CITE DU VATICAN, 22 MAR 2011 (VIS). A 11h 30' près la Salle-de-Presse du Saint-Siège, le Cardinal Zenon Grocholewski, Préfet de la Congrégation pour l'éducation catholique, assisté de Mgr.Jean-Louis Bruguès, OP, Secrétaire du dicastère, et du P.Charles Morerod, OP, Recteur de l'Université pontificale
St.Thomas d'Aquin, a présenté le décret de réforme des études ecclésiastiques de philosophie.


Cardianl Zenon Grocholewski, préfet de la Congrégation pour l'éducation chrétienne
Cardianl Zenon Grocholewski, préfet de la Congrégation pour l'éducation chrétienne
Le Cardinal a expliqué que cette réforme découlait de la constitution apostolique Sapientia Christiana et des nouvelles normes adoptées cette même année 1979 par la Congrégation. Il était donc nécessaire d'adapter au contexte culturel les exigences de la vie ecclésiale.

Cette réforme des études répond à deux raisons que le Cardinal Grocholewski a illustré: "Il y avait d'abord le déficit de formation philosophique de nombreuses institutions ecclésiastiques, une absence de références précises en la matière et une inadaptation du corps enseignant... Et puis il y avait la conviction exprimée par Jean-Paul II en 1988 dans l'encyclique Fides et Ratio, l'importance de la philosophie sous son aspect métaphysique...mais également la conscience de ce que la philosophie est indispensable pour la formation théologique". Voici pourquoi "le décret entend revaloriser la philosophie, en particulier à la lumière de cette encyclique...en retrouvant la vocation première de la philosophie qu'est la recherche du vrai et de sa dimension" spirituelle.

L'élaboration du document remonte à 2004 avec la constitution par la Congrégation d'une commission d'experts en philosophie, revêtant à la fois une compétence intellectuelle et institutionnelle, représentant les diverses aires linguistiques et géographiques, en mesure de faire des propositions. Le texte amendé a été reçu par la Congrégation en 2010, puis approuvé par le Pape en janvier dernier pour ce qui regarde principalement les normes d'application de la Constitution Sapientia Christiana.

Ensuite Mgr.Bruguès a exposé l'application de la réforme aux facultés de théologie, notamment quant au nombre d'années d'étude. Il s'agira désormais de trois années consacrées à la philosophie de la connaissance, de la nature, de l'homme, de l'être, et enfin à la philosophie morale, auxquelles s'ajoute la logique. Cet enseignement complet du premier cycle de l'enseignement ecclésiastique (facultés, instituts affiliés et séminaires), devra bénéficier d'un corps enseignant fixe, bien qualifié et en nombre suffisant. "Les disciplines strictement philosophiques devront constituer au moins 60 % des cours de première et deuxième année". Après quoi, le Père Morerod a précisé que "l'étude de la philosophie aide le théologien à être conscient de ses préjugés philosophiques, à les évaluer en évitant d'imposer sa théologie ou à sa prédication un cadre conceptuel incompatible avec la foi. Pour être juste, la réflexion critique sur les systèmes philosophiques doit rechercher la vérité au delà des apparences. Un philosophe non chrétien peut être utile à la théologie, tandis qu'un philosophe chrétien voulant démontrer l'existence de Dieu risquerait d'avoir un impact inverse".

OP/
VIS 20110322 (470)


Interventions
du CARDINAL ZENON GROCHOLEWSKI, préfet

de MONSEIGNEUR JEAN-LOUIS BRUGUÈS, O.P., secrétaire

et du PÈRE CHARLES MOREROD, O.P., recteur de l'Université pontificale saint Thomas d'Aquin

Lire les interventions en italien



QUI SUIS-JE?
Mon site internet

DERNIÈRES HOMÉLIES
Vous y trouverez l'homélie du dimanche publiée le mardi qui précède. Bonne méditation!





Galerie
sme_1688_detail_sme_seul.jpg
tombeau_crypte_sme_porte_fermeea_2.JPG
chapelle_gs_2010.jpg
mur_ancien_ecurie.jpg
chapelle_grand_seminaire_ulaval.jpg
cadran_solaire.jpg

Album sur les édifices du Sémiaire de Québec avec diaporama