Quel poète, notre Sol national...
Poésie de Marc Favreau : Sol, le clown clochard. Ses textes, à la fois naïfs, poétiques et humoristiques

( Les fautes sont voulues dans le texte! )


LE CREPUSCULE DES VIEUX
Des fois, j'ai hâte d'être un vieux.
Ils sont bien, les vieux, on est bon pour eux, ils sont biens.

Ils ont personne qui les force à travailler; on veut pas qu'ils se fatiguent.
Même que la plusssspart du temps, on les laisse pas finir leur ouvrage.
On les stoppe, on les interruptionne, on les retraite fermée.

On leur donne leur appréhension de vieillesse et ils sont en vacances....

Ah! Ils sont bien les vieux!


Et puis, comme ils ont fini de grandir,

ils ont pas besoin de manger tant tellement beaucoup.



Ils ont personne qui les force à manger.



Alors de temps en temps,

ils se croquevillent un petit biscuit

ou bien ils se retartinent du pain avec du beurre d'arrache- pied,

ou bien ils regardent pousser leur rhubarbe dans leur soupe...





Ils sont bien...



Jamais ils sont pressés non plus.

Ils ont tout leur bon vieux temps.

Ils ont personne qui les force à aller vite;

ils peuvent mettre des heures et des heures à tergiverser la rue...



Et plus ils sont vieux, plus on est bon pour eux.

On les laisse même plus marcher...

On les roule...

Et puis d'ailleurs,

ils auraient même pas besoin de sortir du tout;

ils ont personne qui les attendresse...



Et l'hiver...

Ouille, l'hiver!

C'est là qu'ils sont le mieux, les vieux;

ils ont pas besoin de douzaines de quatorze soleils...



Non!



On leur donne un foyer,

un beau petit foyer modique qui décrépite,

pour qu'ils se chaufferettes les mitaines...



Ouille, oui l'hiver, ils sont bien.

Ils sont drôlement bien isolés...

Ils ont personne qui les dérange.

Personne pour les empêcher de bercer leur ennuitouflé...



Tranquillement, ils effeuillettent

et revisionnent leur jeunesse rétroactive;

qu'ils oublient à mesure sur leur vieille malcommode...



Ah! Ils sont bien..!



Sur leur guéridon, par exemple, ils ont une bouteille, petite, bleue.

Et quand ils ont des maux, les vieux,

des maux qu'ils peuvent pas comprendre,

des maux mystères;

alors à la petite cuiller, ils les endorlotent et les amadouillent...



Ils ont personne qui les garde malades.

Ils ont personne pour les assistés soucieux...



Ils sont drôlement bien...!



Ils ont même pas besoin d'horloge non plus,

pour entendre les aiguilles tricoter les secondes...



Ils ont personne qui les empêche d'avoir l'oreillette en dedans,

pour écouter leur coeur qui grelinde et qui frilotte,

pour écouter leur corps se débattre tout seul...



Ils ont personne qui...



Ils ont personne...





____________________________



Tiré de SME-Infonet http://www.webzinemaker.com/sme/, webzine publié par la Société des prêtres du Séminaire de Québec.


23/11/2010

Réflexions

Commentaires (0)

QUI SUIS-JE?
Mon site internet

DERNIÈRES HOMÉLIES
Vous y trouverez l'homélie du dimanche publiée le mardi qui précède. Bonne méditation!





Galerie
pavillon_jean_olivier_briand_sme_cour.jpg
pavillon_camille_roy_lanternet.jpg
sme_gravure_entree.jpg
cour_vieux_seminaire_veronique1.pg.JPG
chapelle_grand_seminaire_ulaval.jpg
pavillon_jean_olivier_briand_galeries.jpg

Album sur les édifices du Sémiaire de Québec avec diaporama