Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle



Dans les blogs
le 28/09/2018

Recension du livre « Mon agir dans la lumière de l’évolution » par Marcel Boivin p.b.

Marcel Boivin est un père blanc missionnaire d’Afrique qui a enseigné l’Éthique toute sa vie en divers pays africains et en Angleterre. Dans cet ouvrage il...






Droits réservés
Carrefour Kairos
Hermann Giguère
Québec
















































DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Être prêtre - Homélie pour la fête de saint François de Sales (janvier 2009)

Homélie de Mgr Jean-Pierre Blais, évêque nommé de Baie-Comeau pour la célébration par anticipatrion de la Fête de saint François de Sales au Séminaire de Québec le 21 janvier 2009. Textes de l'Écriture : Hb 7, 1-3.15b-17 et Mc 3, 1-6.



Jeune danseur du village de Nararachi  au Mexique qui virevolte devant l'Église dans la danse du Matachin.
Jeune danseur du village de Nararachi au Mexique qui virevolte devant l'Église dans la danse du Matachin.
En cette fête de Saint François de Sales, patron secondaire du Séminaire de Québec, vous, les prêtres du Séminaire, vous accueillez des confrères prêtres des paroisses du Diocèse de Québec. C’est une tradition par laquelle votre institution veut vivre la fraternité sacerdotale au-delà des fonctions sur le terrain. Je veux vous remercier de cette initiative qui ne peut qu’apporter des effets pro- metteurs dans l’avenir des prêtres.

La Parole de Dieu, en ce jour, nous tourne vers notre être de prêtre : « Tu es prêtre pour toujours selon le sacerdoce de Melkisédek » (Héb7, 17) La lettre aux Hébreux précise, par cette affirmation, que notre réalité de prêtre est différente de celle d’Aaron, de celle du Peuple juif. Nous sommes prêtre du Christ. Jésus, le Christ a commencé un nouveau peuple, l’Église qui a gardé les mêmes caractéristiques que le Peuple juif en prenant un nouveau sens. En Hébreux, nous lisons : « dans le sanctuaire où Jésus est entré pour nous comme précurseur, en qualité de grand prêtre pour toujours selon l’ordre de Melchisé- dech. »(Héb6, 20) Pourquoi avons-nous accepté de l’Église la demande de devenir prêtre du Christ dans son Église?

Je vous propose l’expérience d’un danseur qui a été confronté à ce qui l’habitait. Ce fait peut nous aider à revoir notre flamme du début et son cheminement dans le temps. Le film Billy Elliott, le danseur de Manchester raconte cette histoire. « C’est l’histoire d’un petit enfant, qui vit avec sa famille dans une banlieue-cité pauvre, réservée à des mineurs de charbon. Familles qui vivent dans les corons, ces maisons qui sont les unes à côté des autres, toutes semblables et un peu tristes. L’enfant aime danser. Il danse, il danse d’une manière merveilleuse. Son rêve est éventuellement de passer l’examen pour être admis parmi les jeunes danseurs du Royal Ballet de Londres. Le film en arrive à une séquence majeure. Le père accompagne son enfant, celui-ci a quatorze ou quinze ans pour passer le moment d’angoisse : l’examen devant le jury du Royal Ballet.

On le voit tous les deux assis sur un banc avant le moment fatidique : le père est complètement inhibé, mais le petit fait une prestation étrange. Il mélange claquettes et danse classique avec passion. Après la séance, on leur demande de sortir; le jury est là, ils sont six examinateurs. Le père sort, s’assoit de nouveau dans le couloir sur une banquette. Mais avant que le petit Billy ne soit sorti, un

des membres du jury, une femme rouquine, dit à l’enfant : « Reste encore un peu, j’ai des questions à te poser. » Elle lui demande simplement : « Pourquoi aimes-tu danser? » L’enfant un peu confus, surpris, répond d’abord « je ne sais pas ». Et de nouveau la question et de nouveau la même réponse : « Mais, je ne sais pas. » Cependant le petit enchaîne aussitôt : » Quand je danse, j’oublie tout, comme si j’étais devenu un oiseau. » De ses yeux clairs fixés sur le jury, il ajoute sans s’arrêter : « C’est comme si du feu m’habitait tout entier, c’est comme de l’élec- tricité, c’est comme du feu. » Puis il s’arrête et il sort, tout en répétant deux fois : « C’est comme du feu. »

La réponse de l’enfant a complètement renversé le jury qui l’a accepté. »
Pourquoi aimons-nous à être prêtre? Pourquoi aimes-tu à être prêtre? Comme l’enfant, je ne sais quoi dire et puis je reviens à la flamme du départ. J’aime aimer de l’amour du Christ et partager cet amour. La compassion, la solidarité, le partage, je peux bâtir cela en donnant le don de Dieu, la vie du Christ. Comme prêtre du Christ, je suis invité à être en même temps tout au Christ et tout à la communauté. Sainte Catherine de Sienne nous donne une belle image de cette réalité du Christ. C’est l’image du pont. Le Christ est ce pont que Dieu, le Père a jeté vers la terre et vers notre vie. Ce n’est pas un pont de bois ou de métal. C’est la personne du Christ. Le Christ permet à Dieu, le Père de venir vers nous et nous permet d’aller vers Dieu. C’est ce même pont qui nous permet d’aller les uns vers les autres.

Comme prêtre du Christ, je deviens ce pont à mon tour. Je permets à la communauté de venir appuyer ses racines sur ce pont qui relie le ciel et la terre dans la vie du Christ. Avec ces racines, la communauté se nourrit de la vie même du Christ et se développe en communion avec le Christ. Comme prêtre, nous sommes invités à conduire la communauté à sa pleine maturité. Devant l’homme à la main paralysée, Jésus s’avance et lui ordonne de tendre la main. Il fut guérit un jour de sabbat. Ce geste a provoqué la controverse. Tout comme Jésus, nous devons prendre notre part de souffrance liée à l’Évangile.

Jésus est déjà de ce monde nouveau qui prend ses distances des règles de la loi de Moïse. Il donne la vie de Dieu en abondance pour toutes les personnes. Nous sommes prêtre « non pas selon les règles d’une vie humaine mais par la puissance d’une vie indestructible. »(Héb1, 16) nous dit la lettre aux Hébreux. Prions le Seigneur pour qu’il nous garde fidèle à la lumière de sa Parole.

+Jean-Pierre Blais
Évêque nommé de Baie-Comeau

______________________________


Documents sur la vie et la spiritualité de saint François de Sales (1567-1622)


Mgr Jean-PIerre Blais, évêque de Baie-Comeau, au cimetière canadien en Normandie
Mgr Jean-PIerre Blais, évêque de Baie-Comeau, au cimetière canadien en Normandie


Jeudi 22 Janvier 2009
Mgr Jean-Pierre Blais
Lu 6013 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.




Derniers tweets
RT @vaticannews_fr: Il a marqué une époque et des générations de fidèles. Peu, cependant, au soir du 16 octobre 1978, s’attendait à ce que…
Homélie pour le 29e dimanche du temps ordinaire Année B « Les fils de Zébédée » Homélies dominicales pour les temps… https://t.co/N4b5ldKDcV
Homélie pour les funérailles de l'abbé Michel Fournier par le cardinal Gérald C. Lacroix Homélie pour les funéraill… https://t.co/pEFYAv0Uux
Homélie pour le 28e dimanche du temps ordinaire Année B « Viens, suis-moi » Homélies dominicales pour les temps lit… https://t.co/Vfp19pSNv4
Homélie pour le 27e dimanche du temps ordinaire Année B « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » Homél… https://t.co/eNJbEKrd8K