Le cardinal Jorge Mario Bergoglio comme la plupart de ses confrères s'est exprimé le 9 mars 2013 durant une des congrégations générales précédant le conclave sur le programme nécessaire et la figure de celui qui, parmi eux, deviendrait pape. Ce texte qu'il a ré-écrit de mémoire et qu'il a remis au cardinal Ortega, archevêque de La Havane, le lendemain est maintenant rendu public par ce dernier avec l'accord du pape François.


Le programme annoncé de celui qui est devenu le pape François
Le texte de l’intervention du futur pape François, est celui que ce dernier a lui-même transcrit durant la congrégation générale avant le conclave. Orlando Marquez de Palabra Nueva, le magazine de l'Archevêché de La Havane a publié les notes que le cardinal Bergoglio a données au cardinal Ortega le 26 mars 2013 et il en a envoyé une copie à ZENIT pour être publié et diffusé. Déjà publié en langue espagnole, voici la traduction française du texte.

La douce et réconfortante joie d’évangéliser

On a parlé d’évangélisation. C’est la raison de l’Eglise. « Gardons la douce et réconfortante joie d’évangéliser, même lorsque qu’il faut [...] soit annoncé et l’Eglise implantée au cœur du monde » (Paul VI). C’est Jésus Christ qui, de l’intérieur, nous y pousse.

1) Evangéliser suppose un « zèle » apostolique. Evangéliser suppose dans l’Eglise une parésie (témoignage, ndr) d’elle-même. L’Eglise est appelée à sortir d’elle-même et à aller dans les périphéries, les périphéries géographiques mais également existentielles: là où réside le mystère du péché, la douleur, l’injustice, l’ignorance, là où le religieux, la pensée, sont méprisés, là où sont toutes les misères.

2) Quand l’Eglise ne sort pas pour évangéliser, elle devient autoréférentielle et tombe malade (cf. La femme toute courbée repliée sur elle-même dont parle Luc dans l’Evangile (13,10-17). Les maux qui, au fil des temps, frappent les institutions ecclésiastiques sont l’auto-référentialité et une sorte de narcissisme théologique. Dans l’Apocalypse, Jésus dit qu’Il est à la porte, qu’il frappe à la porte. Bien entendu, le texte se réfère au fait qu’il frappe à la porte de l’extérieur pour entrer... Mais je pense aux moments où Jésus frappe de l’intérieur pour le laisser sortir. L’Eglise autoréférentielle prétend retenir le Christ à l’intérieur d’elle-même et ne le fait pas sortir.

3) Quand l’Eglise est une Eglise autoréférentielle, elle croit involontairement avoir la lumière, une lumière qui lui est propre. Ce n’est plus la certitude de viser le mysterium lunae, elle va au contraire vers un mal très grave dont on connaît le nom : «la spiritualité mondaine » (Selon Lubac, c’est le pire mal qui puisse arriver à l’Eglise). L’Eglise vit pour donner la gloire des uns aux autres. Bref ! Il y a deux images de l’Eglise: l’Eglise évangélisatrice qui sème « Dei Verbum religiose audiens et fidenter proclamans » et l’Eglise mondaine qui vit replie sur elle-même et pour elle-même. Cette analyse devrait apporter un éclairage sur les changements et réformes possibles qui doivent être faites pour le salut des âmes.

4) Pensant au prochain pape, il faut un homme qui, de la contemplation et de l’adoration de Jésus Christ, aide l’Eglise à sortir d’elle-même vers la périphérie existentielle de l’humanité, pour qu’elle devienne mère féconde de la « douce et réconfortante joie d’évangéliser ».

Traduction d'Océane Le Gall

Nous apprenons que le 21 février 2013 est décédé à Jérusalem le Père Pierre-Marie Delfieux, rencontré au 49e Congrès eucharistique international de Québec en 2008. Le Père Delfieux et les Fraterntés monastiques de Jérusalem furent très proches des prêtres du Séminaire de Québec à leur arrivée au Québec en 2004. Le fondateur du Séminaire de Québec, le bienheureux François de Laval, fut une de leur grande inspiration.


