Réunis à la Maison généralice des Soeurs de la Charité de Québec à Beauport, le 4 mai 2016, plus de 200 prêtres et diacres ont goûté avec avidité le témoignage de Bernard Émond dans le cadre leur Assemblée annuelle. Je transcris les notes que j'ai prises lors de ce témoignage émouvant. Elles ne prétendent pas rapporter textuellement la teneur de l'entretien. Elles sont un aide-mémoire qui permet, cependant, d'identifier une démarche riche de sens et d'interrogations.


Période de questions après le témoignage de Bernard Émond à Québec le 4 mai 2016  (Crédit photo : H. Giguère)
Période de questions après le témoignage de Bernard Émond à Québec le 4 mai 2016 (Crédit photo : H. Giguère)
Monsieur Émond commence par situer d'où il parle. Pour le bénéfice de l'auditoire constitué de prêtres et de diacres, il rappelle qu'il se définit comme agnostique ouvert sur le mystère plus grand que nous et il résume le tout par ces mots "Je suis baptisé, mécréant et catholique". C'est la culture canadienne-française qui l'a nourri, explique-t-il. Il en garde une nostalgie qui est, pour lui, l'indice d'un manque. Les modèles qui ont nourri son enfance, les saints, sont disparus de l'horizon chez les contemporains. "Aujourd'hui, dit-il, je me sens orphelin." C'est l'hédonisme, le chacun pour soi plutôt que la sainteté qui prend toute la place. Il manque de quelque chose d'essentiel. "C'est un orphelin qui vous parle".

L'essentiel transcendant j'en ai trouvé des traces dans plusieurs de vos célébrations, notamment des funérailles comme celles de Pierre Falardeau présidée par le Père Guy Paiement S.J. ou celle de Pierre Vadeboncoeur chez les dominicains de Côte Ste-Catherine. Je me sens à l'aise en dehors de milieux intellectuels. Ma famille est une famille de petites gens où le respect de la solidarité et des convenances sociales avait une grande importance. Admiration.

Le sacré s'en va aujourd'hui. Il reste la parole, mais on compose trop facilement avec ce que les gens désirent au lieu de les inviter à s'élever. Ainsi au lieu des beaux chants liturgiques lors de funérailles, on acceptera la chanson de France Gall Besoin d'amour composée par Luc Plamondon parce que les gens la trouvent belle. Rien là pour sortir de soi-même, élever le niveau, c'est la "petite musique de la transcendance". Le monde ne se ramène pas à nous-mêmes, ni à ce que nous attendons. Si nous ne nous dépassons pas dans un ailleurs transcendant, alors on se contente d'avoir du "fun", du "fun", du "fun" et du "fun" jusqu'à la fin [en québécois "avoir du fun" c'est se donner du plaisir seul ou en groupe].

La persécution, c’est « le pain quotidien de l’Église», sous deux formes, indique le pape François : la persécution sanglante et une grande apostasie, une persécution « idéologique ».


Le pape François à Quito lros de son voyage pastoral en en Équateur en 2015
Le pape François à Quito lros de son voyage pastoral en en Équateur en 2015
Le pape a commenté la lecture des Actes des apôtres lors de la messe quotidienne célébrée ce mardi 12 avril, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe du Vatican, rapporte Radio Vatican.

Il existe des persécutions sanglantes – être jeté aux fauves, ou être victime d’une bombe à la sortie de la messe – et des « persécutions en gants blancs, des persécutions culturelles, celles qui te confinent dans un recoin de la société, qui en viennent à te faire perdre ton travail si tu n’adhères pas aux lois qui vont contre Dieu Créateur», a expliqué le pape.

«La persécution, je dirais, c’est le pain quotidien de l’Église. Jésus l’a dit. Nous, quand nous faisons un peu de tourisme à Rome et allons au Colisée, nous pensons que les martyrs étaient ceux qui étaient tués avec les lions. Mais les martyrs n’ont pas été seulement ceux-là. Ce sont des hommes et femmes de tous les jours : aujourd’hui, le jour de Pâques, il y a à peine trois semaines… Ces chrétiens qui fêtaient Pâques au Pakistan ont été martyrisés justement parce qu’ils fêtaient le Christ Ressuscité. Et ainsi l’histoire de l’Église avance avec ses martyrs», a encore expliqué le pape François.

