Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle



Dans les blogs
le 24/03/2019

Le nouvel orgue du Grand Séminaire de Québec - Une inauguration remplie de nostalgie

J'ai eu la joie de pouvoir participer ce dimanche 23 mars 2019 à l'inauguration d'un orgue à traction mécanique du facteur d'orgue Karl Wilhelm dont le Grand...






Droits réservés
Carrefour Kairos
Hermann Giguère
Québec
















































DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Entrevue avec le directeur du Centre d'animation François de Laval: monsieur Jean Duval

Depuis quatre ans, Jean Duval dirige le Centre d'animation François-De Laval mis sur pied par le Séminaire de Québec à la Basilique Cathédrale Notre-Dame de Québec en 1992 lors du transfert du corps de saint François de Laval dans un nouveau tombeau.



Photo de monsieur Jean Duval, directeur du Centre d'animation François de Laval - Droits réservés 2015
Photo de monsieur Jean Duval, directeur du Centre d'animation François de Laval - Droits réservés 2015
Je remercie monsieur Duval de sa disponibilité et de son soutien. C'est lui qui m'a secondé dans la publication de mon livre sur les Écrits spirituels de saint François de Laval.

Monsieur Jean Duval est marié et il est père de trois enfants. Il est diplômé en théologie de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval. Au sortir de ses études en théologie, il a travaillé dans sa région natale comme agent de pastorale laïc à Saint-Georges de Jonquière, pour ensuite rejoindre sa douce à Québec comme agent pour la région pastorale des Laurentides. Le Patro de Charlesbourg l'a ensuite recruté pour le secteur des jeunes adultes, adultes et le secteur communautaire et pastorale.

Par la suite, il a oeuvré en paroisse à Saint-Charles-Borromée (Charlesbourg) puis il a accepté en 2009, dans le sillage de de l'Année jubilaire soulignant le 300e anniversaire du décès de saint François de Laval et le 350e de sa consécration de comme évêque à l'église saint Germain de Près à Paris, d'entrer au service du Centre d'animation François-De Laval comme directeur adjoint et il en est devenu le directeur en 2012.

Il a apporté une contribution non négligeable à la rédaction de la Positio pour la canonisation équipollente de saint François de Laval le 3 avril 2014 ( lire les notes du cardinal Amato à la fin de l'article).


HG - Bonjour Jean voici quelques questions que j'aimerais te poser. Je te remercie de cette contribution. La première : Comment as-tu connu saint François de Laval?

JD - C’est lorsque l’on m’a engagé comme adjoint à la direction du Centre d'animation François-De Laval en 2009 que j’ai été happé par la grandeur d’âme et de cœur de cet homme. J’étais loin de me douter du cadeau que l’on me faisait de le découvrir à une période où je songeais à une réorientation professionnelle. En effet, je ne retrouvais plus cette motivation essentielle à la fonction d’agent de pastorale. Je souffrais d’un cas de conscience, celui de ce que j’appelais à l’époque, le syndrome de saint Paul : « Annoncer l’Évangile n’est pas pour moi un titre de gloire ; c’est une nécessité qui m’incombe. Oui malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile! ». (1 Co 9,15) J'ai retrouvé chez François de Laval un modèle pour persévérer.

HG - Qu'est-ce que t'apporte saint François de Laval comme chrétien engagé?