Père Pierre-Marie Delfieux (1934 -2013)
Père Pierre-Marie Delfieux (1934 -2013)
Le 31 octobre 2004, le Supérieur général du Séminaire, l'abbé Hermann Giguère, remettait aux frères et aux soeurs des Fraternités un reliquaire et recevait en échange une icône écrite par une soeur de la communauté.. Voir le reportage.

Que les frères et les soeurs soient assurés de nos profondes sympathies et de nos prières.

Mgr Hermann Giguère P.H.
Séminaire de Québec

Voici l'avis de décès :

Frère Jean-Christophe Calmon, prieur général,
Sœur Violaine Divry, prieure générale,
les frères et sœurs de Jérusalem,
les familles Delfieux et Angles,
confient à votre prière
le Père Pierre-Marie Delfieux
fondateur des Fraternités Monastiques de Jérusalem,
parti vers la Maison du Père le 21 février 2013.


La messe d’A-Dieu, présidée par le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris,
sera célébrée le mercredi 27 février, à 10h00, en la cathédrale Notre-Dame de Paris.
L’inhumation dans le cimetière de Magdala se fera dans l’intimité
en présence de la communauté et de la famille.

Voici un aperçu de la biographie du Père Pierre-Marie. Delfieux par le Service de presse des Fraternités monastiques de Jérusalem

Le Père Gérard Blais, bibliste m'a fait connaître dans sa capsule du "furet biblique" cette carte de la Palestine découverte en 1894. Présentée sous forme de mosaïque, elle permet de situer la plupart des sanctuaires qui sont apparus après Constantin.


Je laisse la parole au Père Blais : "La carte de Madaba ou mosaïque de Madaba est une mosaïque dans l'église Saint-Georges de Madaba, en Jordanie. Elle est connue pour être la plus vieille représentation cartographique qui nous soit parvenue de la Terre Sainte. Elle date de la fin du IVe siècle. En 1894, la mosaïque est retrouvée lors de travaux pour la construction d'un lieu de culte orthodoxe à l'emplacement de l'ancienne église byzantine. L'élément le plus grand et le plus détaillé est la représentation topographique de Jérusalem. La mosaïque montre quelques édifices significatifs de la vieille ville de Jérusalem : la porte de Damas, la porte du lion, la porte dorée, la porte de Sion, l'église du Saint-Sépulcre, la Tour de David et le cardo. La topographie précise de la ville fait de la carte de Madaba un témoin des plus importants de la Jérusalem byzantine. Tous les éléments géographiques sont légendés avec des explications en grec."

La carte de la Terre Sainte de Madaba ou mosaïque de Madaba (Jordanie)

Une expérience originale et extraordinaire à partir d'un tableau de la Dynastie des Song. Vous trouverez plus bas le lien qui vous permet de la faire. J'y ai ajouté quelques conseils pour le déroulement ainsi que la référence à un article de Wikipedia sur le sujet.


Peinture exceptionnelle et expérience informatique unique, cliquez et voyez
Voici le lien : http://www.npm.gov.tw/exh96/orientation/flash_4/index.html

Le tableau a été peint vers 1085-1145, pendant la Dynastie des Song du nord, puis restauré pendant la Dynastie Qing. Il a été exposé dans le Musée d'Art de Hong-Kong en 2012. Ce tableau mesure 5,28 mètres de long et seulement ... 25 centimètres de hauteur ! Celui qui est illustré ici est une reproduction du 19e siècle. On peut voir le tableau du Moyen Äge sur Wikipedia dans l'article très détaillé en anglais qui porte sur "Along the River During the Qinming Festival"

Pour bien profiter de cette expérience inédite, positionner le curseur un peu à gauche du centre de l'écran : le tableau défile lentement pour donner le temps de découvrir tous les détails jusqu'à l'extrémité gauche du tableau. Pour arrêter le défilement, repositionner le curseur juste au centre du tableau. Pour revenir en arrière, il suffit de placer le curseur à droite du centre. Contrôle de la vitesse : plus on s'éloigne (à gauche ou à droite) du centre, plus le défilement est rapide.

Lorsque l'on voit apparaître un cadre blanc, double-cliquer dessus et, patience, on voit quelque chose de fabuleux (une merveilleuse prouesse technique qui allie l'art du XIe siècle chinois à celui du XXIe siècle, pour notre très grand plaisir). Il y a 3 cadres blancs.