Puis il a ajouté : «Mais, il y a une autre persécution dont on ne parle pas tellement», une persécution «travestie de culture, travestie de modernité, travestie de progrès».

La façon dont le Christ ressuscité s'est manifesté a quelque chose de déroutant: une grande simplicité. Ce que Fabrice Hadjadj explicite dans cette entrevue au magazine La Vie intitulé: "Pour être un bon ressuscité, il faut d'abord être un bon mort".


"Pour être un bon ressuscité, il faut d'abord être un bon mort" (Fabrice Hadjadj)
Ces propos utilisent les mots les plus appropriés que j'aie lus pour parler de la résurrection. Ils font une présentation stimulante et pas banale de ce mystère central de la foi chrétienne.

C'est pourquoi, j'en ai fait une fichier PDF créé le 8 avril pour bien servir ma mémoire. Cliquez ici pour avoir accès à l'entrevue au complet


Propos recueillis par Jérôme Anciberro. Parus le 23 mars 2016. Adresse qui fait la présentation de l'entrevue seulement : http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/fabrice-hadjadj-pour-etre-un-bon-ressuscite-il-faut-d-abord-etre-un-bon-mort-23-03-2016-71640_16.php


FABRICE HADJADJ

Philosophe, enseignant, essayiste, Fabrice Hadjadj est aussi poète, dramaturge et père de (bientôt) sept enfants, comme il aime à le dire. Né dans une famille juive de tendance athée / anarchiste, il se convertit au catholicisme et reçoit le baptême à l'âge de 27 ans. Son travail et son enseignement sont pétris de la question de Dieu, qu'il aborde avec un sérieux non dénué d'humour. Fabrice Hadjadj est membre du Conseil pontifical pour les laïcs. Et depuis 2012, il dirige l'Institut Philanthropos à Fribourg, en Suisse, qui propose une formation à l'anthropologie chrétienne. Plusieurs prix sont venus distinguer ses livres, dont le grand prix catholique de littérature en 2006 pour "Réussir sa mort - Anti-méthode pour vivre" (éd. Presses de la Renaissance). "Les choses simples et ordinaires sont créées par Dieu comme des choses neuves, inouïes, qui viennent de son éternité." Fabrice Hadjadj

Son dernier ouvrage a pour titre "Résurrection mode d'emploi" (éd. Magnificat) - titre qui, s'il ne fait pas sourire, dit la présentation de la couverture, forcément interpelle. Il montre le lien entre la résurrection et la vie quotidienne. Il reprend 12 récits de résurrection. Un livre comme "un chemin de gloire, où il s'agit de relire certains passages de l'Écriture".
08/04/2016

Réflexions

Commentaires (0)

RÉFLEXIONS 12 avril 1981 (à Rome) sur CROIX ET RÉSURRECTION. Une petite méditation qu'il me fait du bien de retrouver dans mes vieilles disquettes. Bonne lecture! Elle est parue dans le Bulletin RCQ liaison d'avril 1984 adressé aux groupes du Renouveau du Diocèse de Québec dont j'étais alors le répondant auprès de Mgr l'Archevêque.


Tableau par El Greco
Tableau par El Greco
Chaque personne, chaque individu, chaque communauté vit son mystère pascal. Le mystère de la Croix et de la Résurrection n'est pas quelque chose d'abstrait. Il s'incarne en chaque individu.

"Il y a un lien réel entre le sacrifice de Jésus et ma vie aujourd'hui" dit le Père Voillaume quelque part. Découvrir ce lien au-delà des émotions, des refus, des situations qui se répètent, des moments qui passent. Vivre ce lien. C'est alors que se fait la vérité. Rien n'a de sens en dehors de ce lien.

Conséquence remettre en perspective la vie, la mort, la joie, la douleur, le plaisir, l'amour, la souffrance, le pouvoir, l'avoir, la créativité, le don, la mission, les engagements, les limites, les charismes, les désirs, les vouloirs. Oui, rien n'a de sens en dehors du salut par le sang de Jésus.

