des jeunes marins, qui aura lieu à l'occasion des célébrations de 2008.

La Ville de Québec a investi 100 000$ pour la construction de la Sault-au-Matelot, embarcation à voile de 11,5mètres. « La yole est une embarcation légère, rapide et très stable mue par le vent et 10 rameurs», a signalé Ghislain Pouliot, le maître chaloupier qui a mis près de six mois à construire cette embarcation. C'est avec fierté que la mairesse An drée Boucher, marraine de la yole, a versé quelques gouttes de vin sur la coque afin de conjurer le mauvais sort. Plus de 300 jeunes et une trentaine de yoles sont attendus du 24 au 31 juillet 2008.

Tiré du journal LE SOLElL mardi le 12 septembre 2006


Visite à Québec de la Fondation 'Centesimus annus'  13/09/2006

Logo de la fondation
Cette fondation a été mise sur pied par le pape Jean-Paul II en 1883 dans le sillage du centenaire en 1991 de la première encyclique sur la doctrine sociale de l'Église publiée par le pape Léon XIII en 1891 et intitulée "Rerum novarum". Lors du centenaire une grand célébration s'est tenue sur la place Saint-Pierre en la fête de la Pentecôte et de nombreux manifestations ont été organisées, entre autres un grand colloque qui s'est tenu à l'Université Laval avec la participation de nombreux théolgiens et spécialistes de la question sociale. Ce colloque avait organisé par monsieur Louis O'Neil, professeur à la Faculté de théologie et de sciences religieuses et ancine minsitre du gouvernement de René Lévesque.

Le centenaire de "Rerum novarum" fut marqué par une encyclique importante sur le sujet de la doctrine sociale de l'Église. Cette encyclique de Jean-Paul II publiée en 1991 s'appelait "Centesimus annus" d'où le nom de la fondation qui a été présentée à une vingtaine de représentatns des divers milieux sociaux à l'archevêché de Québec le 12 septembre 2006.

Le but de cette rencontre organisée par le cardinal Marc Ouellet était de faire connaître les objectifs et les réalisation de cette fondation qui est active dans plusieurs pays du monde et qui est présidée par le Comte Lorenzo Rossi di Montelera, un homme d'affaires italien qui oeuvre aussi au Canada. Il était accompagné de S.E. Mgr Claudio Maria Celli, secrétaire de l'Adminsitration du patrimoine du Siège Apostolique (APSA) qui est chargé de gérer tout ce qui concerne l'action et l'intervention financière du Saint-Père, notamment pour ses dons et charités.

C'est ainsi que la fondation " Centesimus annus" entièrement financé par le Siège Apostolique n'était pas ici pour solliciter des dons, mais bien plutôt pour sensibiliser les partipants et participantes à l'importance de faire connaître la doctrine sociale de l'Église. Dans le contexte actuel, il est tout indiqué de mettre les décideurs, les patrons, les ouvriers, les hommes politiques avec ce riche trésor accumulé depuis cent ans.

Les gens de Québec se souviendront qu'à l'occasion du 80e anniversaiere de la parution de "Rerum novarum" le pape Paul VI avait adressé un lettre au cardinal Roy, alors président de la Commission Justice et Paix intitulée "Octogesima adveniens"

On peut consulter en anglais le site des
chapitres américains de la Fondation
ou
celui-ci


Le Padre des cadets  16/08/2006

Photo Le Soleil, Laetitia Deconinck
Jean-Philippe Desrosiers entamera sa deuxième année d’études au Grand Séminaire de Québec. Jean-Philippe Desrosiers a 27 ans. En début de semaine, il terminait un stage en tant qu’intervenant en pastorale au camp musical des cadets de Saint-Gabriel-de-Valcartier. Les campeurs l’appellent affectueusement « le Padre ». Un surnom qu’il aime bien, puisqu’il a choisi de devenir prêtre.

Cet ancien mécanicien automobile vient de compléter sa première année d’études au Grand Séminaire de Québec. Une fois ordonné, Jean-Philippe s’occupera du diocèse de Baie-Comeau, dans son patelin.

Il ne sait toutefois pas ce qu’il l’attend, avec les églises qui ne sont plus remplies comme avant. Il assiste, note-t-il, à la transformation de l’Église, et s’aventure en terrain inconnu. « Les choses changent beaucoup, l’évêque ne sait même pas comment on va me payer plus tard ». À propos de sa vie future, il se dit toutefois inconfortable avec l’idée de vivre dans un presbytère.


Le Padre des cadets  16/08/2006

Photo Le Soleil, Laetitia Deconinck
Jean-Philippe Desrosiers entamera sa deuxième année d’études au Grand Séminaire de Québec. Jean-Philippe Desrosiers a 27 ans. En début de semaine, il terminait un stage en tant qu’intervenant en pastorale au camp musical des cadets de Saint-Gabriel-de-Valcartier. Les campeurs l’appellent affectueusement « le Padre ». Un surnom qu’il aime bien, puisqu’il a choisi de devenir prêtre.