Ne pas oublier de mettre le son

Article du journaliste Jean-Manuel Teotonio paru sur le site du journal L'Autre Voix le 7 janvier 2013.


Jean-Manuel Teotonio
Jean-Manuel Teotonio
«On ne peut pas faire abstraction de la Côte-de-Beaupré», explique Jacques Roberge, Supérieur général du Séminaire. L'histoire qui lie la Côte-de-Beaupré au Séminaire de Québec débute en 1662 lorsque Monseigneur de Laval acquiert la Seigneurie de Beaupré et l'Île d'Orléans. Il souhaitait ainsi doter la Société des prêtres du Séminaire des Missions Étrangères de Québec (ancien nom du Séminaire de Québec) des ressources afin d'assurer la pérennité du Séminaire et pour accomplir leurs œuvres, notamment l'évangélisation et la formation des prêtres. Il souhaitait ainsi structurer son diocèse.

Les prêtres allaient célébrer des messes et faire leur travail dans la région pour ensuite revenir à Québec pour s'y reposer. Petit à petit, des paroisses ont été fondées et c'est le Séminaire de Québec qui assurait les commodités pour les prêtres sur place, affirme M. Roberge.

Il raconte que Monseigneur de Laval a également joué le rôle de seigneur puisque selon les termes de l'entente lors de l'achat, il devait jouer le rôle qu'avaient avant lui les Cent-Associés, c'est-à-dire travailler au développement de la région. L'Île d'Orléans a quant à elle été vendue assez rapidement en échange de l'île Jésus (aujourd'hui la ville de Laval) et de la petite seigneurie de la petite nation (Montebello).

Voici une liste établie par le Dr Paula Davis-Laack publiée par le Huffington Post Québec le 4 janvier 2013.


Dies nostri quasi umbra
Dies nostri quasi umbra
Docteure en psychologie et auteure connue mondialement, Paula Davis-Laack se spécialise dans la gestion du stress. Elle aide les professionnels de haut rang à accroître leur bien-être par l'entremise d'une méthode favorisant la résilience, la concentration mentale et le développement des liens sociaux.

« À quel point êtes-vous heureux, et pourquoi ? » est une question que je pose très souvent. Non seulement parce que je tente d'évaluer mon propre degré de satisfaction, mais parce que cette question concerne également les membres de ma famille, mes amis, mes collègues et le reste de la société. En effet, depuis que j'ai obtenu une maîtrise en psychologie positive, j'ai eu l'occasion d'observer des milliers de personnes dans une grande variété de contextes. J'en conclus que les gens heureux s'adaptent aux circonstances de la vie d'une manière tout à fait unique. Voici une liste de ce qu'ils font différemment :

INTERVIEW - Michel Serres, philosophe, historien des sciences et homme de lettres français, décrypte le monde de demain pour le Journal du Dimanche.


Michel Serres en 2008
Michel Serres en 2008
Pour vous donner le goût de lire l'entrevue des plus intéressantes de Michel Serres au Journal du dimanche JDD le 30 décembre 2012 :

Son constat sur notre époque est simple : le monde, depuis cinquante ans, traverse une révolution comme l'humanité n'en a connu jusque-là que deux d'une telle ampleur.

La première se situe quand on est passé du stade oral au stade écrit.

La deuxième, quand on est passé du stade écrit au stade imprimé.

Maintenant, dans la troisième révolution, on bascule du stade imprimé au stade numérique.

À chacune de ces trois révolutions correspondent les mêmes inquiétudes… À la première, Socrate fulminait contre l'écrit en disant que seul l'oral était vivant! Au moment de l'imprimerie, il y a des gens qui disaient que cette horrible masse de livres allait ramener la barbarie. Ils affirmaient d'ailleurs que personne ne pourrait jamais lire tous les livres, ce en quoi ils avaient raison. Il est donc naturel de retrouver les mêmes angoisses au moment d'une révolution qui est encore plus forte que les deux précédentes.

Pour lire l'entrevue en entier cliquez ici


Le mercredi, 5 décembre 2012, était un grand jour pour les prêtres du Séminaire de Québec qui, à l'occasion de la fête de l'Immaculiée Conception si chère à leur fondateur et à la communauté, dévoilaient la programmation des célébrations du 350e anniversaire de la fondation du Séminaire de Québec.