Ainsi se fait chair le dessein de Dieu en nous, dans le chrétien et dans le monde. Jésus l'homme des douleurs porte le poids du monde. Communier par Lui avec mes frères et soeurs: agés, jeunes, curieux, mal pris... que Dieu aime.

Recevoir mes frères et soeurs, les autres et le monde, les aimer, les apprécier, les accepter, les voir avec les yeux, le regard, l'amour que Dieu porte à toutes ses créatures en Jésus.

C'est ainsi qu'on ressuscite avec Jésus , que Pâques recrée l'homme et le monde encore aujourd'hui.

Hermann Giguère
Pour RCQ-Liaison d'avril 1984
Republié le 6 avril 2016



Le 24 mars 2016, à la fin du Chemin de croix au Colisée à Rome intitulé "La croix du Christ, symbole de l'amour divin et de l'injustice humaine", le pape François à récité cette prière personnelle qu'il avait composée. Pour votre méditation, en voici le texte remarquable publié par Vatican Information Service.


La prière du pape François "O Croix du Christ" lors du Chemin de Croix au Colisée de Rome en 2016
"O Croix du Christ, symbole de l'amour divin et de l'injustice humaine, icône du sacrifice suprême par amour et de l'égoïsme extrême par stupidité, instrument de mort et chemin de résurrection, signe de l'béissance et emblème de la trahison, échafaud de la persécution et étendard de la victoire.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd'hui dressée en nos soeurs et nos frères tués, brûlés vifs, égorgés et décapités avec des épées barbares et dans le silence lâche.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd'hui dans les visages des enfants, des femmes et des personnes, épuisés et apeurés qui fuient les guerres et les violences et ne trouvent souvent que la mort et tant de Pilate aux mains lavées.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd'hui dans les docteurs de la lettre et non de l'esprit, de la mort et non de la vie, qui au lieu d'enseigner la miséricorde et la vie, menacent de punition et de mort et condamnent le juste.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd'hui dans les ministres infidèles qui au lieu de se dépouiller de leurs vaines ambitions dépouillent même les innocents de leur dignité.

Voici la liste des 14 oeuvres de miséricorde corporelles et spirituelles que le pape François invite à pratiquer de façon spéciale durant le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde qui va du 8 décembre 2015, fête de l'Immaculée Conception au 20 novembre 2016, en la solennité liturgique du Christ, Roi de l’Univers.


Détail de l'affiche pour le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde
Détail de l'affiche pour le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde
J'ai un grand désir, écrit le pape François, que le peuple chrétien réfléchisse durant le Jubilé sur les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. Ce sera une façon de réveiller notre conscience souvent endormie face au drame de la pauvreté, et de pénétrer toujours davantage le coeur de l'Évangile, où les pauvres sont les destinataires privilégiés de la miséricorde divine.

La prédication de Jésus nous dresse le tableau de ces oeuvres de miséricorde, pour que nous puissions comprendre si nous vivons, oui ou non, comme ses disciples.

Redécouvrons les oeuvres de miséricorde corporelles :

donner à manger aux affamés,
donner à boire à ceux qui ont soif,
vêtir ceux qui sont nus,
accueillir les étrangers,
assister les malades,
visiter les prisonniers,
ensevelir les morts.

Et n'oublions pas les oeuvres de miséricorde spirituelles :

conseiller ceux qui sont dans le doute,
enseigner les ignorants,
avertir les pécheurs,
consoler les affligés,
pardonner les offenses,
supporter patiemment les personnes ennuyeuses,
prier Dieu pour les vivants et pour les morts.



tiré de Misericordiae Vultus BULLE D'INDICTION DU JUBILÉ EXTRAORDINAIRE DE LA MISÉRICORDE
11 avril 2015 numéro 15

Sous un regard aimant : le jeune homme riche de l'évangile (Mc 10, 17-27)


Soeur Rita Gagné dans un entretien à Sainte Anne-de-Beaupré en octobre 2011
Soeur Rita Gagné dans un entretien à Sainte Anne-de-Beaupré en octobre 2011
Je me reconnais dans cet homme agenouillé qui appelle Jésus «bon Maître» et lui demande quoi faire pour hériter de la vie éternelle. Riche de connaissances, de principes, d’expériences, de conseils, de relations, de biens matériels, d’une liste d’observances, j’approchais cet âge grave où la vie bascule vers l’autre versant et où «l’à-quoi-bon» nous rattrape. J’ai crié au «Bon» Maître, le Jésus de ma jeunesse, mon désir fou de vivre à plein, toujours!

