Carrefour Kairos Hermann Giguère Page personnelle

DERNIÈRES HOMÉLIES
Cliquez sur DERNIÈRES HOMÉLIES pour lire l'homélie du dimanche. Bienvenue!

           

Réactions de l'abbé Jean Abud, prêtre du Séminaire de Québec et aumônier à l'Université Laval, sur les scandales liés à la pédophilie de certains prêtres

Les principaux intervenants de l’Église catholique s’entendent : si les scandales liés à la pédophilie de certains prêtres ébranlent l’institution, la foi, elle, demeure intacte. Telle est l'opinion de l'abbé Jean Abud, prêtre du Séminaire de Québec et aumônier à l'Université Laval. Jean-Bernard Rousseau, animateur laïc partage le même point de vue de même que le vice-président de l'association catholique, Dominic Doucet



L`abbé Jean Abud, aumônier à l`Université Laval
L`abbé Jean Abud, aumônier à l`Université Laval
Dans un article intitulé L'Église secouée, l'institution ébranlée, la foi intacte paru dans l'édition du 28 mars 2010 du Journal de Québec Kathryne Lamontagne rapporte que l'abbé Jean Abud, rencontré samedi le 27 mars 2010, au Grand Salon de l’Université Laval, où se tenait la 25e Journée de la jeunesse diocésaine de Québec, s’inquiète de l’image de l’Église. «L’Église, elle est touchée par ça (les scandales de pédophilie). Je pense que ça vient miner la crédibilité de l’Église », a-t-il laissé tomber. La journaliste a entendu le même son de cloche du côté de Dominic Doucet, vice-président de l’Association catholique de l’Université Laval, [voir la vidéo sur l'Association catholique à la fin de l'article] qui prenait lui aussi part au grand rassemblement chrétien. « L’institution est ébranlée. C’est une réflexion qui s’impose. L’Église devra l’accepter, l’affronter et y réfléchir »,

Ce qui ressort de l'article de Kathryne Lamontagne c'est l'affirmation de toutes les personnes interrogées que leur foi reste intacte. L'abbé Abud et Dominic Doucet ainsi que les quelque 200 jeunes présents aux événements d’hier ne se gênent pas de clamer haut et fort leur foi, qui demeure inébranlable à l’ouverture de la Semaine sainte.

« Ma foi n’est pas remise en doute. C’est une période de questionnement de moi, à travers l’Église, par rapport à l’actualité. Mais ce n’est pas ça qui détruira ma foi. C’est une relation personnelle, la foi. Si ta foi est fausse, elle sera ébranlée », affirme Dominic Doucet.

Jean-Bernard Rousseau, agent de pastorale à l’Université Laval, qui travaille principalement avec de jeunes catholiques tient le même discours. « Je dirais que notre foi chrétienne n’est pas basée sur un prêtre. Est-ce qu’un jeune va arrêter de croire à la famille parce qu’il a eu un père incestueux? On ne peut pas se réjouir de ça, c’est condamnable, on est tous d’accord avec ça. Mais je suis un croyant de longue date, ce n’est pas ça qui va m’arrêter », assure-t-il.

L’abbé Jean Abud souhaite toutefois que cette « crise de confiance » envers l’institution religieuse ne soit pas trop « profonde ». « J’espère de tout cœur que les gens pourront retrouver confiance en cette communauté-là. Je pense que c’est possible. Ce qui se vit au jour le jour dans l’Église l’emportera sur les écarts que certains ont pu avoir. Je fais confiance à ça, beaucoup. Ça me donne de l’espérance »,

L’abbé Abud a d’ailleurs tenu à rappeler qu’il y a des problèmes de pédophilie dans tous les pans de la société, que ce n’est pas le « monopole des prêtres ». « Il ne faudrait pas que ça touche tout ce qu’il a de pertinent dans l’Église, qui est quelque chose de beau »,

Citations reprises du site du Journal de Québec

_________________________________________________________________

Une note du P. Lombardi, porte-parole du Service de Presse du Vatican publiée par le Bureau de Presse du Vatican souligne les fruits de l’action du pape pour « extirper la plaie des abus ».
Voici la présentation qu'en fait l'agence Zenit.

