Tel est le titre d'un article sur le site internet de Témoignage chrétien le 7 avril 2011 18:00. Cet article recense les premiers pas d'un phénoméne typiquement américain. "Que donneraient les 10 commandements bibliques, écrivent les journaliste Violaine Desmons et Benjamin Seze, s'ils étaient écrits aujourd'hui, à l'ère du numérique et des phrases courtes ? À la suite d'un poisson d'avril sur le réseau social Twitter, les catho-geeks américains ont lancé l'idée avec le mot-clef #CatholicRulesForTwitter."


J'ai trouvé l'article intéressant et je retiens le lien sur les produits dérivés qui est amusant. Pour moi, il s'agit d'un truc très américain. Les Américains sont beaucoup plus libres que les Québécois - du moins ceux de ma génération - sur la religion. La liberté de diffuser les idées religieuses fait partie de la Constitution américaine. La prolifération des églises libres comme les églises évangéliques en est le signe.

Et DIEU CRÉA LE BUZZ SUR TWITTER !
Le scandale du journaliste du Devoir devant des gens qui prient sur une malade dans un avion ne se produirait pas aux États-Unis. La soeur du Président Carter était reconnue comme "Healer" et exerçait un "Healing Ministry" par la prière en parcourant les États-Unis. Autre pays, autres moeurs, on le voit. On peut en rire ou s'en amuser, mais cela fait plaisir de voir que le religion n'est pas chez eux restreinte à l'espace privé.

Voici un condensé de l'article de Témoignage chrétien

« La mission de l’Église est de faire connaître l'amour de Dieu au monde via Twitter [1] ». Ceci n’est pas une recommandation du pape issue de la dernière Journée mondiale sur les communications sociales, mais un message de @MustBeTheJanay, internaute anonyme, posté sur Twitter. Depuis le premier avril, de drôles de "règles d'utilisation du réseau social" pour geeks catholiques se multiplient sur la toile aux États-Unis. Une sorte de table des dix commandements version numérique, que l'on retrouve grâce au mot clé #CatholicRulesForTwitter .

Tout a commencé par le tweet anodin d’une laïc de l’archevêché de Washington. Une certaine @VitaCatolic s'était permis de se moquer gentiment de l'usage de Twitter par une organisation catholique. L'organisation en question n'a visiblement pas apprécié et le lui a fait savoir. D'où la question, un brin ironique, postée par la jeune twitteuse, le 1er avril dernier : « Quelqu’un pourrait me donner le lien pour les Règles Catholiques pour Twitter ? Je ne les ai jamais lues et j’ai apparemment manqué la règle qui dit que plaisanter n’est pas autorisé »

Réponse d'un certain Jonathan Sullivan, alias @sullijo, qui lui apprend alors qu’il est interdit de tweeter à propos de la « NAB » (New American Bible) sans l’autorisation de la Conférence des évêques américains (@USCCB sur Twitter). Et @sullijo ponctue son tweet de l'hashtag #CatholicRulesForTwitter. Ainsi naît la première règle d'utilisation de twitter pour les catholiques.

Le tweet circule rapidement sur la toile jusqu' aux évêques de l'USCCB.Ces derniers réagissent immédiatement pour démentir l'information. Au premier degré.
« Correction : vous n’avez pas besoin de permission pour retweeter notre contenu. Allez-y. »

Puis, réalisant que l'initiative tenait plus de la blague que de l'imposture, ils se prennent au jeu :

« Ok, ok, on a compris. Vous nous avez bien eu… »

Le poisson d'avril est dévoilé, qu'importe, l'idée séduit les twitteurs... Le buzz prend. Le mot clef #CatholicRulesForTwitter se répand comme une traînée de poudre chez les catho-geeks américains. Et les contributions et jeux de mots se multiplient sur Twitter. Morceaux choisis :

#CatholicRulesForTwitter :

« Tweeter les autres comme vous souhaiteriez être tweeté »

« Tweeter cinq décennies du Rosaire est bien pour une indulgence partielle, sauf si vous utilisez le copier-coller »

« Les appareils mobiles doivent être couvert par une pochette violette pendant le Carême »

« Si vous êtes un catholique normal, vous tapez vos tweets avec les doigts. Les catholiques pieux tapent avec la langue »

« Tout tweet est présumé valide sauf si un doute suffisant est présenté au Tribunal du diocèse »

Au départ cantonné à la sphère catholique, le mot clef devient multiconfessionnel : en peu de temps, sont apparus les dérivés #anglicanrulesfortwitter ou #lutheranrulesfortwitter.

« Maintenant que nous avons #LutheranRulesForTwitter – est-ce que quelqu’un a pensé à faire #ChristianRulesForTwitter ? Redondant ? »

Un buzz profitable pour Catholic Relief

Profitant de cet engouement, Jonathan Sullivan décide d'utiliser l'emballement pour une récolte de fond en faveur de l'ONG Catholic Relief, agence d'aide humanitaire rattachée à la Conférence épiscopale des Etats-Unis. Une sorte de CCFD version américaine.

« Est-ce qu’un graphiste catholique voudrait dessiner le logo de #CatholicRulesForTwitter pour mettre
sur des T-shirts pour des œuvres de bienfaisance ? »

Aujourd’hui, la boutique en ligne est ouverte, et la totalité des fonds collectés soutiendra les projets de l'ONG. Le poisson d’avril qui accouche d'une campagne de don au marketing accrocheur et gratuit : c’est aussi ça la puissance des réseaux sociaux.

[1] @MustBeTheJanay: The mission of the Church is to make known through twitter the love of God to the world.



QUI SUIS-JE?
Mon site internet

DERNIÈRES HOMÉLIES
Vous y trouverez l'homélie du dimanche publiée le mardi qui précède. Bonne méditation!





Galerie
site_sme_marceau_detail.jpg
porte_1delafabirque.jpg
cour_vieux_seminaire_arbre.jpg
pavillon_jean_olivier_briand_galeries.jpg
camille_roy_hg_2006.jpg
site_sme_eudistes.jpg

Album sur les édifices du Sémiaire de Québec avec diaporama