Sans discuter, Jésus m’a discrètement rappelé la Source du Bon. Il m’a défilé ce que je savais par cœur: mes engagements. Je lui avouai naïvement ma tranquille assurance d’avoir fait de mon mieux depuis ma jeunesse, obéissant à beaucoup de «ne pas»! Mais voilà! J’ai croisé son insoutenable regard d’amour… Il m’a atteinte au vif de mon manque. Il m’a dit d’aller échanger mes richesses pour ce dont les gens qui m’entourent ont soif eux aussi et, qu’alors, je découvrirais un trésor tout autre. Comment oublier le «viens, suis-moi» qui suivit?

Nous reproduisons la présentation de l'encyclique Laudato Si' par Radio Vatican lors de sa parution le 18 juin 2015. Cette encyclique marquera l'histoire comme l'a fait en celle du pape Léon XIII sur les questions sociales qui s'intitulait "Rerum Novarum" publiée le 15 mai 1891. Après le résumé du texte, vous trouverez dix clés pour lire l'encyclique tirées du FINANCIAL TIMES. Bonne lecture!


Laudato Si' du pape François une encyclique qui fera l'histoire comme Rerum Novarum du pape Léon XIII
Laudato Si', un texte dense pour prendre soin de notre maison commune

(Radio Vatican) La nouvelle encyclique du Pape François, Laudato Si’, a été présentée et publiée jeudi à la presse, en Salle du Synode, au Vatican. Il s’agit d’un texte dense : 246 paragraphes dans lesquels le Pape François articule sa pensée sur une planète qui se meurt et où l’homme a sa responsabilité.

L'intégralité de Laudato Si', à lire sur le site du Vatican

L’encyclique s’articule en six chapitres, et le Pape commence par rappeler l’héritage de ses prédécesseurs, de Paul VI à Benoît XVI sur cette thématique. « J’espère que cette encyclique nous aidera à reconnaître la grandeur, l’urgence et la beauté du défi qui se présente à nous », écrit François. Laudato Si’ débute par un tour d’horizon, étayé par la science, et dresse un constat alarmant sur l’état de « notre maison commune », écrit-il : mutations climatiques, problèmes d’accès à l’eau ou perte de la biodiversité : la terre est malade.

Le Pape parle d’une dette écologique des pays du Nord en particulier envers ceux du Sud. Le Saint-Père relit ensuite ce constat au récit biblique où Dieu a confié à l’homme la Création. « L’existence humaine repose sur trois relations fondamentales intimement liées : la relation avec Dieu, avec le prochain, et avec la terre. Selon la Bible, rappelle François, les trois relations vitales ont été rompues, non seulement à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur de nous. Cette rupture est le péché ». L’homme est donc invité à collaborer avec la Création et à protéger sa fragilité.

J'ai eu la joie de voir deux personnes proches recevoir en ce 16 juin 2015 l'insigne de l'Ordre national du Québec, c'est pourquoi, j'écris ce petit article pour leur rendre hommage. Cette remise a eu lieu dans le Salon Rouge de l'édifice du Parlement du Québec. C'est le premier ministre monsieur Philippe Couillard qui a procédé à la remise des insignes. Il a conclu le tout en déclarant : "Aucun sommet n'est trop haut quand on a la chance de naître et de vivre au Québec."


Maître Henri Brun, professeur émérite de l'Universtié Laval recevant l'insigne de l'Ordre national du Québec
Maître Henri Brun, professeur émérite de l'Universtié Laval recevant l'insigne de l'Ordre national du Québec
L’Ordre national du Québec est décerné aux personnes d’exception ayant marqué l’évolution et le rayonnement du Québec par leurs réalisations, leurs valeurs et leurs idéaux. Pour voir la liste des personnes honorées en 2015, cliquez ici.