ROME, Dimanche 28 mars 2010 (ZENIT.org) - L'action du pape Benoît XVI et de la Congrégation pour la doctrine de la foi, mais aussi des épiscopats pour « combattre » la « plaie des abus » et les « extirper » a déjà obtenu des résultats positifs, déclare le P. Lombardi, sj.

L'Osservatore Romano en italien de ce 28 mars 2010 publie des extraits de cette « Note du directeur général de Radio Vatican » diffusée samedi 27 mars sur Radio Vatican en italien sous le titre : « A la veille de la Semaine Sainte ».

Pour le P. Lombardi, « un observateur non superficiel ne manquera pas de se rendre compte que l'autorité du pape et l'engagement intense et cohérent de la Congrégation pour la doctrine de la foi ne sortent pas affaiblis mais confirmés dans le soutien et l'orientation donnée aux épiscopats pour combattre et extirper la plaie des abus ».

Il relève des « signes positifs » arrivés de différents évêques et d'institutions catholiques du monde et il mentionne « les directives pour la gestion correcte et la prévention des abus, rappelées, mises à jour et renouvelées en Allemagne, en Autriche, au Canada,... ».

Il cite comme une « bonne nouvelle » la diminution de 30 % du nombre de plaintes pour abus enregistrées l'an dernier aux Etats-Unis, preuve que les mesures appliquées « se révèlent efficace », d'après le rapport annuel de l'Eglise des Etats-Unis sur la mise en application des normes contre la pédophilie.

« Sans entrer dans les détails, indique le P. Lombardi, on doit reconnaître que les mesures décidées et en cours d'application se sont révélées efficaces ». « L'Eglise des Etats-Unis a pris la bonne voie pour se renouveler », souligne le porte-parole du Saint-Siège.

Le P. Lombardi insiste sur la nécessité de « la purification de la mémoire ». Il fait observer qu'il s'agit non de cas récents, mais de cas « survenus généralement il y a un certain temps, voire il y a des décennies, mais les reconnaître et faire amende honorable auprès des victimes est le prix du rétablissement de la justice et de cette « purification de la mémoire » qui permet de regarder vers l'avenir avec un engagement renouvelé et ensemble avec humilité et confiance ».

Pour ce qui est de l'acharnement de certaines publications aux Etats-Unis ou en Allemagne notamment, le P. Lombardi estime que ce n'est pas « surprenant » car « le sujet est d'une telle nature qu'il attire de lui-même l'attention des media, et la façon dont l'Eglise l'affronte est cruciale pour sa crédibilité morale ».

C'est « avec humilité et confiance, en esprit de pénitence et d'espérance que l'Eglise entre maintenant dans la Semaine Sainte et demande la miséricorde et la grâce du Seigneur qui souffre et ressuscite pour tous », conclut le P. Lombardi.

_______________________________________



Association étudiante catholique de l’Université Laval L'Association veut offrir, sur le campus, une communauté où les étudiants peuvent vivre avec d’autres universitaires les grands rêves de l’Évangile






__________________________________________________

Abus sexuels : les évêques canadiens appuient et remercient le pape

Dans une lettre d’appui au pape envoyée le 29 mars, les évêques canadiens ont choisi de mettre l’accent sur le soutien qu’ils reçoivent de Benoît XVI depuis de nombreuses années dans la gestion des cas d’abus sexuels dans l’Église. Par ailleurs, les évêques canadiens dénoncent le nombre « sans précédent de reportages qui prétendent que [le pape] n’aur[ait] pas su réagir aux cas d’agression sexuelle de mineurs ». Ils affirment reconnaître avec « admiration et gratitude » le « leadership vigoureux et résolu » dont le pape a fait preuve face à ces « crimes odieux ». Déjà dans la semaine précédente, le président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, Mgr Pierre Morissette, avait dénoncé un ton qu’il jugeait empreint de préjugés envers l’Église catholique dans certains articles parus dans les journaux canadiens.

Dimanche 28 Mars 2010
Lu 4404 fois




Actualités et documents | Allocutions et conférences | Homélies | Réflexions | Actualité SME Archives | SME-Info Archives | Nominations SME Archives | Année jubilaire François de Laval 2008 | Année sacerdotale | 350e du SME


Cliquez sur le nom de la rubrique au début de l'article pour avoir la liste des articles précédents dans la même rubrique.