Cet ancien mécanicien automobile vient de compléter sa première année d’études au Grand Séminaire de Québec. Une fois ordonné, Jean-Philippe s’occupera du diocèse de Baie-Comeau, dans son patelin.

Il ne sait toutefois pas ce qu’il l’attend, avec les églises qui ne sont plus remplies comme avant. Il assiste, note-t-il, à la transformation de l’Église, et s’aventure en terrain inconnu. « Les choses changent beaucoup, l’évêque ne sait même pas comment on va me payer plus tard ». À propos de sa vie future, il se dit toutefois inconfortable avec l’idée de vivre dans un presbytère.

Questions incontournables

Les sujets controversés touchant l’Église, Jean-Philippe les aborde prudemment. « Je m’étais préparé pour ça », dit-il en souriant aux différentes questions. Il dit partager la vision de l’Église au sujet du mariage gai. « Ce n’est pas dans la manière de penser de la vie conjugale : la procréation et la survie de l’espèce. » Le mariage des prêtres ? Il croit que le célibat va de pair avec le sacerdoce : « Il y a des hommes mariés dans l’Église, comme les diacres (clercs qui ont reçu l’ordre immédiatement inférieur à la prêtrise). Personne ne m’impose ça. »

Bien entendu, opter pour le célibat a été difficile. Or, le Grand Séminaire offre des cours du type « comment bien vivre son célibat » et des cours de sexualité, nécessaires selon le futur prêtre. Il souhaite d’ailleurs compléter sa maîtrise en sciences humaines, sur le sujet, afin d’être le mieux outillé possible.

Et qu’advient-il du stéréotype de vie religieuse rangée ? Cigarette au bec, Jean-Philippe clarifie les faits : les séminaristes ont le droit de boire de l’alcool et de fumer. Le jeune homme est aussi un grand adepte de plein air et fait du sport dès qu’il peut. « On est dans le trafic ! », assure-t-il.

Paru dans le journal "Le Solei" du 16 août 2006 dans la rubrique VIVRE ICI


Visite du Père Jean-Louis Souletie, professeur invité à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval  02/03/2006

Visite du Père Jean-Louis Souletie, professeur invité à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval
La communauté des prêtres du Séminaire de Québec est heureuse d'accueillir pour deux mois le Père Jean-Louis Souletie qui habite avec nous au Pavillon Jean-Olivier Briand du 1, rue des Remparts du 3 février au 25 mars 2006. Il donne le cours Séminaire de doctorat II. Jean-Louis Souletie, frère missionnaire de Sainte-Thérèse, enseigne la théologie à la faculté de théologie de l'Institut catholique de Paris. Il a publié aux éditions de l'Atelier, en collaboration avec Charles Perrot et Xavier Thévenot, « Les miracles… tout simplement » (1995) et, en collaboration avec Dominique Bourdin, « Dieu le Père… tout simplement » (1999). Son travail de recherche doctorale a porté sur l'articulation de l'histoire et de l'eschatologie dans la pensée de Moltmann et a donné lieu à la publication d'un ouvrage intitulé « La Croix de Dieu » dans la collection « Cogitatio fidei » (Éd. du Cerf, 1997).


Explications sur les armoiries du Séminaire de Québec  31/01/2006

NOTES SUR LES ARMOIRIES DU SÉMINAIRE DE QUÉBEC (SME).

Cet article d'un prêtre du Séminaire de Québec présente des explications intéressantes ainsi que des liens internet sur les armoiries de la famille de Montmorency-Laval.

Nous remercions l'abbé Georges Marceau qui a procédé à cette recherche minutieuse concernant les armoiries du Séminaire de Québec. Cliquez ici




Derniers tweets
Homélie pour le 16e dimanche du temps ordinaire Année A (Mathieu 13, 24-30) - Parabole... https://t.co/TC3OBE42YZ https://t.co/8h0ZDtIpHh
RT @CentreFdL: François de Laval dans les rues de Québec pour l'été. Voir l'album de Daniel Abel: https://t.co/1egIsiyfJ1 https://t.co/M3QS…
RT @Ant_Robitaille: Un chantre du post-nationalisme qui nous sert une réflexion racisante! Tellement débile. https://t.co/PagtUyGf7M
Homélie pour le 15e dimanche du temps ordinaire Année A (Mathieu 13, 1-23) : « Le semeur... https://t.co/Z0MRNoMqSV https://t.co/hJWgyrsOi5
Joannie Rochette : de la glace… à la médecine - La Presse+ https://t.co/0FBsSVdUQU via @lp_lapresse