Voici maintenant quelques mots sur ces deux personnes proches dont je partage la joie.

Mtre Henri Brun, est un constitutionnaliste respecté. Professeur émérite de l'Université Laval, il a publié de nombreux ouvrages en droit constitutionnel et en droit administratif. Il s'est intéressé de façon particulière à la question des Chartes de droits des personnes. Conseiller de plusieurs gouvernements, il a défendu leurs positions devant la Cour Suprême en plusieurs occasions. Il jouit d'une grande renommée au Québec, au Canada et à l'étranger. Je suis heureux d'avoir pu le fréquenter et de le compter parmi mes amis. Félicitations!

Mtre Henri Brun a été reconnu comme Le Lauréat de la semaine le 28 juin 2015 par le journal Le Soleil et Radio-Canada.
Voir l'article d'Annie Mathieu

À la Salle de Presse du Vatican, le 5 mai 2015,Mgr Salvatore Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, a présenté le programme du Jubilé de la Miséricorde annoncé par le pape François le 8 décembre 2014. Ce jubilé s'étendra du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016.


Saint Pierre de Rome (Crédits photo H. Giguère)
Saint Pierre de Rome (Crédits photo H. Giguère)
Dans l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium qui demeure comme la carte de programmation du pontificat du Pape François, une expression est symptomatique pour saisir le sens du Jubilée extraordinaire qui a été proclamé le 11 avril dernier:"l’Eglise vit un désir inépuisable d’offrir la miséricorde, fruit de l’expérimentation de l’infinie miséricorde du Père et de sa force de diffusion.(Eg 24). C’est à partir de ce souhait qu’il faut relire la Bulle d’indiction du Jubilé Misericordiae vultus où le Pape trace le finalités de l’Année Sainte. Comme on le sait, les deux dates indicatives seront le 8 décembre 2015, la solennité de l’Immaculée Conception, marquant l’ouverture de la Porte Sainte à la Basilique Saint- Pierre, et le 20 novembre 2016, la solennité de Jésus –Christ, Seigneur de l’Univers qui est la conclusion de cette Année Sainte. Il est bon d’affirmer d’abord, pour éviter des malentendus, que le Jubilé de la Miséricorde n’est pas et il ne veut pas être, le Grand Jubilé de l’An 2000. Toute comparaison est, donc, sans signification étant donné que chaque Année Sainte apporte ses caractéristiques et ses finalités.

Dans une entrevue au magazine Pèlerin, Francis Cabrel loin de cacher ses convictions de croyant, les affiche ouvertement et s'en réjouit. "Je suis catholique de fait et de conviction, dit-il". La foi l'a accompagné au cours des années, une foi toujours présente et vivante encore aujourd'hui alors qu'il aborde la soixantaine.


Francis Cabrel : « J’adhère totalement aux fondements du message du Christ qui est d’une grande clarté et qui parle d’amour du prochain. » (Crédits photo Pèlerin  © Claude Gassian)
Francis Cabrel : « J’adhère totalement aux fondements du message du Christ qui est d’une grande clarté et qui parle d’amour du prochain. » (Crédits photo Pèlerin © Claude Gassian)
Voici des extraits de cette entrevue que vous pouvez lire en entier, en cliquant ici.

Après la remarque qui suit : "Quand, il y a quelques mois, les deux aînées ont décidé de partir, je l’ai très mal vécu. Je me suis senti abandonné", la personne qui mène l'entrevue continue en abordant par ce biais la foi de Francis Cabrel.

Est-ce ce vertige qui vous a poussé à évoquer votre foi catholique à travers Dans chaque cœur ?
F.C. Ce n’est ni un aveu, ni une déclaration publique, car je n’ai jamais fait mystère de ma foi.
Mes grands-parents, d’origine italienne, étaient très pratiquants. Mes parents m’ont inculqué les valeurs du catholicisme. Quand j’évoque « le crucifié du Golgotha », son sacrifice résonne parfaitement en moi.