Les célébrations du 350e anniversaire de la communauté des prêtres du Séminaire de Québec fondée le 26 mars 1663
Vidéo de l'événement sur Livestream.
Galerie de photos de l'événement du 5 décembre 2012 par Daniel Abel.
Galerie de photos de l'événement du 5 décembre 2012 par Lise Breton

À l'invitation du Supérieur général du Séminaire de Québec, monsieur le chanoine Jacques Roberge et de la communauté des prêtres du Séminaire de Québec, environ 75 personnes se sont retrouvées à la Salle des prêtres du pavillon Jean-Olivier-Birand du Séminaire de Québec au 1 , rue des Remparts à 10 heures ce mercredi 5 décembre 2012 pour le lancement de la programmation des fêtes du 350e anniversaire de la fondation du Séminaire de Québec qui se dérouleront au cours de toute l'année 2013. La conférence de presse a débuté par une allocution de monsieur Régis Labeaume, maire de Québec, qui s'est excusé d'avoir "tassé" l'archevêque de Québec, Mgr Gérald C. Lacroix, en lui confiant qu'une fois n'est pas coutume. Monsieur le maire devait être présent à un autre engagement à 10h15 et il a demandé de prendre la parole tout de suite au début de l'événement alors qu'il était prévu que ce soit Mgr Lacroix qui le fasse. Il a souligné dans son allocution le rôle prépondérant du Séminaire de Québec dans le développement de Québec et de la culture française en Amérique.

Avec un brin d'humour...


Aux écologistes et aux 45 ans et plus....
A la caisse d'un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l'écologie et lui dit: - Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! La vieille femme s'excuse auprès de la caissière et explique : Je suis désolée, il ny avait pas de mouvement écologiste de mon temps. Alors qu'elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute : Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas a protection de l'environnement dans votre temps !

Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu'à l'époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : Les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique. Elle ajoute : De mon temps, on montait l'escalier à pied: on n'avait pas d'escaliers roulants et peu dascenseurs. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues : On marchait jusqu'à l'épicerie du coin. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
Couverture du nouveau livre de Gilles vigneault chez Novalis
Couverture du nouveau livre de Gilles vigneault chez Novalis
Gilles Vigneault est connu pour son oeuvre poétique, ses engagements et sa brillante carrière. Or, dans certains textes, le chansonnier a semé des mots parlant d'une autre dimension de sa vie. Le journaliste Pierre Maisonneuve l'a ainsi rencontré pour comprendre comment la religion a imprégné son parcours. En résulte un dialogue surprenant, dans lequel le grand poète révèle avec franchise et pudeur le pays intérieur qui l'habite :
« Ma foi n'est pas cachée d'une façon intentionnelle. Je n'ai pas l'intention de me cacher de croire. Pas plus que j'ai l'intention de me cacher de croître. »

Cette entrevue biographique nous invite à découvrir une facette méconnue de Vigneault. Le livre s'apparente ainsi à une véritable profession de foi avec des anecdotes sur son héritage chrétien, les valeurs de sa famille ou la composition d'une messe pour ses 80 ans. Néanmoins, si Vigneault a fait « le pari » de croire, il demeure lucide sur la place de la spiritualité dans le monde actuel et parle, à coeur ouvert, des débats de société.

Corridor du pavillon Jean-Olivier-Briand du Séminaire de Québec au 1, rue des Remparts (Résidence des prêtres et Grand Séminaire) emprunté autrefois par les écoliers du Petit Séminaire
Corridor du pavillon Jean-Olivier-Briand du Séminaire de Québec au 1, rue des Remparts (Résidence des prêtres et Grand Séminaire) emprunté autrefois par les écoliers du Petit Séminaire
Voici quelques textes intéressants sur la fondation du Séminaire de Québec par le bienheureux François de Laval, premier évêque de Québec le 26 mars 1663;

- une homélie de Mgr Maurice Couture lors de la célébration eucharistique à l'occasion de l'Anniversaire de la fondation du Séminaire de Québec célébré le 25 mars 2009;

- un discours du chanoine Louis-Joseph Lépine du 325e anniversaire de fondation du Séminaire de Québec en 1988;

- un article de Noël Baillargeon, historien du Séminaire de Québec

- un texte du Père Campeau S.J, historien de la Nouvelle-France; (voir plus loin)

- un texte de Mgr Hermann Giguère P.H., " supérieur général du Séminaire de Québec.