JD - Avec François de Laval, j’ai découvert le parfait équilibre entre l’homme et le croyant : être déterminé sans être extrémiste; approfondir une spiritualité et demeurer pragmatique, devenir audacieux en demeurant sage, aller « à toutes rencontres » sans se disperser, etc. Avec lui j’ai retrouvé une grande motivation, mon « cœur et mon tout ». Maintenant, plus je le fréquente, plus il m’éduque aux attitudes du croyant. Tout récemment, j’ai découvert à la lecture du livre Écrits spirituels de François de Laval, son humilité et son abandon réel à la Providence par sa grande gratitude envers la vie et notre Dieu : « Dieu me fait la grâce... de recevoir de vos nouvelles, (...) de vous connaître, (...) de m’envoyer de petites croix, (...) de me permettre de, (...) de regarder tout ce qui m’arrive, etc. Depuis, je m’efforce à développer cette reconnaissance à tout moment et je vous avoue que cela me fait beaucoup de bien. Comme lui, je peux dire que Dieu me fait la grâce d’être au cœur du Vieux-Québec, au berceau de la colonie et de la foi catholique en terre d’Amérique. Je frisonne encore à fréquenter les lieux, les grandes institutions et leurs gens, qui ont façonné notre histoire. Quelle fierté pour moi d’être associé au Séminaire de Québec, témoin et acteur de notre histoire civile et religieuse.

Le plus merveilleux, c’est de pouvoir me recueillir régulièrement au tombeau de saint François de Laval. J’y retrouve là mon inspiration pour « mener le bon combat », de saint Paul. Et contrairement à mes prétentions passées, j’ai découvert que sa grandeur dépasse largement le fait d’être le premier des évêques de Québec : Louis XIV avait bien raison de confier au pape Alexandre VII dans une lettre de recommandation en 1657 : « nous pouvons dire qu'il serait difficile de commettre le soin d'un si vaste pays, à quelqu'un qui s'en pût mieux acquitter que lui ».

HG - Quelles seront, selon toi, les retombées de la canonisation de François de Laval?


JD - Les retombés se font déjà sentir. La canonisation de saint François de Laval le 3 avril 2014 a suscité un vif intérêt dans le domaine culturel, touristique et pastoral; principalement au Québec et au Canada anglais mais aussi dans le monde. On le ne connaît pas du tout et on le connaît très mal. Heureusement que nous avions commencé à rajeunir et bonifié sa biographie.

Je constate que depuis sa canonisation, plusieurs jeunes adultes dans la vingtaine et trentaine désirent le découvrir. Et une nouveauté, de plus en plus de jeunes familles viennent se recueillir à son tombeau.
Les demandes d’intercession ont augmenté considérablement et 80 % d’entre elles concernent la famille. C’est curieux et heureux, surtout lorsque l’on connaît toute la dévotion de François de Laval pour la Sainte Famille.

C’est ce qui me convainc à le faire connaître davantage, c’est que sa détermination et sa persévérance sauront inspirer les femmes et les hommes d’aujourd’hui dans la poursuite de la mission de l’annonce de la Bonne Nouvelle et de l’édification d’un monde meilleur. Beaucoup trouveront en lui force et courage pour relever les défis qui se présenteront. La difficulté que connait présentement l’Église canadienne à couvrir de grands territoires avec peu de ressources ressemble étrangement à celle rencontrée par notre premier évêque. Il a trouvé une solution originale, nous permettant d’innover et d’oser nous aussi.

Pour toutes ces raisons, la canonisation de François de Laval ne peut pas être envisagée comme l’aboutissement d’une longue démarche. Loin de nous démobiliser, cette reconnaissance par l’Église universelle devrait être un encouragement à continuer la belle aventure humaine et spirituelle qu’il a entreprise en 1659 auprès des gens de ce pays. Il faut continuer la recherche et l’étudier afin d’extraire tout l’essence de ce qui l’a tant animé. Nous en avons encore pour plusieurs années. Saint François de Laval saura nous aidé à voir grand et à croire avec optimisme en l’avenir de notre Église.

Visitez le très beau site du Centre d'animation François-De Laval . Très riche et entretenu avec régularité. À voir!

11 avril 2015
Tombeau de saint François de Laval à la Basilique Cathédrale Notre-Dame de Québec (Crédits photo - Daniel Abel)
Tombeau de saint François de Laval à la Basilique Cathédrale Notre-Dame de Québec (Crédits photo - Daniel Abel)

Samedi 11 Avril 2015
Jean Duval
Lu 1064 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.