Le Christ vous accompagne-t-il au quotidien ?
F.C. Je le prends à témoin et je le remercie régulièrement. C’est un personnage qui fait partie du rêve, de la pureté et du don de soi. J’adhère totalement aux fondements de son message qui est d’une grande clarté et qui parle d’amour du prochain. Mais ce que je n’aime pas, c’est ce que certains ont fait de sa parole.

Cette année jubilaire sera inaugurée officiellement par l'ouverture de la Porte Sainte à St-Pierre de Rome le 8 décembre 2015 qui marque le cinquantième anniversaire de la clôture de Vatican II à la quelle, comme jeune étudiant à Rome, j'ai eu la grâce de participer du haut des sièges réservés sur la colonnade du Bernin qui nous permettaient une vue en plongée de la Place Saint -Pierre. Célébrer cet anniversaire est aussi une grâce que le pape François inscrit sous le signe de la miséricorde. Rendons grâces au Seigneur pour cette année jubilaire qui s'en vient. Voici un synthèse du document de présentation , une bulle papale, que le pape François a remis à l'Église et qu'il a intitulé "Misericordiae Vultus" (en français : Le visage de la miséricorde) telle que présentée par le Service d'Information du Vatican (VIS). La 7e porte Sainte, celle de Québec, la seule en dehors de l'Europe, ouvrira le même jour à la Basilique Cathédrale Notre-Dame de Québec.

Hermann Giguère
professeur associé à l'Université Laval


Crédits photo :   ANDREAS SOLARO/AFP Le pape vient de présenter la bulle « Misericordiae vultus »
Crédits photo : ANDREAS SOLARO/AFP Le pape vient de présenter la bulle « Misericordiae vultus »
Le samedi 11 avril 2015, dans une brève cérémonie le pape François a promulgué la bulle d'indiction de l'Année Sainte consacrée à la Miséricorde. Texte complet de la bulle.

Cité du Vatican, 12 avril 2015 (VIS). Voici une synthèse la cette bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la divine miséricorde, Misericordiae Vultus: Au long de ses vingt-cinq chapitres, le Pape parcourt les traits saillants de la miséricorde divine à commencer par le visage lumineux du Christ. Miséricorde n'est pas un concept abstrait mais une réalité à découvrir, admirer et servir. Le texte se développe selon une forme trinitaire pour décrire l'Eglise comme signe crédible de la miséricorde. La vie de l'Eglise ne repose-t-elle pas sur la miséricorde! Ensuite, le Saint-Père décrit les étapes du jubilé, dont l'ouverture (8 décembre) coïncide avec le cinquantième anniversaire de la clôture du concile Vatican II: L'Eglise ressent la nécessité de garder vivant un événement qui a marqué une nouvelle étape de son histoire. Les pères conciliaires avaient fortement ressenti le souffle de l'Esprit, l'exigence de parler de Dieu à leurs contemporains d'une manière plus compréhensible. Abattus les murs qui depuis trop de temps avaient fait de l'Eglise une forteresse close, il convenait d'annoncer l'Evangile d'une façon nouvelle. La conclusion de l'année sainte extraordinaire est fixée au 20 novembre 2016, solennité du Christ Roi. La fermeture de la Porte Sainte sera l'occasion de rendre grâce à la Trinité pour cette période de grâce, de confier l'Eglise, l'humanité et l'univers à la souveraineté du Christ, afin qu'il distribue sa miséricorde comme la rosée du matin en vue d'une histoire féconde bâtie ensemble.

« Christ est ressuscité! Vraiment ressuscité, vous dites? » La résurrection! C’est quoi? Très difficile d’en parler. Voici quelques réflexions qui m'ont inspiré en ce temps de Pâques à la lecture des textes de l'octave de Pâques..


LA RÉSURRECTION C'EST QUOI?
Les philosophes et les scientifiques restent impuissants pour répondre à la question de la résurrection, alors que sur une question comme celle du mal et de la souffrance dans le monde, ils réfléchissent sagement et construisent des théories basées sur des observations rationnelles. L'approche intellectuelle, reconnaissons-le, peut apporter beaucoup sur une question comme celle-là, alors que pour la résurrection, elle doit déclarer forfait.