Visitez le blogue des fêtes du 350e qui présente l'avancement des préparatifs et la programmation des fêtes.

Les femmes l'avaient vu bien mort, descendu de la croix et déposé dans le tombeau. Ce vendredi-là, il avait fallu faire vite, car déjà, brillaient les lumières du Sabbat. Mais ce matin, premier jour de la semaine, elles vont de surprise en surprise : le tombeau ouvert, l'énorme pierre roulée, et en plus, pas de corps de Jésus ! Et voilà ce mystérieux personnage, avec une question et une annonce : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n'est pas ici, il est ressuscité » (Lc 24, 5).


Toujours vivant ? Méditation pour Pâques
Entendons-nous, encore aujourd'hui, l'annonce du messager ? « Il n'est pas ici. Il est ressuscité »! Il est le Vivant ! Cela veut dire que nous pouvons le rencontrer, l'écouter, lui parler. Cela veut dire que sur le chemin de la vie, il est là, avec nous, chaque jour et, qu'accueillir cette bonne nouvelle, c'est croire l'incroyable ! C'est croire que jamais plus nous ne serons seuls avec nos questions, nos problèmes, nos pauvretés, nos misères et même nos péchés. Il est là, et sa Présence nous rejoint dès que nous le voulons, et même quand nous n'y pensons pas. Il entre chez nous pour y mettre une graine d'espérance dans toute situation et dans toute voie sans issue. Il est là avec nous pour pleurer, avec nous pour nous relever, avec nous pour nous rappeler que depuis ce jour de résurrection, il est possible de vivre debout.

Bien sûr, la mort règne toujours et tout nous ramène à son ombre: la séparation, la tristesse, les deuils, les tragédies, la haine, la guerre. Mais toutes ces situations peuvent devenir des chemins de résurrection, si nous les traversons dans la confiance au Ressuscité qui a vaincu la mort. C'est lui qui nous invite constamment à lever la tête, au-delà du cercle qui nous enferme, pour faire éclater les limites des choses. « Ayez confiance, j'ai vaincu le monde » (Jn 16, 33) dela mort et de la fatalité. Il nous précède en Galilée, la Galilée de notre monde, la Galilée des recommencements. C'est lui qui nous pousse à nous mettre debout, à nous rassembler, à nous
mettre en marche. C'est lui qui habite notre espérance.

Voici de larges passages du discours improvisé tenu le 24 septembre 2011 par Benoît XVI devant les séminaires du diocèseallemand de Fribourg. Ces réflexions spontanées révèlent la simplicité et la profondeur en même temps de Benoît XVI,


Benoît XVI aux séminaristes
CITE DU VATICAN, 27 SEP 2011 (VIS).Evoquant d'abord le cursus du séminariste à la lumière du récit par Marc
de la création du collège apostolique, il a dit que la constitution de chaque apôtre par Jésus fut un acte unique. Pour être à ses côtés et les envoyer, ils ont du le connaître. Destinés à transmettre ce qu'ils avaient appris, ils allaient devoir partir au loin, y compris vers ceux qui étaient les plus éloignés de lui. "Apprendre ceci, rester avec lui tout en étant envoyés, c'est bien ce que nous devons apprendre au séminaire... Ce temps est donc d'entraînement, au-delà de l'étude et du discernement...

Sont-Ils des émules du groupe "Les Prêtres"? Pourquoi pas? "Los Padres Misioneros": Roger Bédard, Paul Côté, Roger Fortin, Léonce Gosselin, prêtres de l'archidiocèse de Québec, n'attendent qu'un imprésario. Leurs concerts suscitent toujours un grand intérêt.