Les chrétiens, de leur côté, utilisent avec profit une approche factuelle intéressante lorsqu'ils méditent sur la Passion du Christ, par exemple. Qu'on pense au film de Mel Gilson intitulé « La Passion », à « Jésus de Nazareth » de Franco Zeffirelli ou encore à la dévotion au Chemin de Croix dont les 14 stations sont représentées dans chacune de nos églises et chapelles.

Mais avez-vous remarqué, il n'y a pas de « Chemin de Résurrection ».

Pourquoi? C'est une bonne question. Et poser la question, nous amène à chercher une réponse.

J'ai trouvé une piste de réponse, je crois, dans les textes du début des Actes des apôtres que nous lisons tout au cours de l'Octave de Pâques. Je vous la partage bien simplement.

La résurrection n'est pas un objet d'étude, c'est une expérience de rencontre. C'est à cette rencontre que nous renvoie le dernier chapitre de l'évangile de Marc. Marie Madeleine, les disciples en chemin pour aller à la campagne (probablement une référence aux disciples d'Emmaüs dont parle l'évangile de Luc au chapitre 24, versets 13 à 33), les Onze rencontrent le Ressuscité. Dans la foi, ils le reconnaissent. Ils vivent sa présence d'une façon nouvelle.

Voici, sommairement dit, ce qu'est la résurrection : vivre une rencontre avec le Christ Ressuscité sous un mode personnel dans la foi.

Comment peut se faire une telle rencontre? Voilà une belle question. Les textes des Actes des apôtres nous enseignent qu'on ne peut vivre cette expérience de la rencontre du Ressuscité que dans une ouverture totale à l'Esprit. C'est Lui qui nous fait reconnaître que ce Jésus qui a été crucifié, Dieu l'a relevé et rendu puissant pour nous sauver » (Rm 1, 2-4 et Ep 1,20-23.

« Convertissez-vous, vous recevrez alors de don du Saint-Esprit » dit Pierre aux personnes rassemblées autour des apôtres à la Pentecôte. Souvenez-vous donc toujours de ceci : c'est l'Esprit qui ouvre les yeux de ceux et celles qui voient et rencontrent le Ressuscité. L'abandon sans condition à l'action de l'Esprit en nous ouvre sur une plénitude de vie avec le Christ ressuscité où nous sommes « vivants pour Dieu en Jésus-Christ » (Rm 6, 11).

Je termine ce mot en soulignant que les récits des apparitions du Christ ressuscité notent souvent une première réaction d'incrédulité. « Quand ils entendirent qu'il était vivant et qu'elle [Marie Madeleine] l'avait vu, ils refusèrent de croire. » « Ceux-ci revinrent l'annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus. » « Il leur reprocha leur incrédulité et leur endurcissement parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui l'avaient vu ressuscité. » (Mc 16, 10 ss)

Vous voyez. La rencontre n'advient pas par les raisonnements et les preuves. Elle est impalpable. Pensez à vos rencontres les plus belles : dans l'amour entre conjoints, dans le don total, dans la compassion etc. Ainsi de la rencontre avec le Ressuscité. Elle se fait lorsque les yeux de la foi s'ouvrent sur une présence autre, transformante et resplendissante. « Mystère de la foi ».

Mgr Hermann Giguère P.H.
Séminaire de Québec

Parfois on veut aller vite en affaire! L’évangéliste Marc présente un récit extrêmement bien résumé de la mission de Jésus. En ce début de carême, n’allons pas trop vite en sautant des étapes du parcours. Suivons Jésus pas à pas à travers les défis et les déserts. La récompense nous attends, le Règne de Dieu est tout proche!


Cette prière de saint Thomas More, chancelier du roi Henri VIII, qui l'a fait décapiter a été citée par le pape François dans son discours mémorable à la Curie romaine pour les voeux de Noël le 22 décembre 2014.


By Rowland Lockey, after Hans Holbein the Younger [Public domain], via Wikimedia Commons
By Rowland Lockey, after Hans Holbein the Younger [Public domain], via Wikimedia Commons
Thomas More (7 février 1478, Londres – 6 juillet 1535, Londres), immortalisé dans le filme Un homme pour l'éternité, est homme politique anglais. Nommé chancelier du roi par Henri VIII, il désavoue le divorce du Roi et refuse de cautionner l'autorité que s'était arrogée celui-ci en matière religieuse : il démissionne de sa charge en 1532. Devant la persistance de son attitude, il est emprisonné, puis exécuté comme traître. Il est canonisé en 1935.

Voici cette fameuse prière:

Donne moi une bonne digestion, Seigneur, et aussi quelque chose à digérer.

Donne moi la santé du corps avec le sens de la garder au mieux,

Donne moi une âme sainte, Seigneur, qui ait les yeux sur la beauté et la pureté, afin qu’elle ne s’épouvante pas en voyant le péché, mais sache redresser la situation.

Donne moi une âme qui ignore l’ennui, le gémissement et le soupir.

Ne permets pas que je me fasse trop de souci pour cette chose encombrante que j’appelle «moi».

Seigneur, donne moi l’humour pour que je tire quelque bonheur de cette vie et en fasse profiter les autres.

Cette question nous revient souvent? Mgr de Monléon apporte des éléments de réponse intéressants et inspirants pour le temps de l'Avent. Dans une présentation brève du nouveau livre de Mgr Albert de Monléon, évêque émérite de Meaux et un des fondateurs de la communauté l'Emmanuel avec Pierre Grousat, Anita Bourdin met en évidence les réflexions de Mgr de Monléon sur la question de la curiosité que suscitait le ministère de Jésus. "Pourquoi Jésus attirait-il les foules?"


"Pourquoi Jésus attirait-il les foules?" par Mgr Albert de Monléon
Mgr de Monléon répond tout d'abord, écrit Anita Bourdin, : par un "sentiment bien légitime de curiosité". Un mouvement amplifié, notamment par les signes, les guérisons.

Jésus attirait aussi "par son enseignement", ajoute Mgr de Monléon: quand les foules l'entouraient, "il leur parlait longuement et elles "l'écoutaient avec plaisir" (Mc 12, 37)". Un enseignement "nouveau" donné avec une "autorité inédite", "d'une clarté pénétrante", en somme "sa Parole était une Bonne nouvelle dont chacun avait soif".

Mais ce n'est pas tout. "Enfin, et peut-être surtout, souligne Mgr de Monléon, Jésus attirait par sa bonté, sa compassion, sa manière de rendre confiance aux plus petits, aux accablés. Auprès de Lui, toute personne de bonne volonté se sentait bien, en sécurité, renouvelée. Il accordait largement son pardon aux pécheurs et leur rendait la possibilité de reprendre une vie nouvelle conforme aux enseignements de Dieu, dans l'Ecriture, et aux aspirations les meilleures de leurs coeurs."


1 2 3 4 5 » ... 13

QUI SUIS-JE?
Mon site internet

DERNIÈRES HOMÉLIES
Vous y trouverez l'homélie du dimanche publiée le mardi qui précède. Bonne méditation!





Galerie
mur_ancien_ecurie.jpg
cour_vieux_seminaire_grand_angle.jpg
grille_entree_fabriqe.jpg
Petit_Cap_chapelle_05_reduit.jpg
aile_de_le_procure_plan_sans_date.jpg
petit_cap_Chateau_Belllevue_007.jpg

Album sur les édifices du Sémiaire de Québec avec diaporama


Homélie pour le 7e dimanche de Pâques (Année A) « Père, glorifie-moi, je trouve ma... https://t.co/GcM2DG51U5 https://t.co/nv4F14an8S
Mardi 23 Mai - 20:04
Homélie pour l'Ascension du Seigneur (Année A) « Et moi, je suis avec vous tous les... https://t.co/PHQQIM2IPr https://t.co/6TN4zOSmNO
Lundi 22 Mai - 20:03
Homélie pour le 6e dimanche de Pâques (Année A) « Je ne vous laisserai pas orphelins »:... https://t.co/ItH3haHx94 https://t.co/wsm4ydqwx5
Mardi 16 Mai - 20:03
RT @pdesaintpierre: "Par l'autorité de Notre Seigneur Jésus Christ... nous déclarons saints Francisco et Jacintha Marto!" #Fatima100 en dir…
Samedi 13 Mai - 14:55