Les abbés Léonce Gosselin, Roger Fortin, Paul Côté et Roger Bédard
Les abbés Léonce Gosselin, Roger Fortin, Paul Côté et Roger Bédard
Le groupe a été formé en 1969 et réunit trois confrères d'études au Collège de Lévis et un de leur confrères du Petit Séminaire de Québec. Ils se sont connus au Grand Séminaire de Québec, puis ils ont oeuvré ensemble comme prêtres de la Mission de l'Archidiocèse de Québec créée par le cardinal Roy à Asunción (paroisse de san Cristobal) au Paraguay en 1960.

Lisez ce compte-rendu de leur dernier concert le 27 mai 2011 à St-Georges en Beauce.

Discours à l’assemblée du nouveau dicastère sur la "Nouvelle évangélisation". La Nouvelle évangélisation, c’est trouver une façon nouvelle pour annoncer la Bonne Nouvelle à l’homme « sécularisé », explique Benoît XVI, et de nouveaux évangélisateurs. Un appel à la sainteté.


La nouvelle évangélisation, pour l’homme «sécularisé», explique Benoît XVI
Le pape a reçu ce matin en audience au Vatican, pour la première fois, les membres de l'assemblée plénière du nouveau dicastère – institué en octobre dernier - pour la Nouvelle évangélisation, présidé par Mgr Rino Fisichella.

L’homme d’aujourd’hui, sécularisé, « souvent distrait et insensible », a besoin d’évangélisateurs d’un nouveau type, capables d’annoncer la Parole de Dieu de façon à le toucher », avec une « vigueur nouvelle » dans l’annonce, fait observer le pape.

Benoît XVI fait observer que la sécularisation a laissé « de lourdes traces même dans des pays d’ancienne tradition chrétienne ». Elle se manifeste par une « crise de la vie chrétienne » et appelle comme réponse une « nouvelle évangélisation », une annonce selon des modalités nouvelles.

Benoît XVI souligne que cette exigence naît de l'Évangile même comme « annonce toujours nouvelle du salut opéré par le Christ pour faire participer l’humanité au mystère de Dieu et de sa vie d’amour, pour l’ouvrir à un avenir et à une espérance fiable et forte ».

Le film du réalisateur italien, Nanni Moretti, Habemus papam, qui met en scène un pape stressé, au bord du burn-out est sorti sur les écrans italiens le 15 avril 2011. Dans un article du du magazine La Vie, Frédéric Theobald se pose la question : "Une fiction ? Peut-être pas tout à fait, répond-il".


Une image du film de Nanni Moretti ``La chambre du fils``, Palme d`or au Festival de Cannes en 2001
Une image du film de Nanni Moretti ``La chambre du fils``, Palme d`or au Festival de Cannes en 2001
Vous pouvez lire cet article en ligne. Le nouveau film de Nanni Moretti qui est un réalisateur hors commun ne laisse personne indifférent. Moretti a fait comme dernier film Le Caïman sur le président du Conseil italien Silvio Berlusconi. Le film qui avait précédé, La chambre du fils, a obtenu la Palme d'or en 2001 au festival de Cannes et il a été vu au Québec sur plusieurs écrans. Nanni Moretti y jouait le rôle d'un psychanaliste frappé de plein fouet par la noyade impromptue de son fils.

Il reprend dans Habemus Papam ce rôle de psychanaliste et se met au service d'un pape fragile, dépressif et se sentant débordé par sa tâche. Le rôle du pape est tenu par Michel Piccoli.

Ce film est sorti en Italie le 15 avril 2011 et a reçu un bel accueil. La pellicule distribuée dans seulement 500 salles le vendredi, 15 avril 2011, à ses débuts dans les cinémas a rapporté autour de 250 mille euro la plaçant en tête des recettes pour cette fin de semaine-là.
1 2 3 4 5 » ... 14

QUI SUIS-JE?
Mon site internet

DERNIÈRES HOMÉLIES
Vous y trouverez l'homélie du dimanche publiée le mardi qui précède. Bonne méditation!





Galerie
Fanal - Petit-Cap 034_5.jpg
jardin_ruines_flickr.jpg
tombeau_crypte_sme_porte_ouverte.jpg
petit_cap_Chateau_Belllevue_007.jpg
guillaume_couillard_2fabrique.jpg
vitraux_ferland_bibliotheque.jpg

Album sur les édifices du Sémiaire de Québec avec diaporama